Kasturba Gandhi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gandhi.

Kastürbā Gāndhi

Description de cette image, également commentée ci-après

Kastürbā Gāndhi

Nom de naissance Kastürbā Gāndhi
Naissance 11 avril 1869
Décès 22 février 1944 (à 74 ans)
Pune, Inde
Nationalité Indienne
Famille
Épouse de Mohandas Karamshand Gandhi

Kastürbā Gāndhi (11 avril 186922 février 1944), affectueusement surnommée Ma (mère) par les Indiens, est la femme de Mohandas Gandhi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Porbandar (Gujarat), Kasturba est la fille d’un riche homme d’affaires de la ville, Gokuladas Makharji, et est mariée à Mohandas Karamchand Gandhi, lui aussi originaire de Porbandar, alors qu’ils ont tous deux 13 ans. Le mariage arrangé se révèle être heureux et Gandhi soulignera toute sa vie l’importance du soutien de Kasturba et le rôle bénéfique qu’elle a dans son évolution personnelle. Étant illettrée, Gandhi lui apprend à lire et à écrire, une action hors du commun au vu de la situation des femmes en Inde à cette époque.

Quand Gandhi part étudier trois ans à Londres en 1888, elle reste en Inde pour éduquer leur fils Harilal, né cette année-là. Elle aura trois autres garçons Manilal (né en 1892), Ramdas (né en 1897), et Devdas (né en 1900).

En 1906, Mohandas Gandhi décide de pratiquer le brahmacharya, et le couple n’a plus de relations sexuelles. Bien qu’elle ait toujours soutenu son mari, Kasturba n’accepte pas toujours facilement ses idées et Gandhi doit passer beaucoup de temps à la persuader.

Kasturba est très religieuse, mais comme son mari elle renonce à toute distinction de caste et vit dans un ashram. Kasturba se joint souvent à Gandhi dans ses actions de désobéissance civile et d’activisme non-violent. De 1904 à 1914, en Afrique du Sud, elle est active dans le Phoenix Settlement à côté de Durban. En 1913, elle est arrêtée lors des manifestations contre les conditions de travail des Indiens dans le régime de l’apartheid et condamnée à trois mois de travaux forcés. En Inde, elle prend parfois la place de son mari lorsqu’il est arrêté.

En 1915, quand Gandhi soutient les cultivateurs d’indigo, Kasturba l’accompagne et enseigne l’hygiène, la discipline, la lecture et l’écriture aux femmes et aux enfants.

Kasturba souffre de bronchite chronique. Le stress des nombreuses arrestations du mouvement Quit India et les dures conditions de vie en ashram la rendent de plus en plus malade. En avril 1942, alors que Gandhi vient d'être à nouveau emprisonné, elle est arrêtée alors qu'elle s'apprête à prendre la parole dans un meeting. En 1944, alors âgée de 74 ans et détenue depuis près de deux ans à Pune avec Gandhi, elle contracte une bronchite aiguë. Elle meurt d’un infarctus, la tête posée sur les genoux de Gandhi, après que ce dernier eut refusé qu’on lui administre des injections de pénicilline[1] le 22 février.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Si j'avais permis la pénicilline, dit-il après la crémation, cela ne l'aurait pas sauvée. Et elle s'est éteinte sur mes genoux. Est-ce que cela pouvait être mieux ? », cité par C. Clément, 1989, p. 98.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Dr. T. S. Soundram - cofondateur de Gandhigram
  • Catherine Clément, Gandhi, athlète de la liberté, Découvertes Gallimard, Gallimard, 1989. (ISBN 2-07-053071-X) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]