Peigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Peigne de coiffure)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peigne (homonymie).
Peigne à longues dents destiné à maintenir une coiffure en place (chignon).
Peigne ancien, égyptien, en ivoire d'hippopotame, à figure de bouquetin (époque : Nagada I)

Un peigne est un outil muni de tiges parallèles appelées « dents », de taille, longueur et grosseur variables, qui sert à remettre les cheveux et les poils en ordre ou à en retirer les poux ou les lentes. Le peigne peut être utilisé pour appliquer une teinture sur les cheveux[1]. C'est aussi un accessoire qui permet de maintenir les cheveux en place. C'est à ce titre un accessoire de mode.

Il est l'un des outils principaux, même le symbole, du coiffeur.

Historique[modifier | modifier le code]

Peigne antique en os, représentant Achille traînant le corps d'Hector derrière son char. Peigne en os, seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. Provenance : tombe 5, via Frascati à Oria
Peigne de bois sculpté, période médiévale (Hôtel de Cluny, Paris, Musée national du Moyen Âge

Des peignes ont été fabriqués depuis plusieurs milliers d'années, dans différentes matières : os, corne, ivoire, bois, écaille de tortue, puis métal, et, plus généralement à l'époque moderne, en matière plastique. Les peignes anciens comportaient souvent deux rangées de dents, l'une comportant des dents plus épaisses et plus espacées. Peut-être la denture la plus fine jouait elle aussi le rôle de peigne anti-poux en facilitant l'élimination des lentes[2].

Des peignes en os datant de 8 000 avant J.C. ont été découverts en Scandinavie

Dans l'Égypte antique, des peignes en ivoire ou en bois avec des dents des deux côtés étaient utilisés[2]. À l'époque gallo-romaine, les cheveux sont peignés tous les matins, avec un peigne double : les dents serrées sont destinées à éliminer les poux, les dents plus espacées à se coiffer[3].

Au IXe siècle, les Chinoises portaient des peignes en bois[2].

Au Moyen Âge, les femmes maintenaient leurs cheveux avec des peignes ciselés et décorés[2].

À partir de 1760, en Amérique, les peignes sont fabriqués avec des écailles de tortue. Les premiers peignes en matières plastiques sont fabriqués par Alexandre Parkes qui nomme la matière parkesine[2].

Il a existé en Occident aux XVIIIe et XIXe siècle des « peignes de plomb » qui donnaient une teinte grise aux cheveux, mais source de saturnisme. Leur origine ne semble pas clairement établie.

Quelle que soit l'époque, pour les peignes destinés à demeurer dans la chevelure, se pose le problème du maintien : sur des cheveux raides notamment, le peigne peut être amené à glisser. C'est pourquoi de nos jours les peignes décoratifs possèdent pour la plupart des dents en plastique : contrairement à leurs équivalent en métal ou en bois, le plastique peut être préparé pour être plus rugueux, ce qui évite au peigne de glisser au cours de la journée. Bien entendu cela n'affecte que la partie dentée : le peigne est ainsi très souvent décoré d'autres matériaux (strass, perles, décorations métalliques, etc.)[4].

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans le conte Blanche-Neige des frères Jacob et Wilhelm Grimm, la méchante reine tente de tuer Blanche-Neige en la coiffant avec un peigne empoisonné.

Dans Les Confessions, Jean-Jacques Rousseau évoque, sous le titre « Un Peigne cassé », un épisode où il est injustement accusé d'avoir cassé un peigne[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lola Montez, The Arts of beauty, or secrets of a lady's toilet, New York,‎ 1858, 132 p.
  2. a, b, c, d et e Les inventions qui ont changé le monde, Édition Sélection du Reader's digest, 1982. ISBN 2-7098-0101-9
  3. Tiphaine Auclair & Pascale Laurent, Vêtement, toilette et parure à l'époque gallo-romaine, Musées de Bourgogne,‎ 11 décembre 2006, 36 p. (lire en ligne)
  4. Exemples de peignes décoratifs contemporains
  5. Le Peigne cassé

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bollé, Le Peigne dans le monde, Paris, Hoëbeke,‎ 2004, 160 p.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]