Cinémathèque royale de Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cinémathèque royale de Belgique

La Cinémathèque royale de Belgique est fondée en 1938 par Henri Storck, André Thirifays et Pierre Vermeylen.

En 1997, elle était la cinémathèque la plus importante d'Europe (35 000 titres conservés dans un état exceptionnel)[1].

Elle a pour objet :

  • de constituer et conserver une collection de films possédant un intérêt esthétique, technique et historique permanent,
  • de réunir une documentation la plus large possible ayant trait à l'art cinématographique et
  • d'assurer, dans un but d'intérêt esthétique et scientifique, la consultation de ces films et documents.

Elle a eu pour conservateurs Jacques Ledoux de 1948 à 1988, puis Gabrielle Claes (Prix du mérite du cinéma flamand) jusqu'au premier octobre 2011 quand Wouter Hessels, désigné à ce poste le 16 juin 2011 par le Conseil d'Administration de la Fondation Cinémathèque royale de Belgique (dont Éric De Keuleneer est président et Stijn Coninx vice-président), avait pris ses fonctions pour un mandat de six ans[2]. Deux mois plus tard, Wouter Hessels démissionne [3]. Le 15 décembre, Nicola Mazzanti, venant de la cinémathèque de Bologne, est désigné conservateur par le Conseil d’Administration de la Cinémathèque royale[4].

La Cinémathèque a le statut d'établissement d'utilité publique. Elle est membre de la Fédération Internationale des Archives du Film qui regroupe les cinémathèques les plus importantes sur le plan international. C'est un organisme bi-culturel subventionné par le gouvernement fédéral et s'adresse aux communautés linguistiques francophone et néerlandophone.

Missions[modifier | modifier le code]

Conservation[modifier | modifier le code]

La Cinémathèque donne priorité absolue aux travaux élémentaires liés à la conservation des collections acquises : magasinage, pré-inventaire sur la nature et l'état physique des films, métrage, classement physique, tirage des contretypes de préservation et de positifs de projection, construction, aménagement, climatisation et entretien des dépôts.

Problèmes liés à la conservation[modifier | modifier le code]

Le nitrate

La majorité des films réalisés jusqu'en 1951 ont été fabriqués sur une pellicule à base de nitrate, extrêmement inflammable. À cause du risque qu'ils présentent, ces films sont entreposés séparément. La Cinémathèque a terminé le transfert de ces films sur pellicule de sécurité.

La couleur

Pour éviter la dépigmentation des films couleurs, ceux-ci doivent être conservés dans des chambres froides.

Le syndrome du vinaigre

À partir des années 1950, la pellicule nitrate est abandonnée au profit de la pellicule acétate, nettement moins inflammable. Quelques décennies plus tard, les conservateurs constatent avec horreur que l'acétate se décompose, en dégageant une odeur de vinaigre. La seule solution pour sauver un film est alors d'en tirer une copie.

Les supports d'avenir

Plus de cent ans après l'invention du cinéma, il apparaît pour certains que la conservation et la sauvegarde des films passera par leur numérisation. Plusieurs problèmes se posent :

  • le coût reste exorbitant,
  • la longévité des films numérisés n'est pas connue,
  • les normes techniques restent à harmoniser,
  • la question des droits d'auteur doit être réglée,
  • le spectre colorimétrique n'est pas le même en numérique que sur le support d'origine. D'autres modifications peuvent se produire de manière volontaire ou involontaire (ajout de contraste, netteté accrue, grain atténué, etc.)

Restauration[modifier | modifier le code]

Dans le cas où la Cinémathèque possède plusieurs copies d'un même film, un travail de comparaison et de réfection (décollage, nettoyage, dérayage, réparations des perforations, etc.) doit être entrepris pour reconstituer une copie d'archive aussi fidèle que possible à l'œuvre originale.

Certains films - principalement parmi les muets - parviennent à la Cinémathèque sous une forme lacunaire ou problématique (sans titre original, sans générique, dans un état précaire). Dans ce cas il faut identifier le film, restituer son origine, son métrage original, ses intertitres etc. La reconstitution d'un film peut nécessiter de rassembler des matériels éparpillés à travers le monde et d'effectuer des recherches dans des fonds de documentation filmographique.

Dépôts de films et laboratoire[modifier | modifier le code]

Quartier du dépôt principal et du laboratoire

La Cinémathèque possède son propre laboratoire où sont effectués les travaux de restauration (du moins pour les films noir et blanc), y compris le tirage de copies. Priorité est donnée à la restauration du patrimoine cinématographique belge.

À Ixelles (rue Gray) et à Namur (Citadelle) sont conservées les collections sur 13 000 mètres carrés et à cinq degrés. Au total, 150 000 copies et négatifs de 71 000 titres en 35mm, 16mm, 8mm, 9,5mm et Pathé Kok, du Blu-ray, DCP, U-matic, VHS ou Betacam. C'est là qu'ont lieu identifications, évaluations de l'état des copies, inventaires, restaurations des perforations, préparations des copies pour les projections, calibrages et réparations de machines et numérisations.

Projections[modifier | modifier le code]

Entrée de l'ancienne salle de projection des films sonores (1962-2006)

Toute projection expose un film à la friction mécanique d'une machine et risque de l'endommager ou de le détruire. Idéalement, les films ne peuvent être projetés avant qu'une matrice négative en soit réalisée qui en permettrait la reproduction en cas d'accident. La cinémathèque a pu protéger une part importante de ses collections rendant ainsi possible la projection des films.

Le plus souvent, la Cinémathèque est dépositaire des films sans posséder les droits de représentation qui y sont attachés. Il serait absurde de conserver une collection de films qui ne peut être montrée. Grâce à ses bons rapports avec l'industrie du cinéma, la Cinémathèque a obtenu le droit de projeter les films dans des contextes non commerciaux : culturel, pédagogique, scientifique. C'est dans cette perspective que le Musée du cinéma a été créé en 1962 au sein du Palais des beaux-arts de Bruxelles.

Le Musée du cinéma, rebaptisé Cinematek en 2009, sert de vitrine à la Cinémathèque puisque la grande majorité des films projetés proviennent de ses collections.

Centre de documentation et bibliothèque[modifier | modifier le code]

La bibliothèque est située sur le Mont des Arts, comme les salles de projection

Au 3 rue Ravenstein, sur le Mont des Arts à Bruxelles, le centre de documentation de la cinémathèque conserve revues internationales, 55 000 livres, 700 000 photographies, 3 000 000 de coupures de presse, des affiches, catalogues de festivals, scénarios de tournage et des fonds d'archive.

Prix de l’Âge d’or[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 1973, la Cinémathèque décerne le Prix de l’Âge d’or à un film qui « par l’originalité, la singularité de son propos et de son écriture, s’écarte délibérément des conformismes cinématographiques. »

Édition DVD[modifier | modifier le code]

Depuis 2002, la Cinémathèque royale de Belgique édite des DVD, notamment consacrés à l'œuvre d'André Delvaux ou à l'avant-garde belge des années 1927-37 (Henri Storck, Charles Dekeukeleire, Henri d'Ursel et Ernst Moerman[5].)

Livre[modifier | modifier le code]

75000 films, textes écrits par David Bordwell, Eric de Kuyper et Dominique Païni.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]