Guido Gezelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guido et Gezelle.

Guido Gezelle

Description de cette image, également commentée ci-après

Guido Gezelle

Nom de naissance Guido Petrus Theodorus Josephus Gezelle
Activités prêtre catholique, écrivain
Naissance 1er mai 1830
Bruges
Décès 27 novembre 1899
Bruges
Langue d'écriture néerlandais
Genres poésie
Adjectifs dérivés gezellien

Œuvres principales

  • Het schrijverke (1857)
  • O 't ruischen van het ranke riet (1857)

Guido Pieter Theodorus Josephus Gezelle, né le 1er mai 1830 à Bruges et mort le 27 novembre 1899 dans cette même ville, est un prêtre catholique et un poète belge de langue néerlandaise.

Sa poésie est empreinte d'archaïsmes (moyen néerlandais) et de tournures dialectales.

Il est aussi le fondateur de la revue Rond den Heerd.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guido Gezelle est un des plus célèbres poètes flamands. Il a d'abord étudié au petit séminaire de Roulers, puis au grand séminaire de Bruges. Il a été ordonné prêtre en 1854, puis est devenu professeur de collège à Roulers. Il a ensuite été nommé sous-recteur du séminaire anglais de Bruges, puis vicaire à la paroisse Ste Walburge, toujours à Bruges.

En 1872, il a été transféré à Courtrai. Quand il prend la défense du prolétariat, Guido Gezelle est sanctionné par son évêque, qui le nomme curé de la paroisse Notre-Dame à Courtrai, alors une des plus pauvres de Flandre.

Rappelé à Bruges, en 1899, il y est mort, le 27 novembre de la même année.

« Il fut décoré, honoré par le roi Léopold II, par l'Académie flamande, l'université de Louvain, et même par son évêque et le pape Léon XIII[1] »

Poète à Bruges[modifier | modifier le code]

Poète à Courtrai[modifier | modifier le code]

Les dernières années de la vie de Gezelle[modifier | modifier le code]

Derniers vers[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses premières œuvres, Vlaemsche Dichtoefeningen (1858) et Kerhofblommen (1858), traduisent d'emblée sa maîtrise de l'art de la poésie. Il écrit pour ses élèves du collège de Roulers des poèmes simples et tendres, en néerlandais, destinés à éveiller leur spiritualité. Le premier recueil cité contient les célèbres poèmes intitulés Het Schrijverke et O,'t ruischen van het ranke riet. Dans Kleengedichtjes (1860) et Gedichten, Gezangen en Gebeden (1862) se trouvent deux autres poèmes bien connus, où domine l'expression lyrique de sentiments religieux, Als de ziele luistert et Gij badt op eenen berg. Guido Gezelle demeure, pendant 30 ans, sans rien publier, puis paraissent Tijdkrans en 1893, et Rijmsnoer en 1897. Ces ouvrages confirment sa virtuosité linguistique, grâce à laquelle il exprime son amour mystique envers Dieu et la création. Gezelle est le grand poète moderne de la langue flamande. Il a influencé le développement d'autres courants littéraires, au XXe siècle. Ses œuvres sont régulièrement republiées. Sa maison natale, à Bruges, est devenue un musée. (source : sfi)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Stéphany, La Flandre aux Flamands, p. 75. ISBN 978-2-87386-551-1

Liens externes[modifier | modifier le code]