Godwin de Wessex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sceau du thane Godwin.

Godwin de Wessex, également Godwine, Goodwin, Godwyn ou Goodwyn (avant 1001 – Winchester, 15 avril 1053) est un noble anglo-saxon. Il devient le deuxième personnage le plus puissant du royaume d'Angleterre après le roi sous le règne d'Édouard le Confesseur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Godwin est le fils d'un certain Wulfnoth communément identifié à Wulfnoth Cild, ealdorman du Sussex autour de l'an 1000[1]. L'abbé Ælfwig de New Minster, tué à Hastings, est donné pour son frère, mais sa date d'élection particulièrement tardive (1063) laisse planer le doute sur cette parenté : comme le note E. A. Freeman, « il est assurément curieux qu'un frère de Godwine et oncle de Harold, s'il souhaitait une promotion ecclésiastique, ait dû l'attendre jusqu'en 1063[2] ».

Article détaillé : Ascendance de Godwin de Wessex.

Ascension[modifier | modifier le code]

En 1018, Godwin est fait comte par le roi Cnut le Grand. Il l'accompagne ensuite au Danemark et épouse vers cette date Gytha Thorkelsdóttir, la sœur du jarl danois Ulf Thorgilsson et belle-sœur du roi Cnut. Il devient comte de Wessex vers 1019.

À la mort de Cnut, en 1035, la succession au trône d'Angleterre est disputée entre ses fils Harold et Harthacnut. Godwin se range tout d'abord derrière Harthacnut, mais celui-ci se trouve alors au Danemark, et Harold saisit sa chance et prend le pouvoir. En 1036, Godwin capture le prince Alfred, qui a débarqué dans le Sussex, et le remet à Harold, qui le fait exécuter.

Harold meurt en 1040 et Harthacnut en 1042, après quoi Édouard le Confesseur devient roi d'Angleterre grâce au soutien de Godwin. Les fils de ce dernier obtiennent des comtés : l'aîné, Sven, obtient le Gloucestershire, le Herefordshire, l'Oxfordshire, le Berkshire et le Somerset, en 1043, et le second, Harold, devient comte d'Est-Anglie en 1045. La famille gouverne alors tout le sud de l'Angleterre. La même année, Godwin donne la main de sa fille Édith au roi.

Exil et retour[modifier | modifier le code]

Afin de contrebalancer la puissance de Godwin, Édouard le Confesseur s'entoure de Normands – il a passé près d'un quart de siècle en exil en Normandie. Les Normands bâtissent des châteaux sur les terres des Godwins, et la tension monte entre les deux partis.

L'archevêque de Cantorbéry Edsige meurt en octobre 1050. Le chapitre élit Æthelric, un parent de Godwin, pour lui succéder, mais le roi force la nomination de son protégé Robert de Jumièges en mars 1051. En septembre de la même année, le comte Eustache II de Boulogne, proche d'Édouard, est impliqué avec ses serviteurs dans une échauffourée à Douvres, sur les terres de Godwin. Celui-ci refuse de punir ses sujets, et la guerre civile semble proche, mais les comtes Léofric de Mercie et Siward de Northumbrie convainquent le roi d'adopter une solution moins sanglante. Finalement, Godwin et ses fils sont exilés du royaume.

Godwin se réfugie en Flandre et retourne en Angleterre en 1052 et à la tête d'une armée. Le sud-est du pays se soulève en sa faveur, tandis que Léofric et Siward refuse de le combattre. Édouard est donc forcé de rétablir Godwin et ses fils dans leurs anciennes possessions. Robert de Jumièges, en fuite, est dépossédé de l'archevêché de Cantorbéry et Stigand, qui a servi d'intermédiaire entre les deux camps, lui succède.

Godwin meurt le 15 avril 1053, après un banquet à Winchester. Son fils Harold lui succède à la tête du Wessex.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Le premier mariage de Godwin de Wessex le lie à Thyra Sveinsdóttir (994-1018), une fille de Sven « à la Barbe Fourchue », roi du Danemark, de Norvège et d'Angleterre.

Son second mariage le lie à Gytha Thorkelsdóttir, la sœur d'Ulf Thorgilsson. Dix enfants leur sont connus, sept fils et trois filles[3] :

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Frank Barlow, The Godwins: The Rise and Fall of a Noble Dynasty, Pearson Education,‎ 2003 (ISBN 9780582784406)
  • (en) Edward Augustus Freeman, The History of the Norman Conquest of England: Its Causes and Its Results, Cambridge University Press,‎ 2011 (1re éd. 1867-1876) (ISBN 9781108030052)