Hanae Mori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hanae Mori (森 英恵 Mori Hanae) est une styliste japonaise née le 8 janvier 1926 à Yoshika (Kanoashi). Elle est la première asiatique à avoir bénéficié de l’appellation très stricte de « Haute Couture ». La créatrice a été l’une des premières femmes à faire carrière dans la mode au Japon.

Enfance[modifier | modifier le code]

Sa mère, femme au foyer, élève ses enfants dans la pure tradition japonaise. Son père est chirurgien avec un goût très prononcé pour la littérature la sculpture et la mode. Son enfance la soumet donc à la double influence du modernisme de son père et de la tradition de sa mère.

Carrière[modifier | modifier le code]

Hanae Mori ouvre son premier atelier en 1951 à Shinjuku, Tokyo et confectionne dans les années qui suivent des costumes pour des centaines de films. Elle impose ses créations auprès des réalisateurs du cinéma japonais et est rapidement considérée comme l’une des meilleures designers de costumes. En 1960, avec plus de 700 créations, elle reçoit le prix du « Japan’s Editor’s Club ». Fascinée par l'univers de la haute couture, elle s’envole pour New York et Paris ou elle rencontre lors d’une séance d’essayage rue Cambon, Coco Chanel. Cette rencontre donne un élan décisif à sa carrière et la pousse à s’investir dans l’univers du prêt à porter et de la haute couture. En 1965, elle présente avec succès sa première collection à la Fashion Week new-yorkaise, « East meets West », « L’Est rencontre l’Ouest ». La décénnie suivante, c’est la consécration, Hanae Mori est élue membre de la Chambre syndicale de la couture parisienne puis ouvre sa maison avenue Montaigne[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marnie Fogg (dir.) et al. (trad. Denis-Armand Canal et al., préf. Valerie Steele), Tout sur la mode : Panorama des chefs-d’œuvre et des techniques, Paris, Flammarion, coll. « Histoire de l'art »,‎ octobre 2013 (1re éd. 2013 Thames & Hudson), 576 p. (ISBN 978-2081309074), « Le stylisme japonais moderne », p. 402