Kashima-shinryū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kashima-Shinryû (鹿島神流) est une école d'arts martiaux japonais âgée d'environ 5 siècles (koryu).

Les techniques furent formalisées par trois samouraïs : MATSUMOTO Bizen-no-kami Ki no Masamoto, KUNII Genpachiro Kagetsugu et KAMIIZUMI Ise-no-kami Fujiwara no Hidetsuna en s'inspirant principalement des techniques du style appelé « l'épée de Kashima » ainsi que de leurs expériences sur les champs de bataille.

Le nom Kashima provient du nom du temple et de la ville où le style fut créé, situé dans la province d'Ibaraki, au bord du Pacifique, à l'est de Tokyo. Shinryû peut être traduit par « style divin » et signifie que les principes de l'école furent inspirés par la déité célébrée dans le temple Shinto de Kashima : Takemikazuchi no Mikoto.

L'enseignement comprend le combat à main nue (jujutsu) ainsi que la pratique de nombreuses armes : épée (kenjutsu et battojutsu), naginata, yari, shuriken, bâton long (bojutsu) et court (jojutsu), etc.

L'école eut une évolution relativement silencieuse au cours de l'époque d'Edo puis connu un regain d'intérêt à partir du début du XXe siècle avec le 18e shihanke, Kunii Zen'ya, surnommé le Musashi de Showa. De nos jours, la pratique continue sous la direction du 19e shihanke, Seki Humitake, principalement au Japon mais aussi en Amérique du Nord, Slovénie, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni et Finlande.

Une pratique différente, largement influencée par l'aikido, du sabre de cette école est enseignée par Minoru Inaba au Japon, ce dernier n'ayant étudié que le sabre environ 1 an auprès de Kunii Zen'ya, prédécesseur de Seki Humitake.

Les katas de sabre se décomposent en plusieurs séries dont les 5 premières sont:

  • Kihon Dachi (1°série, OMOTA WAZA) : Les bases du sabre

Cette première série comprend cinq katas dont les mouvements sont la base de l'école kashima Shinryû. Travailler régulièrement ces série permet de développer les positions, les attitudes, la densité du corps et du hara permettant au pratiquant d'appréhender les autres séries avec des bases solides. Les exercices de Kihon Dachi consistent en duels à distance rapprochée (tachiai) qui permettent d'internaliser le but ultime (gokui) de "épée, esprit, corps : 3 ne faisant qu'un" (ken-shin-tai sanmi ittai). Ils sont généralement effectués avec des bokuto (grosse épée d'entraînement en bois).

  1. Kesa Giri
  2. Ashibaraï Ukibune
  3. Kiri Wari
  4. Wari Tsuki
  5. Kuraï Dachi


  • Ura Dachi (2° série, URA WAZA): Retourner l'épée

La deuxième série est la série où shitachi (partenaire étudiant) pénètre les défenses de uchitachi (partenaire enseignant) retournant le Ken contre lui. Cette série s’effectue en reculant de trois bon pas de manière synchronisée entre les deux protagonistes. Ces exercices amènent les pratiquants à appliquer les techniques lorsqu'ils s'approchent l'un de l'autre (yukiai) et à calculer la distance d'engagement et le timing (maai). Avec la pratique d'Ura Dachi, le pratiquant est amené à comprendre que les techniques de Kashima-Shinryû ne sont pas réactives mais requièrent que l'un saisisse l'initiative (sen-sen-no-sen).

  1. Men Tachi zuke
  2. Kesa Tachi zuke
  3. Do Tachi Zuke
  4. Gedan Kote Dome
  5. Kyodachi Kote Giri
  6. Sokui Zuke
  7. Mikiri Kenchu Taï
  8. Naori Taïchu Ken
  9. Kesa Giri Sode Suri
  10. Enbi Ken


  • Aishin Kumitachi (3° série): Ensemble, synchronisation, les kens liés

Cette série suppose la simultanéité et la synchronicité des deux protagonistes. Elle requiert d'un pratiquant qu'il apprenne à utiliser les mouvements en spirale pour unifier l’épée avec le flot initial de ki, et ainsi maîtriser une situation dans laquelle les deux parties tentent d'utiliser les mêmes mouvements l'un contre l'autre. Les techniques d'épées pratiquées dans ces exercices sont identiques à ceux réalisés par les guerriers de haut rang avant même l'apparition de Kashima-Shinryû en tant qu'école identifiable.

  1. Kumitachi Kiridome
  2. Kumitachi Seigan
  3. Kumiwakare Warizuki
  4. Kumitachi Kaeshigote
  5. Kumiwakare Taoshiuchi


  • Jissen Kumitachi (4° série): Le fruit, le résultat en combat, les kens liés

Cette série résume les acquis des précédentes. Ces exercices enseignent au pratiquant à maîtriser les duels qui s'amorcent juste hors de portée des coups (ippo itto maai). À l'instant où le shitachi (partenaire étudiant) initie le mouvement, le uchitachi (partenaire enseignant) répond par la lecture et le suivi de son mouvement dans une tentative de saisir l'initiative (go-no-sen).Le shitachi est ainsi amené à exécuter la technique au plus haut niveau d’urawaza (technique interne). Pendant le XIXe siècle, lorsque Kashima- Shinryû était enseigné sous le nom de Shinkageryu aux guerriers activistes du domaine de Mito et autres, l'entraînement de kenjutsu était focalisé sur cet ensemble d'exercices seuls.

  1. Tsuki Kaeshi
  2. Kiri Wari
  3. Sokui Dachi
  4. Hayanuki Fudoken
  5. Sodesuri Seigan
  6. Gedan Koteuchi
  7. Tsubame Gaeshi
  8. Tsubazeri Daoshi
  9. Makitachi Oikomi


  • Kassen Dachi (5°série): Combattre au ken sans concession

Cette série induit la notion d’anticipation SENTE (avant) ainsi que celle de « destruction de l’équilibre » TAOSHI (abattre, renverser) et TSUBUSHI (casser, écraser). Ces exercices enseignent à maîtriser les techniques adaptées aux champs de bataille dans le temps où les combattants portaient les armures traditionnelles japonaises et se chargeaient en duel à distance (yukiai). Ces techniques exploitent les points faibles de l'armure et emploient des principes mécaniques sophistiqués pour déséquilibrer l'adversaire.

  1. Sente Tsukiage
  2. Sente Seigan
  3. Sente Tsukikaeshi
  4. Sente Tsukadaoshi
  5. Sente Enbidaoshi
  6. Jodan Nukidaoshi
  7. Gedan Nukidaoshi
  8. Fudoken
  9. Kesa Tsubushi
  10. Muniken

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Friday, Karl F. with Seki Humitake, Legacies of the Sword: The Kashima-Shinryu and Samurai Martial Culture, Honolulu: University of Hawai'i Press, 1997.
  • Inaba Senseï, Researching Japanese Budo, Meiji Jingu Press, 200?

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]