Léofric de Mercie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Léofric (968-1057) fut comte de Mercie peut-être dès 1017 et jusqu'à sa mort. Il est surtout connu comme l'époux de Dame Godiva. Il était le fils de l'ealdorman Léofwine des Hwicce, mort vers 1023.

Lorsque Knut II de Danemark devint roi d'Angleterre, en 1017, il la divisa en quatre grandes provinces : le Wessex, l'Est-Anglie, la Mercie et la Northumbrie. Il plaça un comte (earl) à la tête de chacune d'entre elles, remplaçant l'ancien titre d'ealdorman. Il attribua tout d'abord la Mercie à Eadric Streona, qui en était ealdorman depuis 1007, mais celui-ci fut tué la même année.

Léofric reçut alors peut-être aussitôt la Mercie ; il était certainement devenu comte de Mercie dans les années 1030. Cela faisait de lui l'un des hommes les plus puissants du pays, derrière Godwin de Wessex. Il était peut-être apparenté par alliance à Ælfgifu de Northampton, la première épouse de Knut, ce qui expliquerait pourquoi, lorsque Knut mourut (1035), il préféra soutenir son fils Harold Pied-de-Lièvre contre Hardeknut, le fils de Knut et d'Emma de Normandie[1].

Toutefois, Harold mourut en 1040 et Hardeknut lui succéda. Il se rendit rapidement impopulaire avec ses lourds impôts, et lorsque deux collecteurs d'impôts furent tués à Worcester, en 1041, il ordonna à Léofric et aux autres comtes de piller et d'incendier la ville, et de dévaster toute la région[2]. Il devait s'agir d'une mise à l'épreuve pour Léofric : Worcester était la principale ville des Hwicce, son peuple.

Hardknut mourut en 1042 et son demi-frère Édouard le Confesseur lui succéda. Léofric resta loyal à Édouard lorsque Godwin le menaça à Gloucester en 1051. Léofric et Siward de Northumbrie levèrent une grande armée pour affronter Godwin, mais des deux côtés, on estima que cette bataille fratricide serait une folie, et on en revint à des moyens moins sanglants : Godwin et sa famille furent déclarés hors-la-loi.

La puissance de Léofric était alors à son apogée. Mais en 1055, son fils Ælfgar fut déclaré hors-la-loi, « sans faute aucune » d'après la Chronique anglo-saxonne.Il leva une armée en Irlande et au Pays de Galles et la conduisit à Hereford, où il affronta l'armée du comte Ralph et dévasta la ville. La Chronique anglo-saxonne remarque sarcastiquement : « Et alors, lorsqu'ils eurent fait le plus de mal, il fut décidé de rétablir le comte Ælfgar ».

Léofric mourut en 1057 à Kings Bromley, dans le Staffordshire. D'après la Chronique anglo-saxonne, il mourut le 30 septembre, mais le chroniqueur de Worcester donne la date du 31 août. Les deux sources s'accordent pour dire qu'il fut inhumé à Coventry.

Famille[modifier | modifier le code]

Léofric avait au moins trois frères : Northman, tué au combat en 1017 contre Knut, Edwin, tué au combat contre Gruffydd ap Llywelyn en 1039, et Godwine, mort avant 1057.

Son seul fils connu est Ælfgar, mais il n'est pas certain que ce soit le fils de Godiva, qui fut peut-être une seconde épouse de Léofric.

Références[modifier | modifier le code]

  1. M. Lapidge, The Blackwell Encyclopedia of Anglo-Saxon England (1999), p. 282.
  2. R. R. Darlington, P. McGurk, J. Bray (éd., trad.), The Chronicle of John of Worcester, Clarendon Press, Oxford, 1995, p .533.