Marcos de Niza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Inscription moderne apocryphe, gravée vers 1930 sur un rocher du Pima Canyon, en Arizona, souvent mais faussement attribuée à Frère Marc de Niza[1].

Frère Marc de Nice, plus connu sous son nom espagnol de Fray Marcos de Niza, est un explorateur franciscain né à Nice vers 1495 et mort à Mexico le 25 mars 1558.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Nice, qui faisait alors partie du duché de Savoie, vers 1495, orphelin, de patronyme inconnu. Il devient franciscain de l’Observance, profès de la province de Saint-Louis Évêque (province franciscaine d’Aquitaine, qui englobait alors Nice).

En 1530, il part en Espagne, traverse l'Atlantique et rejoint Francisco Pizarro lors de sa conquête du Pérou. Il s'oppose très vite à Pizarro et dénonce les cruautés espagnoles envers les Indiens.

En 1534, il fait partie d'une expédition conduite en Équateur par Pedro de Alvarado, au cours de laquelle il sert de médiateur entre Alvarado et Diego de Almagro, venu représenter les intérêts de Pizarro, et évite un affrontement entre leurs troupes. En août 1534, il transfère ses pouvoirs à Almagro pour bâtir un monastère franciscain près de Quito. Il accompagne ensuite Sebastián de Belalcázar dans sa conquête de Quito. On le retrouve en 1536 au Guatemala, où il témoigne en faveur d'Alvarado dans un procès intenté par Almagro.

Frère Juan de Zumárraga, archevêque de Mexico, le fait venir au Mexique en 1537. Fin 1538, le vice-roi Mendoza l'envoie à la découverte des territoires au nord du Mexique. Il part en compagnie du frère lai Onorato et de l'esclave noir Estevanico. Il atteint l'Arizona et le Nouveau-Mexique en 1539 et découvre les territoires des indiens zuñis, où Estevanico trouve la mort. De retour à Mexico, il fait une relation emphatique de sa découverte, mentionnant pour la première fois le nom des cités de Cíbola, ce qui provoque une expédition de conquête, en juin 1540, par Francisco Vázquez de Coronado, à qui il sert de guide.

Lors de la rébellion indienne au nord du Mexique, connue sous le nom de guerre de Miztón, en 1542, il est aux côtés du vice-roi Mendoza, dans son conseil de conscience, pour lui inspirer une "manière juste" de réprimer cette révolte.

Chapelain de Zumárraga en 1546, il doit quitter Mexico pour un climat plus chaud, souffrant des séquelles de ses voyages. Quand Frère Gerónimo de Mendieta le rencontre, vers 1556, il réside à Xalapa, souffrant et très diminué. Il décède le 25 mars 1558 à Mexico, où il est enterré.

Frère Marc fait partie d'un groupe de Franciscains millénaristes et utopistes, qui ont essayé d'établir des sociétés idéales indiennes en Amérique. Ami de Bartolomé de Las Casas, il lui a fourni l'essentiel des informations dont ce dernier a disposé sur le Pérou.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres reconnues[modifier | modifier le code]

  • Poder de Fray Marcos de Niza a favor del Señor Mariscal (« Pouvoir de Frère Marc de Nice en faveur du Seigneur Maréchal »). Santiago de Quito, 29 août 1534. Manuscrit 74, collection Harkness, bibliothèque du Congrès, Washington, D.C., édition espagnole et traduction anglaise par Stella R. Clemence, The Almagros and the Pizarros, 1531 - 1578, Washington, D.C., 1936.
  • Témoignage, in Información hecha en Santiago de Guatemala sobre el concierto celebrado entre el Adelantado D. Pedro de Alvarado y el Mariscal D. Diego de Almagro, para el descubrimiento y conquista de tierras (« Information faite à Santiago de Guatemala sur l’accord intervenu entre le Gouverneur D. Pedro de Alvarado et le Maréchal D. Diego de Almagro, pour la découverte et la conquête de terres »), Santiago de Guatemala, 28 septembre 1536. Archivo General de Indias, Patronato, 180, Ramo 66, 1.
  • Relation du voyage à Cíbola. Trois copies du manuscrit original sont connues ; deux copies à l’Archivo General de las Indias, Séville : Relación de Fr. Marcos de Niza a la provincia de Culuacan en Nueva España, 1539, Patronato, Descubrimiento, Nueva España, legajo 20 ; une copie aux Haus, Hof und Staatsarchivs à Vienne (Autriche), Relación de las Indias de fray Marcos Denica, Handschrift Blaum 192 (Böhm 682).
  • Lettre à Frère Juan de Zumárraga du 26 février 1546. Publiée par Jímenez de la Espada, Tres cartas familiares de Fray Juan de Zumárraga, primer obispo y arzobispo de México, y contestación a otra que le dirige Fray Marcos de Niza (« Trois lettres familières de Frère Juan de Zumárraga, premier évêque et archévêque de Mexico, et réponse à une autre que lui adresse Frère Marc de Nice ») in Boletín de la Real Academia de la Historia, VI (1885).
Signature autographe de Fray Marcos de Niza, au bas du "Poder de Fray Marcos de Niza a favor del Señor Mariscal". Se lit : "Ita est, Frayre marcos de nissa, comissaris" (il était alors commissaire de son ordre au Pérou).

Œuvres perdues[modifier | modifier le code]

Œuvres relatives au Pérou, mentionnées par Juan de Velasco[2] et Antonio de Alcedo[3] :

  • Ritos y ceremonias de los Indios (« Rites et cérémonies des Indiens »).
  • Cartas informativas de lo obrado en las provincias del Perú y del Cuzco (« Lettres informatives sur l’œuvre dans les provinces du Pérou et du Cuzco »).
  • Las dos líneas de los Señores del Perú y del Quito (« Les deux lignées des Seigneurs du Pérou et du Quito »).
  • Historia de la conquista de la provincia del Perú (« Histoire de la conquête de la province du Pérou »).
  • Historia de la conquista de la provincia del Quito (« Histoire de la conquête de la province du Quito »), selon Velasco ou Conquista de la provincia del Quito por Sebastián de Belalcázar (« Conquête de la province du Quito par Sebastián de Belalcázar ») selon Alcedo.

Documents relatifs à Cibola :

  • Lettre à Coronado sur Topira. Coronado mentionne[4] avoir reçu une lettre de Frère Marc lui relatant le début de son voyage vers Cíbola, et en particulier ce qu’il découvrit à Topira (actuel Topía, Durango).
  • Deuxième relation de Cíbola. Dans sa relation du voyage à Cíbola, Frère Marc affirme avoir écrit un deuxième rapport, dans lequel il précise, en particulier, les noms des îles situées à la hauteur de Vacapa.

Attributions[modifier | modifier le code]

  • Historia de la conquista de la provincia del Quito (« Histoire de la conquête de la province du Quito »). Ce document pourrait avoir été inséré par Las Casas dans une version de 1548 de sa « Très brève relation de la destruction des Indes ». Cette version contient une dizaine de chapitres de plus que la version publiée, et, en particulier, ce qui s'avère être l'in-extenso du "Pedazo de una carta..." et qui serait la retranscription du document perdu de Frère Marc. Attribution par Michel Nallino[5].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Katharine Bartlett et Harold S. Colton, A Note on the Marcos de Niza inscription near Phoenix, Arizona (Une note sur l'inscription de Marcos de Niza près de Phoenix, Arizona), Plateau vol.12, n°4, avril 1940, p.53-59.
  2. (es) Velasco, Juan de, Historia del reiño de Quito en la America Meridional. Historia Antigua. Écrit en 1790. Casa de la Cultura Ecuatoriana, Editorial Benjamín Carrión, publié par Piedad et Alfredo Costales, Quito 1996.
  3. (es) Alcedo y Bejarano, Antonio de, Biblioteca americana; catálogo de los autores que han escrito de la América en diferentes idiomas, y noticias de su vida y patria, años en que vivieron y obras que escribieron. Écrit en 1807. Publié à Quito, Museo Municipal de Arte e Historia, 1964-1965. 2 v. (Publications du Musée Municipal d'Art et d'Histoire; vol. 32, t. 1-2)
  4. (it) Lettre à Antonio de Mendoza, de Culiacán, le 8 mars 1539 ; lettre perdue, connue par sa traduction italienne par Jean-Baptiste Ramusio, Navigazzioni e Viaggi, Venise, 1556
  5. (es) Voir transcription par Antonio María Fabié, in Vida y escritos de D. Fray Bartolomé de Las Casas, Madrid, 1879, volume 2, pp 390-405.

Liens externes[modifier | modifier le code]