Minami Minegishi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Minami Minegishi
峯岸みなみ

Description de cette image, également commentée ci-après

Minami Minegishi à la Japan Expo de Paris en 2009

Informations générales
Surnom Mii-chan
Naissance (22 ans)
Tōkyō, Japon
Activité principale interprète
Activités annexes actrice
Genre musical J-pop
Années actives 2006 - présent
Labels King Records
Site officiel AKB48.co.jp

Minami Minegishi (峯岸みなみ, Minegishi Minami?, née le à Tokyo, Japon), surnommée "Mii-chan", est une chanteuse et idole japonaise, membre originale du groupe de Jpop AKB48 depuis 2005, également membre du sous-groupe no3b. Elle joue en 2007 dans le film Densen Uta, et apparait dans de nombreuses publicités, seule ou avec son groupe. En août 2013, elle est nommée capitaine de la team 4 reformée comprenant les ex-membres kenkyuusei de la 14e génèration.

En , AKB48 a annoncé que Minami suspendait ses activités pendant une période indéterminée en raison de problèmes de santé. Elle n’a pas participé au live de la Team 4 au Théâtre des AKB48 et a été emmenée à l’hôpital le . Minami a passé des examens médicaux et un kyste rénal a été diagnostiqué. Miichan va désormais se concentrer sur son traitement médical[1]. Minami a finalement repris ses activités au sein des AKB48 le 10 juillet en l'annonçant sur son compte Google+.

Scandale[modifier | modifier le code]

Le 31 janvier 2013, à la suite de la révélation par un tabloid japonais de sa liaison intime avec Alan Shirahama du boys band Generations et d'une nuit passée ensemble à son domicile, elle est mise à l'écart du groupe par son agence en réponse au scandale déclenché chez ses fans : démise de son statut de membre officielle, elle est rétrogradée au rang de simple "élève" ne participant plus aux spectacles. Dans les heures qui suivent, Minegishi rase sa longue chevelure en signe de contrition, un geste traditionnel de pénitence au Japon, puis poste sur le site officiel du groupe une vidéo d'elle la tête ainsi rasée, suppliant en larmes d'être pardonnée et réintégrée ; sa vidéo est visionnée plus de cinq millions de fois dans les deux jours qui suivent avant d'être supprimée. Son geste, qui choque l'opinion publique nippone, est mentionné par de nombreux médias dans le monde entier [2], [3] [4], [5], [6], [7], [8], [9].

Note et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]