Radmila Šekerinska

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Radmila Šekerinska
Радмила Шекеринска
Radmila Šekerinska.
Radmila Šekerinska.
Fonctions
Présidente de l'Union sociale-démocrate
de Macédoine
Prédécesseur Vlado Bučkovski
Successeur Branko Crvenkovski
Zoran Zaev (intérim)
Vice-présidente du gouvernement macédonien
Chargée de l'Intégration européenne
Président du gouvernement Branko Crvenkovski
Hari Kostov
Vlado Bučkovski
Prédécesseur Aucun
Successeur Gabriela Konevska
Biographie
Nom de naissance Radmila Šekerinska Jankovska
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Skopje, RS de Macédoine (Yougoslavie)
Nationalité Macédonienne
Parti politique SDSM
Diplômé de Université Tufts
Université de Skopje
Profession Universitaire

Radmila Šekerinska

Radmila Šekerinska Jankovska (Радмила Шеќеринска Јанковска, en macédonien), née le à Skopje, est une femme politique macédonienne, membre de l'Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM), dont elle a été présidente entre 2006 et 2008, et ancienne vice-présidente du gouvernement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Diplômée de la faculté de génie électrique et des technologies de l'information de l'université Saints-Cyrille-et-Méthode de Skopje en 1995, elle travaille en 1996 comme assistante pour les relations publiques au Macedonian Open Society Institute, puis en tant que professeur de génie électrique entre 1997 et 2002. Cinq ans plus tard, elle passe avec succès un master de droit international à l'université Tufts.

Elle parle français et anglais, et est lauréate du prix des leaders mondiaux de demain, décerné par le Forum économique mondial.

Ascension[modifier | modifier le code]

En 1993, elle est désignée membre du comité central de l'Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM), puis entre au bureau du parti en 1995, en sa qualité de présidente du mouvement de jeunesse. Elle est élue membre du conseil municipal de Skopje l'année suivante, et devient porte-parole de la SDSM en 1997.

Députée[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives de l'automne 1998, elle est élue députée à l'Assemblée de la République, où elle obtient un poste de coordinatrice adjointe du groupe parlementaire social-démocrate tout en entrant dans diverses commissions de l'Assemblée. En 1999, elle renonce à diriger les jeunes du SDSM et devient vice-présidente du parti, chargée des questions internationales. Elle avait abandonné un an plus tôt ses fonctions de porte-parole.

Ministre[modifier | modifier le code]

À la suite de la nette victoire de la SDSM aux élections législatives du 15 septembre 2002, Branko Crvenkovski retrouve la direction du gouvernement, dans lequel Radmila Šekerinska est nommée vice-présidente, chargée de l'Intégration européenne.

À ce titre, elle exerce par deux fois l'intérim du poste de président du gouvernement. Tout d'abord, après la démission de Crvenkovski, élu président de la République, le , et jusqu'à son remplacement par l'indépendant Hari Kostov, le 4 juin. Kostov renonce cependant le 16 novembre, victime de tensions internes à la majorité, et elle se trouve alors chargée de le remplacer jusqu'à l'investiture, le 15 décembre, de Vlado Bučkovski.

Dans l'opposition[modifier | modifier le code]

La SDSM ayant perdu les élections législatives du 5 juillet 2006 contre la VMRO-DPMNE de Nikola Gruevski, elle est élue présidente du parti le 5 novembre, en remplacement de Bučkovski. À l'occasion des élections législatives anticipées du 1er juin 2008, elle forme une coalition, « Soleil – Coalition pour l'Europe », qui stagne en voix mais perd cinq des trente-deux députés que détenaient la SDSM jusqu'à présent. Elle est alors remplacée, par intérim, par le vice-président Zoran Zaev, avant que Branko Crvenkovski ne reprenne, en , la direction du parti.

Dans le cadre des élections législatives anticipées du 5 juin 2011, elle est désignée candidate à la présidence du gouvernement par la coalition politique « Pour votre avenir », alliance de centre-gauche dominée par la SDSM. Le jour du scrutin, la coalition remporte 32,8 % des voix et 42 députés, soit une progression de neuf points et quinze sièges, sans battre la VMRO-DPMNE, qui perd cependant sa majorité absolue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]