Pontus de La Gardie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pontus de La Gardie
Pontus Escoperier
Image illustrative de l'article Pontus de La Gardie

Naissance vers 1520
à Caunes-Minervois, Aude
Décès 5 novembre 1585
à Narva (aujourd'hui en Estonie
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau du Danemark Royaume de Danemark
Drapeau de la Suède Royaume de Suède
Grade Général en chef des armées suédoises
Conflits Guerre nordique de Sept Ans
Famille Famille De La Gardie

Ponce (Pontus) de La Gardie, de son vrai nom Pontus Escoperier, nait vers 1520 à Caunes-Minervois, dans l'Aude et meurt à Narva (aujourd'hui en Estonie) le 5 novembre 1585. Il fut un noble français entré au service du royaume de Suède.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Il est le troisième fils de Jacques Ier Escoperier, marchand et bourgeois anobli comme viguier de l'abbé de Caunes et lieutenant de prévôt des maréchaux, sieur de la Gardie, Russol et Ornesons et probablement marié en 1511 avec une fille du riche marchand Armengaud. Ses deux frères aînés sont :

  • Auger de la Gardie, l'aîné, qui épouse, en 1562, demoiselle Barbe de Blés, fille de Gabriel de Blés, baron de las Rives, en Rouergue, dont il eut trois enfants décédés sans postérité, ayant été tués jeunes à la guerre, et l'un desquels servait dans les pages du duc de Joyeuse
  • Étienne de la Gardie, qui forma la branche des La Gardie, en Languedoc.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Jeune, il envisage de devenir prêtre et étudie dans le couvent de Montolieu. Il change d'avis et s'engage en tant que mercenaire d'abord dans le Piémont pour la France, ensuite au service du roi de Danemark qui voulait dominer la Baltique. Promu officier et placé à la tête d'un groupe de mercenaires, il fait par la suite carrière pour le royaume de Suède après avoir été capturé par des troupes de ce pays en 1565 pendant la Guerre nordique de Sept Ans à Varberg et envoyé comme ambassadeur en France. Bénéficiant de la reconnaissance royale, nommé chevalier et gouverneur de l'Estonie, vice-roi en 1575, il est chargé de plusieurs ambassades au Vatican, puis il commande en chef les troupes suédoises ; il fait face à Ivan le Terrible et il remporte contre lui la bataille de Narva 1581, ville stratégique appartenant à la Russie.

Il épouse Sophie Gyllenhielm, une fille naturelle du roi Jean III de Suède, dont il eut trois enfants:

Général en chef des armées suédoises, il transplanta en Suède une branche de la maison de la Gardie, qu'il éleva au premier rang de la noblesse de ce royaume. Il périt naufragé dans la Narva, le 5 novembre 1585.

Son corps fut transporté à Reval, en Livonie, où quatre ans après, Jean de la Blanque de Rasick, son cousin languedocien qu'il avait fait venir auprès de lui, devenu tuteur de ses enfants, lui fait ériger un mausolée de marbre, par le sculpteur Arnold Pascer.

Son fils Jacob De La Gardie, comte, libre baron du royaume, sénateur, grand connétable de Suède, continua la descendance masculine de Pontus de la Gardie. Il naquit le 20 juin 1583 et mourut en 1652. Il fut marié à Ebba Brahe, fille du comte Magnus, vice-roi de Suède, dont il eut six enfants.

Une de ses descendantes, Hedvig Catharina De la Gardie sera la mère d'Axel Fersen, le confident de Marie-Antoinette, Reine de France.

Références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis H. Bonnet, "Pontus Escoperier, sieur de La Gardie, connétable de Suède (1520-1585)", Caunes-Minervois, Histoire et Généalogie en Minervois, décembre 2002 (ISSN 1153-4346)
  • Histoire et Généalogie en Minervois. À propos de Pontus Escopérier, sieur de la Gardie, Connétable de Suède (1530 - 1585). n° spécial 50, décembre 2002.
  • Jean Broutin : l'Axe au Milieu du Signe, Éditions Dédicaces, Montréal (Québec) 2013. (Approche très romancée.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]