Lycette Darsonval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lycette Darsonval

Description de l'image  Fotothek df roe-neg 0006720 018 Gastaufführung "Die romantischen Ballette" des B.jpg.
Naissance 12 février 1912
Coutances, France
Décès 1er novembre 1996 (à 84 ans)
Saint-Lô France
Lieux de résidence France
Activité principale Danseuse étoile, pédagogue
Style Danse classique, néo-classique
Lieux d'activité Paris Nice
Années d'activité 1935-1976
Distinctions honorifiques Commandeur de l'Ordre National du Mérite, Chevalier des Arts et des Lettres.

Œuvres principales

"Trois Siècles de danse à l’Opéra de Paris" ; "Nuit vénitienne (La)" ; "Combat"

Répertoire

Ballets de Serge Lifar

Alice Andrée Marie Perron dite Lycette Darsonval, née le 12 février 1912 à Coutances et morte le 1er novembre 1996 à Saint-Lô, est une danseuse classique et une actrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lycette Darsonval est la demi-sœur du danseur Serge Perrault[1]. Danseuse dans la rue à Montmartre, elle est repérée et entre à 23 ans à Opéra de Paris, où, élève de Nicola Guerra[1], elle devient l'une des interprètes les plus en vue de la « génération Lifar », promue au rang de danseuse étoile en 1940. Le titre d'étoile n'étant officiel qu'à partir de 1941, Solange Schwarz et Lycette Darsonval seront les premières danseuses à porter ce titre[2]. En 1957, elle dirige le Ballet de l'Opéra de Paris, qu'elle quitte en 1960 pour prendre la direction du ballet de Nice. Elle enseigne au conservatoire de Nice pendant les années 71-76 ainsi qu'à l'École de danse de l'Opéra de Paris en 1975.

Deux bronzes de Jacques Gestalder représentant Lycette Darsonval, sont exposés à la fondation Bettencourt-Schueller à Neuilly-sur-Seine[3].

Un portrait de Lycette Darsonval a été peint par Serge Ivanoff.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Son répertoire comprend de nombreux ballets faisant partie des grands classiques du ballet, mais surtout créés par les chorégraphes plus célèbres de son époque, et tout particulièrement par Serge Lifar.

  • Serge Lifar: Oriane et le Prince d'amour ; Sylvia[4]; La tragédie de Salomé ; Roméo et Juliette ; Phèdre (rôle d'Oenone/Phèdre) ; Le Chevalier Errant ; Cinéma ; David Triomphant ; Adélaïde ; La Princesse au jardin ; Joan de Zarissa (rôle de la Duchesse Isabeau) L'amour sorcier (rôle de Lucia) ; Suite en Blanc ; Zadig ; Lucifer ; Endymion ; Variation
  • Lander/Lifar/Aveline: Les Indes galantes
  • Albert Aveline: Elvire ; Les deux Pigeons ; La Grande Jatte ; La Tragédie de Salomé
  • George Balanchine: Le Palais de Cristal
  • Mérante: Coppélia
  • Victor Gsovsky: La Guimard et Vestris ; Pas de quatre ; Intermezzo
  • Jean Coralli/Jules Perrot: Giselle
  • Marius Petipa: Le Lac des cygnes (Odette/Odile)
  • Michel Fokine: Le Spectre de la rose

Forte de sa notoriété, elle fait également des apparitions de danseuse au cinéma, comme dans Douce de Claude Autant-Lara (1943).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Lycette Darsonval
  • 1942 : La Danse éternelle de René Chanas et Docteur François Ardoin (court métrage), avec Roland Petit
Symphonie en blanc de René Chanas et Docteur François Ardoin (court métrage), avec Serge Peretti
Vautrin de Pierre Billon, avec Madeleine Sologne
Une journée à l'opéra de René Hervouin (court métrage), avec Serge Lifar
  • 1949 : Paris capitale de la danse de Marcel Martin (court métrage), avec Micheline Grimoin
  • 1950 : Montmartre (film) de Jean-Claude Bernard (moyen métrage), avec Serge Golovine

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ricaux et l’École italienne, témoignage de Serge Perrault, sur le site www.augustevestris.fr le 14 novembre 2010.
  2. Site Les étoiles de l'Opéra
  3. Article sur les bronzes de Jacques Gestalder
  4. Sylvia sur danserenfrance

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ma vie sur les pointes, Lycette Darsonval, Ed. France-Empire, 1988
  • Les demoiselles d'Opéra, Louis Léon-Martin, Éditions des portiques, 1930
  • Les mémoires d'Icare, Serge Lifar, Sauret, 1993
  • Serge Lifar : la danse pour patrie, Florence Poudru, Hermann, 2007
  • Coulisses de la danse, Gilbert Serres, France-Europe Ed., 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]