Harry Nyquist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nyquist.

Harry Nyquist (pron. [nʏ:kvɪst], pas [naɪkwɪst]) (7 février 1889 - 4 avril 1976) a été un important contributeur à la théorie de l'information et à l'automatique.

Il est né dans le hameau de Nilsby (Värmland) en Suède. Il émigra vers les États-Unis en 1907 et entra à l'université du Dakota du Nord en 1912. Cinq ans plus tard, il fut reçu comme docteur en physique à l'université Yale. Après avoir travaillé de 1917 à 1934 chez AT&T, il partit pour les laboratoires Bell.

Aux Bell Labs, il fit des recherches sur le bruit thermique appelé également «bruit de Johnson-Nyquist» et sur la stabilité des amplificateurs bouclés (voir Diagramme de Nyquist).

Ses travaux théoriques sur la détermination de la bande passante nécessaire à la transmission d'information, publiés dans l'article Certain factors affecting telegraph speed[1] posent les bases pour les recherches de Claude Shannon qui amèneront la théorie de l'information.

En 1927, Nyquist détermine qu'un signal analogique doit être échantillonné à au moins deux fois la plus haute fréquence le constituant si l'on veut le convertir en un signal numérique correspondant. Ce résultat, connu sous le nom de théorème d'échantillonnage de Nyquist-Shannon, a été publié dans l'article Certain topics in Telegraph Transmission Theory (1928).

Il prit sa retraite en 1954 et mourut à Harlingen au Texas.

Source principale[modifier | modifier le code]

  • (en) Biographie sur le site IEEE Global History Network

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bell System Technical Journal, 3, 324-346, 1924