Grotte de Seokguram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hangul, Hanja.png Cette page contient des caractères coréens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Grotte de Seokguram et temple Bulguksa *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Entrée de la grotte
Entrée de la grotte
Coordonnées 35° 47′ 00″ N 129° 21′ 00″ E / 35.78333, 129.35 ()35° 47′ 00″ Nord 129° 21′ 00″ Est / 35.78333, 129.35 ()  
Pays Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Type Culturel
Critères (i) (iv)
Numéro
d’identification
736
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 1995 (19e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

La grotte de Seokguram est un ermitage du complexe du temple Bulguksa, à quatre kilomètres à l'est de ce temple. Elle se situe à 750 m d'altitude sur le mont Toham à Gyeongju en Corée du Sud. Elle est également sur la côte est de la Corée, sur la mer du Japon.

En 1962, la grotte est désignée 24e trésor national, et en 1995 est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO conjointement avec le temple Bulguksa.

Histoire[modifier | modifier le code]

On raconte que cette grotte a été construite par Gim Daesong et que son nom originel fut Seokbulsa (석불사, littéralement « Temple du Bouddha en pierre »). Sa construction commence soit en 742 quand Gim Daesong renonce à sa position dans la cour du roi, soit en 751, le Xe anniversaire du début du règne du roi Gyeongdeok de Silla. C'est l'apogée culturelle de la Silla unifiée. La grotte est terminée par la cour de Silla en 774, peu après la mort de Gim. Une légende dit que celui-ci fut réincarné pour ses actes filiaux dans sa vie précédente. Le temple Bulguksa fut dédié à l'honneur des parents de Gim dans sa vie présente, et la grotte de Seokguram à ses parents de sa vie précédente.

Elle est aujourd'hui l'une des destinations culturelles les plus populaires de la Corée du Sud, particulièrement pour voir l'aube sur la mer.

Architecture[modifier | modifier le code]

C'est en Inde que naît la tradition de tailler des images du Bouddha dans la roche, ainsi que des icônes religieuses et des stupas. Cette pratique s'est ensuite répandue partout en Asie. La géologie de la péninsule Coréenne, abondante en granit, ne se prête pas à des sculptures. Ainsi, Seokguram est une grotte artificielle en granit unique. Sa taille plutôt petite est probablement due à son usage réservé aux membres de la famille royale de Silla.

La grotte symbolise le voyage spirituel jusqu'au Nirvāna. Les pèlerins devaient commencer leur pèlerinage à Bulguksa ou au pied du mont Toham, considéré sacré par les Silla. Il y avait une petite fontaine à l'entrée du temple pour que les pèlerins puissent s'y reposer et se refraîchir. Dans la grotte, l'antichambre et le corridor représentent la Terre et la rotonde le Ciel.

La grotte comprend une entrée cintrée qui mène à une antichambre rectangulaire, puis un corridor étroit décoré de bas-reliefs qui mène à la rotonde principale. Au centre de ce sanctuaire, se tient un Bouddha assis dont l'identité est encore débattu de nos jours. Il est assis sur un trône de lotus avec les jambes repliées, et son expression est sereine, évoquant la méditation. Sur les murs, il est entouré de quinze représentations de bodhisattvas, d'arhats et d'anciens dieux indiens ainsi que de dix statues occupant des niches du mur de la rotonde. La salle principale de Seokguram abrite une statue bojon représentant un bodhisattva et ses disciples. Dans la grotte, on trouve quarante figures illustrant des principes bouddhistes. La grotte a été construite autour de ces statues pour les protéger des éléments. Le plafond de la grotte est décoré de demi-lunes, et la partie supérieure d'une fleur de lotus. Les architectes de Silla utilisaient la symétrie ainsi que le concept du « rectangle doré ».

La grotte est faire de plusieurs centaines de roches de granit. On n'y utilisa pas de mortier ; la structure dépend de rivets de pierre. La construction de la grotte utilisa également la ventilation naturelle.

Le dôme de la rotonde mesure de 6,58 à 6,84 m de diamètre.

Les sculptures de la grotte[modifier | modifier le code]

Le Bouddha principal est un important exemple d'art bouddhiste. Il mesure 3,5 m de haut et est assis sur un socle en forme de lotus mesurant 1,34 m de haut. Le Bouddha est plutôt réaliste et représente probablement le Bouddha de Seokgamoni, celui au moment de l'illumination spirituelle (comme indique la position des mains). Le Bouddha a un usnisa, un symbole de sa sagesse. Ses vêtements et la position dans laquelle on les voit sont des exemples des interprétations coréennes de prototypes indiens. Au contraire d'autres statues du Bouddha, qui ont des halos attachés au dos de la tête, celui-ci crée l'illusion d'un halo avec une gravure d'un cercle de pétales de lotus placés sur le mur derrière lui. Le socle comporte trois parties : la première et la seconde sont décorées de pétales de lotus tandis que le centre consiste en huit piliers.

Accompagnant le Bouddha, en relief, on trouve trois bodhisattvas, dix disciples, et deux dieux hindous sur le mur de la rotonde. Dix autres bodhisattvas, saints et personnes pieuses sont dans des niches au-dessus des bas-reliefs. Les dix disciples sont des disciples de Seokgamoni ; il y en a cinq sur chaque côté de l'avalokitesvara. Leurs traits suggèrent une influence grecque. Les deux bodhisattvas, quant à eux, sont Manjusri et Samantabhadra. Les deux dieux hindous sont Brahma et Indra.

Les Shi Tennô protègent le couloir. Il y a également des images de Vajrapanis, des figures « gardiennes », sur les murs de l'entrée au corridor, dans l'antichambre. Huit dieux gardiens ornent l'antichambre elle-même.

Dans la rotonde, sur le mur du fond, on trouve un avalokitesvara à onze visages. Ce bas-relief mesure 2,18 m et est le seul à regarder en face, les autres tournant tous la tête vers le côté. L'avalokitesvara porte une couronne ainsi que des robes et de la joaillerie ; il tient dans sa main une vase contenant une fleur de lotus.

Il manque deux statues des niches et une pagode de marbre qu'on pense avoir été placée devant l'avalokitesvara. Il est probable que les japonais les aient pillés.

Reconstruction[modifier | modifier le code]

Vue de la mer depuis l'entrée de la grotte

Du fait des longues périodes d'abandon et des nombreuses rénovations, beaucoup de détails sont discutés entre les chercheurs, dont le plan exact de la grotte originale, les bâtiments de Bulguksa et la forme du ruisseau (qui n'existe plus mais coulait autrefois devant le temple).

On répare et améliore la grotte entre 1703 et 1758, pendant la dynastie Chosŏn. Toutefois, les rois successifs étant confucianistes, ils tendaient à réprimer le Bouddhisme ; la grotte fut sérieusement endommagée. Sous occupation japonaise on tente des travaux de restauration trois fois, mais on rencontre beaucoup de problèmes d'humidité, parmi d'autres.

Le premier cycle de travaux, de 1913 à 1915, est mené sans études approfondies de la structure de la grotte, qui sera par conséquence presque complètement démantelée et remontée. On essaie de stabiliser la structure en l'entourant de béton. Cela cause des problèmes d'humidité et des infiltrations d'eau, contribuant à l'érosion des sculptures, parce que la grotte ne pouvait plus « respirer ». En 1917, on installe des drains au-dessus du dôme pour détourner l'eau de pluie, mais les infiltrations persistent. Un autre cycle de travaux eut lieu entre 1920 et 1923. De l'asphalte est répandu au-dessus du béton, ce qui ne fait qu'empirer la situation : on y vit des colonies de mousse et de moisissure. En 1927, on utilise de la vapeur pour nettoyer les sculptures, méthode aujourd'hui impensable.

Dans les années 1960, le président Park Chung Hee ordonne des travaux majeurs. Le problème de la température et le contrôle de l'humidité sont résolus (mais pas complètement) en utilisant des systèmes mécaniques. La superstructure en bois construite au-dessus de l'antichambre est l'objet de débats entre les historiens et archéologues qui pensent que Seokguram n'avait à l'origine aucune structure semblable : celle-ci aurait bloqué la vue des aubes sur la mer et couperait également la circulation d'air dans la grotte.

Aujourd'hui la grotte ne peut être vue qu'à travers une vitre qui la protège du grand nombre de touristes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]