Pod (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pod.

Pod

Album de The Breeders
Sortie 28 mai 1990
Enregistré Palladium Studios,
Édimbourg, Écosse, 1989
Durée 30:35
Genre Rock indépendant
Producteur Steve Albini
Label 4AD/Elektra (U.S.)
4AD (UK)
Critique

Albums de The Breeders

Pod est le premier album du groupe de rock indépendant américain The Breeders, sorti en mai 1990 sur le label indépendant 4AD. Produit par Steve Albini, l'album a été enregistré aux Palladium Studios, à Édimbourg en Écosse.

Contexte[modifier | modifier le code]

Sur la foi d'une démo enregistrée avec plusieurs batteurs et bassistes, Kim Deal, Tanya Donelly et Carrie Bradley obtiennent de la part du label 4AD une avance de onze mille dollars pour l'enregistrement d'un album[1]. Le trio choisit le nom The Breeders en remplacement de Boston Girl Super-Group. Kim Deal contacte la bassiste Josephine Wiggs du groupe The Perfect Disaster et Steve Albini qui avait enregistré Surfer Rosa des Pixies en 1988[1]. Ce dernier convainc Britt Walford, batteur du groupe Slint de venir compléter le groupe pour l'enregistrement[1]. Pour faire croire à une formation entièrement féminine, Walford utilisera le pseudonyme de Shannon Doughton dans les notes de l'album[1]. En décembre 1989, les douze titres de Pod sont ainsi enregistrés en une semaine aux Palladium Studios d'Édimbourg[1]. La session en studio ayant été plus rapide que prévu, le groupe enregistre une Peel Session de 4 titres avec le temps restant[2]. C'est le designer anglais Vaughan Oliver qui conçoit la pochette de l'album. C'est lui-même qui apparaît sur la photo, nu, avec deux anguilles dans les mains[1].

Sortie et réactions[modifier | modifier le code]

Pod est sorti le 28 mai 1990 sur le label 4AD pour les États-Unis et Elektra Records pour le Royaume-Uni. L'album ne rencontra pas un véritable succès en termes de ventes, tant aux États-Unis où celui-ci ne fut pas classé dans les charts qu’au Royaume-Uni, où il se hissa à la 22e place dans les UK Albums Charts, le classement des ventes d’albums sur le territoire britannique[3].

Néanmoins, l'album fut salué plus largement par la critique, puisque Le New York Times, par la voix de sa journaliste musicale Karen Schoemer, chroniquait l'album en des mots élogieux, vantant ses mélodies, son tempo et son côté novateur[4]. Heather Phares, chroniqueuse du site Allmusic, saluait un premier album vibrant et créatif, et se félicitait de son écriture créative, sa production et ses arrangement intelligents. Elle comparait même Pod à Bossanova des Pixies et Hunkpapa des Throwing Muses, les groupes dans lesquels jouaient respectivement les deux membres des Breeders Kim Deal et Tanya Donelly. Le célèbre magazine musical américain Rolling Stone, quant à lui, qualifiait l'album de brumeux et érotique, et qu'il était l'album que les radios étudiantes attendaient.

Cependant, ce premier opus ne reçut pas que des éloges de la part de la presse spécialisée. Robert Christgau, critique musical de The Village Voice, dénigrait l'album, le qualifiant de « projet artistique », sous-entendant que le groupe ne sonnait pas comme un « groupe de musique »[5]. Dans son livre The Rough Guide to Rock, Peter Buckley minimise les comparaisons avec les Pixies, suggérant l'album est « beaucoup trop embryonnaire pour cela »[6]. Dans son ouvrage The A to X of Alternative Music, Steve Taylor explique également que « les chansons de Kim Deal [sur l’album Pod] n’étaient pas de même qualité que son travail au sein des Pixies »[7].

Tanya Donelly coécrivit avec Kim Deal le titre Only in 3's.

Dans une interview de 1992 donnée au Melody Maker, Kurt Cobain, leader de Nirvana, affirmait que Pod était l'un des albums qui avaient influencé sa vie[8]. Par la suite, en août 1993, après la sortie de leur deuxième album Last Splash, le groupe fut invité à plusieurs reprises à faire la première partie de concerts de Nirvana en Europe[9]. En juillet 1995, dans le numéro célébrant leur dixième anniversaire, le magazine musical Alternative Press classait Pod à la 39e position dans un classement des 99 meilleurs albums chroniqués par le magazine de 1985 à 1995[10]. En juillet 2007, dans une interview sur un chat sur Internet, le producteur de l'album Steve Albini révélait qu'il considérait que l'album Pod faisait partie de ses plus belles œuvres[11].

Titres[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites par Kim Deal, sauf mentions contraires.

  1. Glorious (Deal/Halliday) - 3:23
  2. Doe (Deal/Halliday) - 2:06
  3. Happiness is a Warm Gun (Lennon/McCartney) - 2:46
  4. Oh! - 2:27
  5. Hellbound - 2:21
  6. When I Was a Painter - 3:24
  7. Fortunately Gone - 1:44
  8. Iris - 3:29
  9. Opened - 2:28
  10. Only in 3's (Deal/Donnelly) - 1:56
  11. Lime House - 1:45
  12. Metal Man (Deal/Wiggs) - 2:46

Crédits[modifier | modifier le code]

Interprètes[modifier | modifier le code]

The Breeders
Musiciens additionnels

Équipe de production et artistique[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f LSXX de The Breeders chronique d'album, Philippe Jugé , Magic, Juin 2013
  2. (en)The Breeders, 4ad.com
  3. UK Top 40 Chart Archive. everyhit.com. Accédé le 22 novembre 2007.
  4. Schoemer, Karen. Recent Releases, The New York Times, 8 juillet 1990. Accédé le 22 novembre 2007.
  5. Christgau, Robert. The Breeders consumer guide, The Village Voice. Accédé le 22 novembre 2007.
  6. Buckley, Peter. The Rough Guide to Rock, Rough Guide. p. 136
  7. Taylor, Steve. The A to X of Alternative Music. Xfm. p. 185.
  8. "Rebellious Jukebox" - Kurt Cobain of Nirvana talks about the records that changed his life.", Melody Maker, 29 août 1992. Accédé le 22 novembre 2007.
  9. Albini, Steve. The Breeders profile, 4AD. Accédé le 22 novembre 2007.
  10. Alternative Press. Top 99 of '85-'95, RockList.net, Juillet 1995. Accédé le 22 novembre 2007.
  11. Steve Albini Drops Anonymity, Answers Questions In Poker Forum, Stereogum, 6 juillet 2007. Accédé le 22 novembre 2007.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frank, Josh; Ganz, Caryn. (2005). Fool the World: The Oral History of a Band Called Pixies. Virgin Books. ISBN 0-312-34007-9.