Paul Demange (préfet)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Demange et Demange.
Paul Demange
Fonctions
18e ministre d’État monégasque
28 décembre 19661er avril 1969
Prédécesseur Jean Émile Reymond
Successeur François-Didier Gregh
Biographie
Date de naissance 14 juin 1906
Lieu de naissance Sélestat (France)
Date de décès 18 avril 1970
Lieu de décès Paris (France)

Paul Demange est né le 14 juin 1906 à Sélestat et mort le 18 avril 1970 à Paris. Pendant les premiers mois du régime de Vichy, sa carrière s'accélère et il occupe plusieurs fonctions majeures au sein du ministère de l'intérieur. Puis, devenu préfet en province et Ile-de-France, il se rapproche de la Résistance, est arrêté en mai 1944 et déporté. À son retour, il reprend son parcours au sein de la haute-administration.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien collaborateur de Georges Bonnet[1], ami du premier ministre de l'intérieur du maréchal Pétain, Adrien Marquet, il doit à ce dernier une évolution rapide en début de carrière[2]. A 33 ans, il est nommé directeur du personnel au ministère de l'intérieur[2], puis, six mois plus tard, directeur du cabinet du ministre, et ainsi, une des plus hautes personnalités de l'administration, dans les premiers mois de ce régime de Vichy, où s'amorce la politique de collaboration en France[3]. Il affirmera ultérieurement qu'Adrien Marquet était en complet désaccord avec le chef de l'État[4].

Il est ensuite, successivement, préfet de :

Puis, en 1967, il est détaché en qualité de Ministre d’État de la Principauté de Monaco.

Il est membre de la Légion d'honneur : Chevalier (27 août 1949), Officier (23 mai 1951, au titre de déporté), Commandeur (10 décembre 1956), puis Grand Officier (1er janvier 1967). Il est aussi Grand Officier de l'Ordre National du Mérite (1956).

Une plaque commémorative a été scellée par la ville de Sélestat sur sa maison natale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Parti communiste réunionnais a été créé ultérieurement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Bonnet, De Munich à la guerre, Éditions Plon,‎ 1967, 587 p.
  2. a, b et c Georgette Elgey, Histoire de la IVe République : La République des illusions (1945-1951), Éditions Fayard (lire en ligne)
  3. Marc Olivier Baruch, « Qui sont les préfets de Vichy ? », Institut d'histoire du temps présent
  4. Pierre Brana et Joëlle Dusseau, Adrien Marquet: maire de Bordeaux : du socialisme à la collaboration, Éditions Atlantica,‎ 2001, 286 p., p. 207
  5. André Jeannet, La Seconde guerre mondiale en Saône-et-Loire : Occupation et Résistance, JPM Éditions,‎ 2003, 350 p., p. 26
  6. Frédéric Payet, Le général De Gaulle et La Réunion, Azalées Editions,‎ 2008, 178 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]