Élections législatives macédoniennes de 2006

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique en République de Macédoine
Image illustrative de l'article Élections législatives macédoniennes de 2006
Constitution
Président de la République
Gjorge Ivanov
Président du gouvernement
Nikola Gruevski
Liste
Gouvernement
Assemblée
Cour constitutionnelle
Élections
Présidentielle : 2004, 2009, 2014
Législatives : 2008, 2011, 2014
Référendums : 1991, 2004
Partis politiques
Politique étrangère

Les élections législatives macédoniennes de 2006 se sont tenues le 5 juillet 2006 pour renouveler les cent-vingt députés de l'Assemblée de la République (Sobranie) pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin a vu la victoire de la coalition politique du libéral-conservateur Nikola Gruevski et la défaite de la coalition de centre-gauche du président du gouvernement social-démocrate Vlado Bučkovski.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Parlement macédonien est élu pour une durée de quatre ans, au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, et comprend cent-vingt députés. Le scrutin se tient dans six circonscriptions élisant chacune vingt députés. Chaque liste doit compter au moins 30 % de candidats de chaque sexe, et tout citoyen âgé de 18 ans peut être élu député.

Contexte[modifier | modifier le code]

Vlado Bučkovski.

Lors des élections de 2002, la coalition « Ensemble pour la Macédoine », dominée par l'Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) de l'ancien président du gouvernement Branko Crvenkovski, avait remporté 60 sièges sur 120 et 40,5 % des voix, loin devant l'Organisation révolutionnaire macédonienne intérieure - Parti démocratique pour l'Unité nationale macédonienne (VMRO-DPMNE) du président du gouvernement sortant, Ljubčo Georgievski, qui avait recueilli 24,4 % des suffrages et 33 députés. Crvenkovski avait alors formé une coalition gouvernementale avec l'Union démocratique pour l'intégration (BDI/DUI), principale représentante de la communauté albanaise, qui disposait pour sa part de 17 sièges.

Suite au décès du président Boris Trajkovski, Branko Crvenkovski est élu chef de l'État et remplacé par le ministre de l'Intérieur, Hari Kostov. Ce dernier démissionne à son tour, au bout de quelques mois, au profit du ministre de la Défense, Vlado Bučkovski.

Campagne[modifier | modifier le code]

Nikola Gruevski.

La campagne, marquée par des violences au sein de la communauté albanaise, localisée dans le nord du pays, a vu Nikola Gruevski, le très jeune président de la VMRO-DPMNE, proposer de faire de la Macédoine le pays à la plus faible fiscalité d'Europe. Le parti de centre-droit s'est également engagé à lutter contre la corruption et, à l'instar de la SDSM, qui mettait l'accent sur le développement économique, promettant notamment de débloquer l'équivalent de cent millions d'euros pour les petites et moyennes entreprises, et l'éducation, à faire progresser l'adhésion du pays à l'OTAN et l'Union européenne (UE). Le taux de chômage élevé et le malaise de la population vis-à-vis des privatisations ont également joué contre les sociaux-démocrates.

Alors que le thème de la corruption a constitué l'un des principaux enjeux de la campagne, le président Branko Crvenkovski a accordé une interview dans laquelle il a dénoncé ce qu'il considère comme un « fléau » et reconnu qu'il est « évident que la corruption est surtout présente parmi les hommes de pouvoir ». Il a alors exhorté la classe politique à « impérativement renforcer les moyens judiciaires de l’Etat ».

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultat des élections législatives macédoniennes du 5 juillet 2006
Parti/Coalition Voix  % +/- Sièges +/-
Coalition VMRO-DPMNE 304 128 32,46 % +8,06 45 +12
Ensemble pour la Macédoine
SDSM
218 008 23,27 % -17,13 32 -28
Coalition BDI/DUIPDP 113 424 12,12 % -2,08 17 -1
PDS/DPA 70 019 7,47 % +2,27 11 +6
NSDP 57 043 6,09 % n/a 7 +7
VMRO-NP 57 128 6,10 % n/a 6 +6
DOM 17 591 1,88 % n/a 1 +1
PIE 12 718 1,36 % n/a 1 +1
Autres 86 901 9,25 % n/a 0 ±
TOTAL (participation : 55,98 %) 936 960 100 % n/a 120 n/a

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après quatre années au pouvoir, l'Union sociale-démocrate de Macédoine est sèchement battue par la VMRO-DPMNE, qui a notamment profité du très fort taux de chômage qui frappait alors le pays, à savoir 36 % de la population active. Pour parvenir au pouvoir, Nikola Gruevski a dû former une coalition gouvernementale avec le NSDP et le PDS/DPA, pourtant représentant minoritaire des Albanais de Macédoine. Ce choix a conduit au boycott de la session inaugurale de l'Assemblée de la République par les députés de la BDI/DUI. Gruevski a finalement été appelé à former le gouvernement le 28 juillet, et obtenu la confiance des parlementaires le 15 août suivant.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]