Produits forestiers autres que le bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les produits forestiers autres que le bois également nommés Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) sont exploités dans presque quatre milliards d’hectares de forêts, sur environ 30 % des terres émergées.

Alors que la valeur du bois extrait décline (64 milliards de dollars EU en 2005, selon la FAO), la valeur des PFNL augmente régulièrement, mais reste sous-estimée car seule une faible part de ces produits est comptabilisée dans la plupart des pays[1].

Les PFNL extraits étaient valorisés en 2005 à hauteur de 4,7 milliards de dollars EU (chiffre en hausse mondiale depuis 1990 selon la FAO). Les graines, fruits, végétaux comestibles, champignons, poissons et gibiers constituent souvent plus de 50 % du revenu pécuniaire de la forêt, y compris dans certains pays dits "riches" où la chasse au grand gibier reste une tradition importante (France par exemple).

Les PFNL ne sont pas nécessairement commercialisés, ils le sont même rarement, hormis le gibier ou la viande de brousse (qui souvent constituent plus de 50 % du revenu financier de la forêt), mais dans le secteur de l'économie dite "informelle" ils font souvent l'objet de troc ou d'une utilisation traditionnelle par les populations riveraines ou autochtones vivant en forêt. Un trafic illégal d'espèces animales et d'autres produits non ligneux existe aussi.

La FAO et l'ONU ont encouragé les États à comptabiliser les PFNL pour l'évaluation des forêts de l'évaluation des écosystèmes pour le millénaire et pour les rapports FRA sur l'évaluation des forêts dans le monde.

Ces produits doivent par ailleurs être listés et comptabilisés pour l'obtention de certains écolabels tels que le FSC (c'est une recommandation dans le cas du PEFC). Ils peuvent aussi l'être (en France par exemple) dans les documents d'aménagement forestier, ou de type PSG (Plan simple de gestion), chartes forestières, etc.

Prospective[modifier | modifier le code]

Avec les avancées du génie génétique et des biotechnologies en général, les gènes et les molécules produites par la canopée, les racines ou d'autres parties des arbres, ou d'autres organismes forestiers (dont bactéries et champignons) ont suscité depuis les années 1970 un intérêt croissant du secteur de la chimie et de l'industrie pharmacie. Le brevetage du vivant et le biopiratage sont au cœur de débats sur la forêt et la biodiversité depuis l'échec de la signature d'une Convention mondiale sur la Forêt au Sommet de la Terre de Rio (Juin 1992). Le Protocole de Carthagène précise néanmoins les droits des états à disposer des ressources offertes par la biodiversité de leurs forêts.

Classification FAO des PFNL[modifier | modifier le code]

Dans son rapport FRA 2010[2] , la FA0 les a définis comme « Biens obtenus des forêts qui sont des objets tangibles et physiques d’origine biologique autre que le bois. » et leur valeur (pour les tableaux statistiques) était la « valeur marchande au site de collecte ou à la lisière de la forêt. »

Cinq ans avant, la Fao pour son rapport FRA 2005[3], les avait classés en deux catégories (végétale et animale).

Matière première végétale[modifier | modifier le code]

La fraise des bois est l'une des nombreuses baies fournies par les forêts tempérées
Les champignons cueillis en forêt sont un produit forestier.
  1. Aliments (Champignons)
  2. Fourrage
  3. Matière première destinées à la préparation de médicaments et/ou produits aromatiques (huiles essentielles, etc.)
  4. Matière première destinée à la production de colorants ou teintures
  5. Matière première pour la fabrication d’ustensiles et d’objets d’artisanat, et pour la construction
  6. Plantes ornementales
  7. Exsudats (résines, latex, huiles essentielles, parfum, arômes (un arôme fraise est produit à partir de bois), etc.)
  8. Autres produits végétaux (mousses, écorces.)

Produits animaux/matière première[modifier | modifier le code]

  1. Animaux vivants
  2. Cuirs, peaux et trophées
  3. Miel sauvage et cire d'abeille
  4. Viande de brousse
  5. Matière première pour la préparation de médicaments
  6. Matière première pour la préparation de colorants
  7. Autres produits animaux comestibles
  8. Autres produits animaux non comestibles

Remarques :

  • certaines espèces peuvent être classés dans plusieurs rubriques. Par exemple le miel extrait d'une ruche placée en forêt ou en lisière forestières doit-il être comptabilisé dans la rubrique « agriculture » ou comme « produit forestier » ?
  • Certaines espèces forestières sont illégalement valorisées en faisant l'objet d'un trafic local ou international (espèces protégées vendues comme viande de brousse, trafic d'animaux ou d'organes, dont dents et défenses d'ivoire, etc). Les ONG et certains chercheurs[4]dénoncent aussi le biopiratage des ressources génétiques forestières pillées dans les pays pauvres, mais riches en biodiversité, en forêt notamment.
  • Les produits issus de l'agrosylviculture sont parfois difficiles à classer (ils sont généralement plutôt classés comme produits agricole ou forestier ?)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait des conclusions du rapport FAO FRA 2005
  2. [ http://www.fao.org/docrep/013/i1757f/i1757f.pdf Evaluation des ressources forestières mondiales 2010 ;] Rapport principal, évaluation la plus complète jamais faite des forêts mondiales jamais effectuée, pour 233 pays et zones et pour la période 1990 à 2010 et pour plus de 90 variables clés relatives à l’étendue, l’état, les utilisations et les valeurs des forêts.. Version francophone, FAO, 2010
  3. (Communiqué intitulé « La déforestation se poursuit à un rythme alarmant - Nouveaux chiffres de la FAO sur les forêts mondiales » Rome, 14 novembre 2005 ; basé sur les conclusions de l’évaluation des ressources forestières mondiales 2005, étude la plus complète à cette date, portant sur l'usage et la valeur des forêts dans 229 pays et territoires, de 1990 à 2005)
  4. Canmexworkshop.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Bernier-Leduc, Marjolaine. Évaluation de la faune aviaire dans des haies brise-vent intégrant des arbustes porteurs de produits forestiers non ligneux , aout 2007 Télécharger

Liens externes[modifier | modifier le code]