Wilaya de Jijel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

36° 48′ 00″ N 5° 46′ 00″ E / 36.8, 5.76667 ()

Wilaya de Jijel (18)
Carte de la Wilaya
Carte de la Wilaya
Localisation de la Wilaya de Jijel
Localisation de la Wilaya de Jijel
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Chef-lieu Jijel
Daïras 11
Communes 28
Président d'APW Ahcene boukef[1]
2012 - 2017
Wali Ali Bedrici[2]
Code wilaya 18
Wilaya depuis 1974
Démographie
Population 636 948 hab. (2008[3])
Densité 247 hab./km2
Rang 26e
Géographie
Superficie 257 700 ha = 2 577 km2
Rang 39e
Liens
Site web Site officiel

La wilaya de Jijel (en arabe : ولاية جيجل, en (berbère): Ighil Gili, Tifinagh: ⵉⵖⵉⵍ ⴳⵉⵍⵉ) est une wilaya algérienne située au nord-est de l'Algérie, le long de sa côte Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La wilaya de Jijel est située au nord de l'Algérie.Elle est limitée au nord par la mer Méditerranée à l'ouest par la Wilaya de Béjaïa, à l'est par la Wilaya de Skikda, au sud-ouest la wilaya de Sétif, au sud par la Wilaya de Mila et enfin au sud-est par la Wilaya de Constantine.

Relief[modifier | modifier le code]

« Corniche Jijelienne » entre Béjaïa et Jijel en Algérie.

Les plaines côtières de la région de Jijel sont entourées au sud par les reliefs de la petite Kabylie. La topographie est sub-plane au niveau de la plaine de l'oued Mencha et augmente en progressant vers le sud.

La plaine est située au nord, le long de la bande littorale allant des petites plaines de Jijel, les plaines d'El Aouana, le bassin de Jijel, les vallées de Oued Kébir, Oued Boussiaba et les petites plaines de Oued Z'hour.

Dans cette région, la montagne tombe souvent à pic dans la mer et forme une côte très découpée appelée Corniche jijelienne, où l'on admire caps, falaises, presqu'îles et promontoires. On y trouve aussi de très belles grottes et des gouffres encore inexplorés.

Le bassin versant culmine à 1 589 m d'altitude avec une altitude moyenne de 406,02 m. Les principales cimes montagneuses sont : Tamazgida, Tababort, Seddat, Bouazza.

La végétation du bassin versant est marquée par une couverture forestière peu abondante constituée en majeure partie de chênes-lièges.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme toutes les régions du littoral algérien, la Wilaya de Jijel bénéficie d'un climat tempéré avec un hiver doux caractéristique des zones méditerranéennes et d'une pluviométrie de l'ordre de 1 200 mm/an. Elle est parmi les régions les plus arrosées d'Algérie.

On note aussi qu'au col de Texanna, qui se situe à 725 m d'altitude, l'enneigement dure plus de 11 jours/an.

Les vents dominants soufflent généralement de la mer vers le continent (NNW - SSE).

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Antiquité[modifier | modifier le code]

La région est peuplée par les tribus Berbères dont les Kutama[réf. nécessaire]. Vers le Xe siècle avant l'ère chrétienne, les Phéniciens, marins et marchands, en quête de bases pouvant offrir le maximum de sécurité à leur commerce, s'installent à Jijel où ils fondent un comptoir.

Au Ve siècle avant J.-C. les Romains occupent la petite cité phénico-berbère, qu'ils élevèrent sous Octave en 33, au rang de colonie romaine, administrée par un sénat, à l'instar des villes romaines importantes.

Il s'ensuit la destruction de la ville par les Vandales en 429, qui arrivaient d'Espagne et traversèrent toute l'Afrique romaine, jusqu'au Royaume vandale. Par la suite, la ville fut prise en 533 par les Byzantins.

Période musulmane[modifier | modifier le code]

Vers 650, les premiers cavaliers de l'Islam firent leur apparition. La religion qu'ils venaient répandre était fondée sur l'égalité des droits et des devoirs pour tous les hommes sans distinction. De nombreuses dynasties ont pris le pouvoir pendant cette période dont : Kairouan, les Aghlabides, les Fatimides, les Zirides, les Hammadides et les Almohades.

Incursion normande[modifier | modifier le code]

Roger II de Sicile, s'intéressa aux côtes de l'Afrique du Nord où il voulait établir une base. Jijel fut choisie et en 1143, la flotte normande incendia la ville; après la résistance des habitant de Jijel, les Normands préférèrent se retirer.

Époque Ottomane[modifier | modifier le code]

Jijel a été la ville algérienne où les frères Arudj Barberousse et Khayr ad-Din Barberousse ont trouvé l'aide de la population en remerciement des aides, denrées et produits de leurs campagnes de corsaire contre l'Espagne, Genes et la Papauté. Durant cette période la ville a connu une grande évolution dans les différents domaines de vie.

Époque coloniale[modifier | modifier le code]

Le 13 mai 1839, les troupes françaises s'emparèrent de la ville. Les émissaires de l'Émir Abdelkader bien accueillis, furent suivis par toute la population de la région. La lutte populaire dura jusqu'à en 1842. Les insurrections armées reprirent en 1845-1847-1851. Celle de 1851 fut la plus meurtrière. En 1856, un tremblement de terre suivi d'un tsunami frappèrent la ville, mais seules deux femmes et trois enfants périrent dans la catastrophe. La vieille cité marquée par plus de 20 siècles d'histoire fut détruite.

La ville de Jijel est érigée en commune en 1860

Indépendance[modifier | modifier le code]

Le 5 juillet 1962, la ville de Jijel a été élevée au rang de chef-lieu de wilaya après le découpage administratif de 1974. Aujourd'hui elle est l'une des villes les plus touristiques du pays.

Organisation de la wilaya[modifier | modifier le code]

L'Hôtel Kotama
Bateau Baba Arroudj à Jijel

Daïras[modifier | modifier le code]

La wilaya de Jijel compte 11 daïras.

Article détaillé : Daïras de la wilaya de Jijel.

Communes[modifier | modifier le code]

La wilaya de Jijel compte 28 communes.

Article détaillé : Communes de la wilaya de Jijel.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Vue sur le port de Ziama Mansouria et le village
Statue du Pêcheur à Jijel

Jijel est une ville touristique connue par la beauté de ses plages. Le littoral jijelien s’étend sur 120 km et compte 50 plages dont 23 sont surveillées. Les plus connues sont : Kotama, La crique, Grand Fare, Andreux, Rocher noir, Rocher aux moules, Cavallo, Ziama Mensouria, Tassoust, Béni Belaid.

Le parc animalier de Taza contient une variété d'animaux rares et protégés.

Certaines grottes, découvertes lors de l'ouverture de la RN 43 en 1917, sont d'une rare splendeur : "Les grottes merveilleuses" situées à 35 km à l'ouest de Jijel sur les falaises rocheuses, représentent une vraie merveille de par les formes de sculptures qu'elles englobent et "Ghar El Baz" est un véritable musée préhistorique. Son nom est en rapport avec la forme naturellement façonnée de la roche intérieure dont la ressemblance rappelle étrangement celle d'El Baz (Aigle en berbère).

La saison touristique été 2009 a attiré plus de 5 millions de touristes dépassant ainsi la ville de Béjaia pourtant très fréquentée auparavant et on attend pour la saison de 2010 un afflux de plus de 6,5 millions de touristes selon le wali de la ville et les médias algériens.

La ville dispose de nombreux hôtels parmi lesquels on trouve de nombreux hôtels de luxe donnant sur la Méditerranée tels que l'hôtel de Bohanche, l'hôtel de Kotama ou encore l'hôtel Nassim qui se situe à la place "Beaumarcher" la baie la plus connue de Jijel regroupant les quartiers chics de la ville.

Le tourisme de montagnes ou le tourisme sauvage est en pleine expansion surtout après le retour du calme et de la sécurité aux régions des montagnes.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

El Aouana algeria.jpg

Patrimoine animalier[modifier | modifier le code]

Cette région fut le territoire du léopard de berbérie qui fut exterminée entre 1920 et 1930 sous la colonisation française.

Des témoignages qui demeurent non prouvés affirment sa perpétuelle existence dans tout le territoire de la petite Kabylie.

Cette région compte aussi parmi sa faune le seul spécimen de macaque en Afrique ; le macaque berbère ou autrement appelé magot dont la docilité en fait une curieuse et plaisante attraction pour les touristes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :