Henri Guilbeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Guilbeaux

Description de cette image, également commentée ci-après

Henri Guilbeaux devant le Conseil de guerre en 1919 (Noël Dorville).

Naissance
Verviers
Décès
Paris
Auteur

Henri Guilbeaux, né le à Verviers (Belgique) et mort le à Paris, est un écrivain, journaliste et militant socialiste, anarchiste, puis communiste français connu pour son pacifisme durant la Première Guerre mondiale.

Parcours[modifier | modifier le code]

Dès 1906, Henri Guilbeaux entame une carrière de journaliste littéraire en collaborant avec diverses revues comme Les Hommes du jour et la Revue des lettres et des arts, ou il croise Léon Bazalgette. Parallèlement, il participe à des périodiques militants ou très engagés comme La Bataille syndicaliste, La Guerre sociale, L’Effort libre, L'Assiette au beurre dont il devient rédacteur en chef sous le pseudonyme de James Burkley jusqu’à la disparition de la revue, en octobre 1912[1].

En 1911, il publie l'un des premiers essais sur Jules Laforgue, puis se rapproche de Stefan Zweig[N 1] et se rend fréquemment à Berlin où il fréquente des intellectuels ouverts au dialogue avec la France.

En 1913, il sort chez Figuière une Anthologie des lyriques allemands depuis Nietzsche préfacée par Émile Verhaeren. Il est membre du Club anarchiste communiste, un groupe adhérent de la Fédération communiste anarchiste et rédige des critiques d’art dans son journal, Le Mouvement Anarchiste[2].

Refusant l'esprit revanchard, la haine antiallemande et la « logique de guerre », il est proche, au sein des courants socialistes de l'époque regroupés autour de la figure de Jaurès, des députés Alfred Rosmer et Pierre Monatte, qui, en juillet 1914, refusent l’« Union sacrée ».

Réussissant à se faire réformer, il se lie d'amitié avec Romain Rolland et participe aux conférences de Zimmerwald en 1915[3]. L'année suivante, il lance la revue Demain qui devient l'organe littéraire des Français expatriés en Suisse. Interdite de diffusion en France, elle publie des poèmes de Pierre Jean Jouve, des essais de Rolland et de Pierre Martinet.

Durant son exil, il se rapproche en avril 1917 de Lénine qui souhaite retourner en Russie, et signe le protocole de Berne. Il devient le correspondant français de la Pravda. Proche des bolchéviks, son nom est désormais fiché à Paris par le 2e Bureau. Selon Rolland Roudil, « suite à une instruction ouverte contre lui, il est accusé en février 1918 d’intelligence avec l’ennemi, de pangermanisme et de défaitisme puisqu’il aurait acceptée de l’argent allemand [...]. Traître aux yeux des autorités françaises, il est arrêté en juillet par la Sûreté genevoise pour atteinte à la neutralité suisse, mais le parquet fédéral [Berne] le blanchit du reproche de financement par l’ennemi. Remis en liberté, il est à nouveau arrêté en novembre, [sous la pression de Paris] qui l’accuse de fomenter une révolution en France »[4] mais l'extradition est reportée. Désigné comme « futur Lénine français » par le 2e bureau, il est condamné par le 3e conseil de Guerre français pour Haute Trahison à la peine de mort par contumace en février 1919. Il est finalement expulsé par les autorités Suisse vers la Russie.

De 5 mars 1919 à août 1932, Guilbeaux vit dans un premier temps à Moscou[N 2], puis, après le mort de Lénine qui était son seul allié face à Staline, il devient correspondant en 1923 à Berlin pour le journal L'Humanité. Il publie son essai sur Lénine directement en allemand[5]. En 1929, le peintre Rudolf Schlichter exécute son portrait. Expulsé du Parti communiste français, il se retrouve sans ressources. Romain Rolland rejoint alors un comité de soutien pour que Guilbeaux puisse revenir en France. Dix ans après sa condamnation par contumace, la sentence est cassée au cours d'un procès en révision, mais il paraît moralement et physiquement épuisé[N 3].

Il passe les dernières années de sa vie à mettre en garde l'opinion contre le stalinisme. Selon Pierre Broué, il travaille alors pour les services secrets français (sans doute en échange de sa grâce), et eut même des élans de sympathies pour Mussolini[6], propos jugés délirants et sans doute le fait de son épuisement intellectuel, de son isolement et de ses frustrations[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Mon crime. Contre-attaque et offensive, Genève, éditions de la revue Demain, avril 1918
  • Du Kremlin au Cherche-Midi, Gallimard, 1933.

Notices[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Guilbeaux, un petit homme chétif avec des yeux gris, vifs, inquiets, et une faconde des plus animées, en lui-même n'était nullement doué [...] Son expression ne s'élevait pas au-dessus du médiocre, sa culture n'atteignait en aucun domaine à la profondeur. Toute sa force était dans la polémique. Par une malheureuse disposition de son caractère, il appartenait à la famille d'esprits qui ont besoin de toujours se déclarer « contre », peu importe contre quoi [...] Or maintenant, lui, l'antimilitariste, avait soudain trouvé un adversaire gigantesque, la guerre mondiale. La timidité, la lâcheté de la plupart, l'audace, la folle témérité avec laquelle il se jetait dans la lutte firent de lui pour un moment un personnage important et même indispensable. » Le Monde d'hier. Souvenirs d'un Européen, Stefan Zweig
  2. « En Russie, Guilbeaux, polémiste incurable, tout comme précédemment à Paris, gaspilla ses dons en querelles et en chicanes et se brouilla peu à peu avec ceux-là mêmes qui avaient respectés son courage, avec Lénine d'abord, puis avec Barbusse et Rolland, et finalement avec nous tous. » Le Monde d'hier. Souvenirs d'un Européen, Stefan Zweig
  3. « Il finit comme il avait commencé, par des brochures insignifiantes et des tracasseries mesquines ; il est mort tout à fait ignoré dans un coin de Paris, peu après avoir obtenu sa grâce. Celui qui pendant la guerre avait été le plus audacieux et le plus vaillant adversaire de la guerre, celui qui, s'il avait su utiliser et mériter l'élan que lui avaient donné les évènements, aurait pu devenir une des grandes figures de notre époque, est aujourd'hui complètement oublié [...] » Le Monde d'hier. Souvenirs d'un Européen, Stefan Zweig

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, « Le Maitron » : Henri Guilbeaux.
  2. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron » : Henri Guilbeaux.
  3. « Quelques souvenirs sur la seconde conférence de Zimmerwald (Kienthal, 24-30 avril 16) » par Henri Guilbeaux in Bifur, juillet 1930.
  4. Notice sur Guilbeaux in Dictionnaire Pierre Jean Jouve, en ligne.
  5. Wladimir Iljitsch Lenin. Ein treues Bild seines Wesens. Ins Deutsche unter Mitwirkung von Rudolf Leonhard, Berlin, Verlag Die Schmiede 1923.
  6. Marche sur Rome - L’État fasciste - Corporatisme - Expansion mondiale du fascisme, Paris, Mignolet et E. Storz, s.d.
  7. P. Broué, Histoire de l'Internationale Communiste. 1919-1943, Fayard, 1997, p. 58, 88 et 1010.

Liens externes[modifier | modifier le code]