Plante toxique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Différentes plantes toxiques communes en France.

Une plante toxique ou plante vénéneuse est une espèce végétale qui contient dans certaines de ses parties, parfois toutes, des substances toxiques principalement pour l'homme ou les animaux domestiques. Les substances toxiques contenues dans les plantes sont généralement des composés organiques, plus rarement minéraux. La toxicité se manifeste le plus souvent par l'ingestion de certains organes, mais aussi par contact.

La toxicité d'une plante dépend de nombreux facteurs, comme de la partie de la plante incriminée, de la façon dont l'organisme est entré en contact avec cette plante, de la dose à laquelle l'organisme a été exposé, de l'état général de cet organisme, etc.

L’exotisme de la plante ne fait pas le poison, des plantes qui nous sont familières peuvent contenir des substances à hauts risques. Les plantes d'ornements constituent le plus grand risque puisqu'elles côtoient notre environnement. Poussés par leur curiosité, les enfants sont les plus exposés. L'homme a appris à identifier et connaître les plantes toxiques, mais aussi à en tirer des substances qui, à faibles doses, ont des vertus psychotropes, médicinales ou stimulantes.

Compétition[modifier | modifier le code]

Les plantes ont développé des poisons pour des raisons de compétition. Ces substances constituent un des moyens de défenses des plantes, au même titre que les aiguilles.

Substances toxiques[modifier | modifier le code]

700 bovins tués durant la nuit par l'ingestion de plantes vénéneuses en Australie (1907).

Les poisons ont des effets différents selon les animaux qui les consomment. Par exemple, les porcs et le sangliers peuvent se nourrir de grandes quantités de glands, pourtant le tanin qu'ils contiennent est un puissant poison pour l'homme et les ruminants. Les oiseaux consomment régulièrement des baies, comme celles de la viorne, du sureau et de la belladone, qui sont hautement toxiques pour l'homme.

Les intoxications chez les animaux sont rares, leur instinct les empêche de toucher aux plantes toxiques, notamment à l'aide de leur odorat ou du goût.

Plantes toxiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des plantes toxiques.

Le nombre de plantes toxiques est innombrable, même si certaines familles sont davantage concernées. Nous nous intéresseront ici aux plus communes.

Plantes alimentaires toxiques[modifier | modifier le code]

L'amygdaline présente dans les graines de pommes est toxique à forte dose.
Toutes les parties de la pomme de terre, hormis le tubercule mur, sont toxiques.

Beaucoup de plantes alimentaires possèdent des parties toxiques, sont totalement toxiques non-préparées ou sont toxiques à certaines étapes de leur croissance. Les exemples notables comprennent:

  • La pomme (Malus domestica). Les graines sont légèrement toxiques, contenant une petite quantité d'amygdaline, un glucoside cyanogène. La quantité contenue n'est généralement pas suffisante pour être dangereuse pour les humains, mais il est possible d'ingérer assez de graines pour constituer une dose mortelle.
  • Le manioc (Manihot esculenta). Les racines et les feuilles contiennent deux glucosides cyanogénétiques, la linamarine et la lotaustraline. Ceux-ci sont décomposés par la linamarase, une enzyme naturelle dans le manioc, libérant du cyanure d'hydrogène. Des variétés de manioc sont souvent classées comme étant soit doux ou amer, respectivement signifiant l'absence ou la présence de niveaux toxiques de glucosides cyanogénétiques[1],[2].
  • La cerise (Prunus cerasus), ainsi que d'autres espèces de Prunus tels que la pêche (Prunus persica), prune (Prunus domestica), amande (Prunus dulcis) et d'abricot (Prunus armeniaca). Les feuilles et les graines contiennent des glycosides cyanogénétiques.
  • Certains pois indiens (Lathyrus, notamment Lathyrus sativus). Une légumineuse cultivée en Asie et en Afrique de l'Est comme une récolte pour une utilisation pendant les famines. Comme d'autres légumineuses à grains, L. sativus produit une graine riche en protéines. Les graines contiennent des quantités variables d'acide oxalyldiaminopropionique, un acide aminé neurotoxique. L'ODAP provoque la faiblesse et la paralysie si elles sont consommées sur une longue période, et est considéré comme la cause du lathyrisme, une maladie neurodégénérative qui entraîne une paralysie du bas du corps et de l'émaciation du muscle fessier (fesses).
  • Noix de muscade (Myristica fragrans). Contient de la myristicine, un insecticide et un acaricide naturel avec de possibles effets neurotoxiques sur les cellules de neuroblastome. Elle a des propriétés psychoactives à des doses beaucoup plus élevées que celles utilisées dans la cuisine. La noix de muscade provoque des symptômes similaires à ceux des produits anticholinergiques, attribué à la myristicine et l'élémicine. Les effets enivrants de la myristicine peut conduire à un état physique entre la veille et le rêve. L'euphorie est signalée et la nausée est souvent vécue. Les utilisateurs peuvent également avoir les yeux injectés de sang et des troubles de la mémoire. La Myristicine est également connue pour induire des effets hallucinogènes, tels que des distorsions visuelles. Le pic de l'intoxication à la noix de muscade arrive longtemps après l'ingestion, prenant parfois jusqu'à sept heures, et les effets peuvent se faire sentir pendant 24 heures, avec des effets persistants d'une durée maximale de 72 heures.
  • Haricot de Lima (Phaseolus lunatus). Les haricots crus contiennent des quantités dangereuses de linamarine, un glucoside cyanogène.
  • Lupin. Certaines variétés ont des graines comestibles. Lupins doux en ont moins, et Lupins amers ont plus de lupinine toxiques alcaloïdes et la spartéine.
  • Oignons et ail. Les oignons et l'ail (Allium) contiennent du thiosulfate, qui à fortes doses est toxique pour les chiens, les chats et quelques autres animaux d'élevage.
  • Pomme de terre (Solanum tuberosum). Les pommes de terre contiennent des composés toxiques connus sous le nom glycoalcaloïdes, dont le plus répandu sont la solanine et chaconine. La solanine se retrouve également dans d'autres membres de la famille des solanacées, qui comprend la belladone et la jusquiame. La concentration de glycoalcaloïdes dans les pommes de terre sauvages suffit à produire des effets toxiques chez l'homme. La toxine affecte le système nerveux, causant des maux de tête, la diarrhée et des troubles digestifs intenses, crampes, faiblesse et la confusion, et dans les cas graves le coma et la mort. L'empoisonnement par la pommes de terre cultivée se produit très rarement cependant, comme les composés toxiques de la pomme de terre sont, en général, concentrées dans les parties vertes de la plante et des fruits, et les variétés de pommes de terre cultivées contiennent de faibles teneurs en toxines. La cuisson à haute température (plus de 170 ° C) détruit en partie la toxine. Toutefois, l'exposition à la lumière, les dommages physiques et l'âge augmentent la teneur en glycoalcaloïdes dans le tubercule, les concentrations les plus élevées étant juste sous la peau.
  • Rhubarbe (Rheum rhaponticum). Les pétioles (pétioles) sont comestibles, mais les feuilles elles-mêmes contiennent des quantités notables d'acide oxalique, qui est un acide corrosif et néphrotoxique qui est présent dans de nombreuses plantes. Les symptômes d'intoxication comprennent des troubles rénaux, des convulsions et le coma. Rarement mortel. La LD50 (dose létale médiane) pour l'acide oxalique pur chez le rat est d'environ 375 mg/kg, soit environ 25 grammes pour un poids corporel de 65 kg chez l'homme. Bien que la teneur en acide oxalique des feuilles de rhubarbe peut varier, une valeur typique est d'environ 0,5 %, il faudrait donc consommer 5 kg de feuilles extrêmement acides pour atteindre une LD50 de l'acide oxalique. La cuisson des feuilles avec de la soude peut les rendre plus venimeux en produisant des oxalates solubles. Cependant, les feuilles sont censées contenir également un montant supplémentaire, la toxine non identifiée, ce qui pourrait être un glycoside anthraquinone (également connue sous le nom glycosides de séné). Dans les pétioles comestibles, la quantité d'acide oxalique est beaucoup plus faible, seulement environ 2-2,5 % de l'acidité totale, qui est dominée par l'acide malique. Cela signifie que même les tiges brutes ne peuvent pas être dangereuses. Cependant, le goût acidulé des tiges brutes est suffisamment fort pour être désagréable en bouche.
  • Tomate (Solanum lycopersicum). Comme beaucoup d'autres morelles, les feuilles de tomate et les tiges contiennent de la solanine qui est toxique si elle est ingérée, ce qui provoque l'excitation, des troubles digestifs et nerveux. Utiliser des feuilles de tomate pour une infusion est potentiellement mortel. Les feuilles, les tiges et les fruits pas mûrs du plant de tomate contiennent également de petites quantités de poison alcaloïde tomatine, même si la teneur est généralement trop faible pour être dangereuse. Les tomates mûres ne contiennent aucune tomatine détectable. Les plants de tomates peuvent être toxiques pour les chiens si ils mangent de grandes quantités de fruits ou de feuilles.

Autres plantes toxiques[modifier | modifier le code]

Différentes plantes toxiques communes en France.

Les plantes toxiques et l'homme[modifier | modifier le code]

C'est la grande ciguë qui a tué Socrate : La Mort de Socrate peint par JL David, 1787)

Identification[modifier | modifier le code]

Usage des poisons organiques[modifier | modifier le code]

Médecine[modifier | modifier le code]

Psychotropes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Plante psychotrope.

Certaines plantes toxiques ont des effets psychotropes à faible dose. Elles produisent des changements dans les domaines de la pensée, de la perception et/ou de l'humeur chez ceux qui les utilisent. Les principes actifs de ces plantes peuvent être regroupés en deux groupes : les constituants azotés et les non azotés. Ces principes actifs sont contenus en concentration variable dans la plupart des parties de la plante. Leur usage remonte à l'aube de l'humanité et elles ont toujours tenu une place importante dans l'idéologie et la pratique religieuse sur l'ensemble de la surface de la planète.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Becker, Plantes toxiques, Paris, Gründ,‎ 1984, 224 p. (ISBN 2-7000-1811-7)
  • Marie-Claude Paume, Sauvages et toxiques : Plantes des bois, des prés et des jardins, Paris, Edisud,‎ 14 avril 2009, 255 p. (ISBN 274490810X)
  • J. Bruneton, Plantes toxiques, végétaux dangereux pour l’Homme et les animaux, Tec & Doc Lavoisier,‎ 2 septembre 2005, 618 p. (ISBN 2743008067)
  • M. Botineau, Guide des plantes toxiques et allergisantes, Belin, coll. « Les guides des fous de nature ! »,‎ 2 mars 2011, 240 p. (ISBN 2701156025)
  • F. Couplan et E. Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste »,‎ 6 octobre 2009, 415 p. (ISBN 2603016814)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aregheore E. M, Agunbiade O. O., « The toxic effects of cassava (manihot esculenta grantz) diets on humans: a review. », Vet. Hum. Toxicol., vol. 33, no 3,‎ 1991, p. 274–275 (PMID 1650055)
  2. White W. L. B., Arias-Garzon D. I., McMahon J. M., Sayre R. T., « Cyanogenesis in Cassava : The Role of Hydroxynitrile Lyase in Root Cyanide Production », Plant Physiol., vol. 116, no 4,‎ 1998, p. 1219–1225 (PMID 9536038, PMCID 35028, DOI 10.1104/pp.116.4.1219)