Juan Sebastián Elcano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Elcano et Cano.
Lithographie de 1854 représentant Juan Sebastián Elcano
Cartographie de la circumnavigation de Fernand de Magellan et de Juan Sebastián Elcano.

Juan Sebastián Elcano (Elkano ou del Cano), né en 1476 à Getaria et mort dans l'océan Pacifique le 4 août 1526[1], est un explorateur et marin basque espagnol qui réalise de fait la première circumnavigation du globe de 1519 à 1522, lors de l'expédition commandée à l'origine par Fernand de Magellan. Il revint à Séville avec les derniers survivants de l'expédition à bord de la Victoria.

« Véritablement ce capitaine Juan Sebastián Elkano est digne d'une éternelle mémoire, puisqu'il a été le premier à ceindre le monde, et que nul jusqu'alors, ni parmi les fameux Anciens, ni parmi les Modernes, ne peut lui être comparé », écrit, en 1601, le Grand Chroniqueur des Indes à la cour d'Espagne, Antonio de Herrera y Tordesillas[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Capitaine d'un navire marchand, Elcano a violé la loi castillane en remettant son bateau à des banquiers génois en paiement d'une dette. Cherchant à se faire pardonner par le roi Charles Ier (ou Charles Quint), il s'engagea comme officier subalterne dans l'expédition de Fernand de Magellan[3] (cette information ne fut jamais confirmée et est contestée par d'éminents historiens[Lesquels ?]), qui partit en août 1519 pour faire le tour du monde.

Il prit part à « la mutinerie de Pâques » au Port de San Julián le 1er avril 1520 mais fut épargné par Magellan et bientôt nommé capitaine de la Concepcion, l'un des cinq navires de l'expédition.

Lorsque Magellan fut tué par des autochtones dans l'île de Mactan, aux Philippines, le 27 avril 1521, il fut amené à prendre le commandement de la flotte, à bord du Victoria. Le 18 mars 1522, Elcano découvrit l'île Amsterdam, au sud de l'océan Indien, mais ne la nomma pas.

Le 6 septembre 1522, il arriva à Sanlúcar de Barrameda (en Andalousie) avec 18 survivants (sur 240 hommes au départ) et 4 indigènes de Tindore dans les Moluques (sur 13 embarqués). L'empereur Charles Quint lui décerne des armoiries représentant un globe portant comme inscription « Primus circumdedisti mihi » (« Tu a été le premier à faire le tour pour moi ») et lui octroie une pension viagère de 500 ducats[1].

Statue d'Elcano à Getaria érigée en 1861.

En 1526, Elcano fut le capitaine de l'un des sept vaisseaux de l'expédition commandée par García Jofre de Loyasa, visant à explorer les Indes orientales, afin d'affirmer les prétentions territoriales de la couronne espagnole. Elcano meurt en plein océan Pacifique le 4 août 1526 quelques jours après Loyasa, « vaincu par les intempéries et la maladie. »[1].

Navire[modifier | modifier le code]

En son honneur, une Goélette à hunier espagnole est nommée Juan Sebastián de Elcano, elle sert de voilier école pour l'armada espagnole.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Entrée « Juan Sebastián Elkano », index biographique in Xavier de Castro (dir), Le voyage de Magellan (1519-1522), Chandeigne, 2007, p. 489.
  2. Historia general de loc hechos de los Castellanos en las islas y tierra firme del mar océano dans Xavier de Castro (dir), Le voyage de Magellan (1519-1522), Chandeigne, 2007, p. 1005. Traduction de Jocelyne Hamon.
  3. http://latinamericanhistory.about.com/od/coloniallatinamerica/p/jselcano.htm