Johann Baptist Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Metz (homonymie).

Johann Baptist Metz (né en 1928) est un théologien catholique allemand. Il est professeur émérite de théologie fondamentale à l'Université Wilhelms de Münster (Westphalie). Il est considéré comme le fondateur de la nouvelle théologie politique dans les années 1970 et 80 et est l'un des plus influents théologiens allemands de l'après-Vatican II.

Vie[modifier | modifier le code]

Après son baccalauréat, il étudie la théologie et la philosophie à Bamberg, Innsbruck et Munich. Après ses doctorats en philosophie (1952) et théologie (1961), et son ordination sacerdotale (1954), il est nommé sur la chaire de théologie fondamentale à la Faculté de théologie catholique de l’université de Münster (Westphalie), où il enseigne de 1963 à 1993. Il a ensuite été professeur invité pendant plusieurs années à l'Université de Vienne[1].

De 1968 à 1973, Metz a été consulteur du Secrétariat pontifical pour les non-croyants. De 1971 à 1975, il a été conseiller du synode des diocèses allemands et auteur principal du document du synode „Unsere Hoffnung“ ("Notre espérance").

Metz est l’un des cofondateurs et rédacteurs de la revue internationale de théologie "Concilium".

Il a été fait docteur honoris causa de l'Université de Vienne en 1994.

Pensée[modifier | modifier le code]

D’abord élève et disciple de Karl Rahner, il s’est éloigné la théologie transcendantale de Rahner pour promouvoir une théologie enracinée dans une praxis chrétienne.

Metz est au centre d'une nouvelle école de théologie politique (face à la "vieille" théologie politique de Carl Schmitt) qui a fortement influencé la théologie de la libération. Sa pensée fondamentale tourne autour de l'attention à la souffrance d’autrui, et les concepts clefs de sa théologie sont mémoire, solidarité et narration. C’est une pensée qui se veut attentive tant à l’humanisation du monde qu’à son accomplissement eschatologique en Dieu. Pour ce qui concerne son attention à la souffrance d'autrui, on soulignera notamment, dans Memoria passionis (trad. française, Cerf, 2009), cette réflexion profondément significative :

<< Auschwitz signale une horreur pour laquelle la théologie n'a trouvé aucun langage, une horreur qui fait éclater toute l'assurance théologique du discours chrétien >> (p. 53).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres traduites en français
  • Pour une théologie du monde, Paris, Cerf, 1971.
  • La foi dans l'histoire et dans la société : Essai de théologie fondamentale et pratique, Paris, Cerf, 1979.
  • Un temps pour les ordres religieux ? Mystique et politique de la suite de Jésus, Paris, Cerf, 1981.
  • Memoria passionis, Un souvenir provocant dans un société pluraliste, Paris, Cerf, 2009.
Œuvres en allemand
  • Zur Theologie der Welt, Mainz 1973 (Topos-TB), ISBN 3-7867-0411-2
  • Glaube in Geschichte und Gesellschaft. Studien zu einer praktischen Fundamentaltheologie, Mainz 1977, ISBN 3-7867-0659-X
  • Zeit der Orden? Zur Mystik und Politik der Nachfolge, Freiburg 1977, ISBN 3-451-17724-2
  • Jenseits bürgerlicher Religion. Reden über die Zukunft des Christentums, Mainz/München 1980, ISBN 3-7867-0826-6
  • Zum Begriff der neuen Politischen Theologie 1967-1997, Mainz 1997, ISBN 3-7867-2029-0
  • Memoria Passionis. Ein provozierendes Gedächtnis in pluraler Gesellschaft, Freiburg 2006, ISBN 978-3-451-28941-5
Œuvres sur Metz
  • Marcel Xhaufflaire, La théologie politique : introduction à la théologie politique de Jean-Baptiste Metz, Paris, Cerf, 1972.
  • Père Benoit-Marie Roque, Le monde comme problème de théologie fondamentale chez Jean Baptiste Metz. Herméneutique et contexte après le tournant anthropologique, Lille, Atelier National de Reproduction des Thèses, 2007, 699 pages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. „Gespräche mit Johann B. Metz über Spiritualität heute“, Online-Universitätszeitung, 6. Februar 2008.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]