Polikarpov I-16

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Polikarpov I-16 Ishak Su-27 silhouette.svg
OSH2003 Polikarpov I-16.jpg Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : URSS Polikarpov
Rôle Avion de chasse
Premier vol 31 décembre 1933
Date de retrait 1950
Nombre construits 7 005
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Shvestov M-25 V
Nombre 1
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 750 ch
Dimensions
Envergure 9,00 m
Longueur 5,85 m
Hauteur 2,57 m
Surface alaire 14,54 m2
Masses
À vide 1 336 kg
Maximale 1 726 kg
Performances
Vitesse maximale 447 km/h (Mach 0,36)
Plafond 8 230 m
Vitesse ascensionnelle 850 m/min
Rayon d'action 800 km
Armement
Interne 2 mitrailleuses de 7,62 mm ShKAS dans le nez (650 coups) et 2 mitrailleuses de 7,62 mm ShKAS dans les ailes (900 coups)

Le Polikarpov I-16 Ishak (du russe Ишак, âne) est un avion de chasse soviétique qui est entré en service dans les années 1930. C'est un avion révolutionnaire pour son époque, car c'est le premier chasseur avec des longues ailes en monoplan en porte-à-faux, géométrie qui sera utilisée par la majorité des avions jusqu'à la fin du XXe siècle.

Conception[modifier | modifier le code]

Nikolaï Polikarpov, tout juste libéré de prison en janvier 1933 grâce aux bons résultats de son chasseur biplan Polikarpov I-5, voyait d'un très mauvais œil l'arrivée du bureau d'études Tupolev dans son domaine réservé des avions légers. En effet, l'ingénieur Pavel Soukhoï venait de concevoir un prototype de chasseur monoplan ANT-31 qui risquait fort d'être adopté par la VVS, sous la désignation de I-14. C'est pourquoi dès avant le premier vol de celui qui eut lieu le 7 mai 1933 et parallèlement à son biplan amélioré I-15, il commença à travailler d'arrache-pied sur un monoplan le TsKB-12, le bureau d'études effectuant des journées de 18 heures.

Le fuselage de l'avion était une structure semi-monocoque en bois, revêtu de sphon, un contreplaqué de bouleau. La voilure avait une structure métallique, avec des longerons en acier au chrome et des nervures en duralium, le tout étant recouvert de toile, sauf le bord d'attaque qui était lui en duralium. Les gouvernes avaient elles aussi une structure en duralium recouverte de toile. Les ailes était dotées de flaperons (en) combinant aileron et volet hypersustentateur qui se braquaient automatiquement à 15° à la sortie du train d'atterrissage. Celui-ci, doté d'amortisseurs oléopneumatiques, s'escamotait grâce à un volant placé dans le poste de pilotage.

Polikarpov semble avoir essayé de minimiser la longueur de l'appareil en plaçant directement le moteur sur la cloison pare-feu. L'avion était donc extrêmement « pointu » au pilotage, il réagissait très vite aux commandes et était très véloce dans toutes les acrobaties. Mais en contrepartie, il se révélait difficile à contrôler et avait tendance à décrocher en vrille dans les virages. La vitesse d'atterrissage de 100 km/h était élevée pour l'époque. Le moteur prévu, le Wright Cyclone de 700 ch, ne fut disponible que pour le deuxième prototype TsKb-12bis qui vola le 18 février 1934. Le premier reçut un simple M-22 (copie du Bristol Jupiter) développant seulement 480 ch. Malgré tout, les autorités décidèrent que le TsKB-12 était plus prometteur que l'ANT-31 et l'avion fut commandé sous le nom de I-16, la production débutant en mai 1934 aux usines GAZ-1 de Moscou-Khodinka et GAZ-21 de Gorki.

Les premiers exemplaires furent dotés de M-22, le Wright faisant toujours défaut. Ils étaient armés de deux mitrailleuses ChKAS de 7,62 mm approvisionnées à 900 coups et dotés d'une verrière coulissante peu pratique. Du fait de la difficulté de pilotage, on produisit rapidement un biplace pour l'entraînement. L'arrivée de moteurs et d'hélices importés permit de sortir une série de I-16-4 qui possédaient de plus des flasques recouvrant le train d'atterrissage. La mise en production du Cyclone sous licence sous le nom de M-25, associé à l'hélice AV-1 et l'apparition d'un siège blindé et de lance-bombes de 100 kg donna naissance au I-16-5, puis sa version plus puissante M25A de 730 ch au I-16-6 dont la structure fut renforcée et enfin le M25V de 750 ch motorisa lui le type 10, armé de deux mitrailleuses supplémentaires dans les ailes et d'un habitacle à l'air libre.

Engagements[modifier | modifier le code]

Variantes[modifier | modifier le code]

  • TsKB-12 : prototype à moteur M-22.
  • TsKB-12bis : prototype à moteur M-25.
  • TsKB-18 : prototype d'attaque au sol, 4 mitrailleuses PV-1.
  • I-16 Type 1 : (30 exemplaires)2 mitrailleuses PV-1 dans les ailes avec 900 coups, moteur M-22 de 480 ch.
  • I-16 Type 4 : 2 mitrailleuses PV-1 dans les ailes avec 900 coups, moteur M-25 de 700 ch.
    • UTI-2 : version biplace à moteur M-22.
    • UTI-3 : version biplace à moteur M-22 et train fixe.
    • UTI-4 : version biplace à moteur M-25.
  • I-16 Type 5 (1 500 exemplaires) : 2 mitrailleuses ShKAS dans les ailes avec 900 coups, moteur M-25 de 700 ch.
    • I-16 P : premier essai d'un armement canon.
  • I-16 Type 6 : 2 mitrailleuses ShKAS dans les ailes avec 900 coups, moteur M-25A de 730 ch.
  • I-16 Type 10 : 2 mitrailleuses ShKAS dans les ailes avec 900 coups, 2 mitrailleuses ShKAS sur le capot avec 650 coups, moteur M-25V de 750 ch.
  • I-16 Type 17 : version d'attaque au sol avec 2 canons ShVAK de 20 mm avec 150 coups dans les ailes, 2 mitrailleuses ShKAS sur le capot avec 650 coups.
  • I-16 Type 18 : 2 mitrailleuses ShKAS dans les ailes avec 900 coups, 2 mitrailleuses ShKAS sur le capot avec 650 coups, moteur M-62.
  • I-16 Type 20 : prototype à long rayon d'action, équipé de réservoirs supplémentaires d'intrados qui furent réutilisés sur les séries suivantes.
  • I-16 Type 24 : 2 mitrailleuses ShKAS dans les ailes avec 900 coups, 2 mitrailleuses ShKAS sur le capot avec 650 coups, moteur M-62 puis M-63.
    • I-16 SPB : version bombardier en piqué.
  • I-16 Type 27 : 2 canons ShVAK de 20 mm avec 150 coups dans les ailes, 2 mitrailleuses ShKAS sur le capot avec 650 coups et moteur M-62.
  • I-16 Type 29 : 2 mitrailleuses ShKAS dans les ailes avec 900 coups et 1 mitrailleuse BS de 12,7 mm sous le moteur, moteur M-63, radio et cinémitrailleuse.
  • I-16 Type 28/30 (amélioration du précédent) 450 exemplaires (?)

Autres caractéristiques[modifier | modifier le code]

Un UTI-4, la version biplace du I-16

Son temps de montée à 5 000 m est de 8 minutes et 12 secondes.

Surnoms[modifier | modifier le code]

  • Il fut surnommé Ishak (en russe Ишак : âne) par les propres pilotes russes, ceci en raison de la proximité de prononciation des mots russes âne et I-16.
Un I-16 aux couleurs des Républicains Espagnols
  • Lors de la guerre civile espagnole les pilotes qui le pilotaient, les pilotes républicains, le surnommèrent mosca (mouche) en raison de sa petite taille. Leurs adversaires, les pilotes du camp nationaliste, le surnommèrent rata (rat), peut-être en raison du bruit de son moteur, ou peut-être comme geste de mépris.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Avion en cours de restauration par Gabriel Lecouvreur dans la série Le Poulpe.
  • Le Polikarpov I-16 profils avions no 4, Lela Presse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Herbert Leonard, Les avions de chasse Polikarpov, Rennes, France, Ouest France, coll. « Guides-couleurs. Aviation »,‎ 1981, 32 p. (ISBN 2858823227)
  • Herbert Léonard, Les avions de chasse russes et soviétiques, 1915-1950, Bayeux, Heimdal,‎ 1995, 479 p. (ISBN 2840480867)
  • (en) Herbert Léonard, Les chasseurs Polikarpov : histoire de tous les concepts de chasseurs monomoteurs imaginés, étudiés, projetés et conçus par N. N. Polikarpov, Clichy, Larivière,‎ 2004, 358 p. (ISBN 2914205074)
  • (en) Herbert Léonard, Encyclopédie des chasseurs soviétiques, 1939-1951 : les chasseurs monomoteurs à piston et à propulsion mixte : études, projets, prototypes, séries et dérivés, Paris, Histoire & collections,‎ 2005, 208 p. (ISBN 2915239592)