Gitta Sereny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gitta Sereny, née le 13 mars 1921 à Vienne, et morte le 14 juin 2012, est une biographe, historienne et journaliste britannique qui écrivit principalement sur l'Holocauste et sur les traumas des sévices sexuels sur mineurs. Elle est la belle-fille de l'économiste Ludwig von Mises (1881 - 1973).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sereny est née à Vienne, Autriche en 1921, fille d'un protestant hongrois, Ferdinand Serény, et d'une mère juive, Margit Herzfeld, originaire de Hambourg. Après le décès de son mari, sa mère connait et plus tard se marie avec l'économiste et philosophe autrichien Ludwig von Mises. À l'âge de treize ans, à l'occasion d'un voyage en train vers le Royaume-Uni, elle assiste au rassemblement de Nuremberg. Après avoir écrit son récit lors d'un devoir de classe, un de ses professeurs lui demande de lire Mein Kampf dans le but de l'aider à comprendre ce à quoi elle a assisté. Après le revirement Nazi de l'Autriche elle part pour la France, elle travaille avec des enfants réfugiés durant l'occupation allemande jusqu'à ce qu'on la prévienne de l'imminence de son arrestation. Elle part alors en avion aux États-Unis. Après la Seconde Guerre mondiale, elle travailla pour les Nations unies dans un programme d'aide aux réfugiés en Allemagne. Une de ses taches était de réunir les enfants qui furent enlevés par les nazis afin d'être élevés dans des familles "aryennes" et leurs parents biologiques. Cette expérience pouvait être extrêmement traumatisante pour les enfants qui n'avaient pas forcément de souvenir de leur famille d'origine.

Elle assiste au procès de Nuremberg en 1945 et rencontre pour la première fois Albert Speer sur qui elle écrit un livre Albert Speer : Sa bataille pour la vérité. Elle reçoit pour ce livre le James Tait Black Memorial Prize en 1995.

Elle épouse Don Honeyman en 1949 et s'installe à Londres où ils élèvent leurs deux enfants. Don Honeyman est photographe, il travaille, entre autres, pour Vogue, le Daily Telegraph et le Sunday Times. Le poster de Che Guevara sur fond rouge[1] (1968) est une de ses créations les plus célèbres.

Le cas Mary Bell[modifier | modifier le code]

Le cas Mary Bell est publié pour la première fois en 1972 à la suite du procès Mary Bell ; dans ce livre elle interviewe la famille, les amis et les professionnels impliqués dans le procès de Mary Bell.

En 1998, elle est impliquée dans une controverse issue de la presse britannique à propos de son second livre sur Mary Bell. Cries Unheard [2] est publié et elle annonce qu'elle partagera les droits d'auteur avec Mary Bell pour sa collaboration. Sereny est critiquée dans la presse britannique ainsi que par le gouvernement ; quoi qu'il en soit ce livre devient très rapidement et reste un texte de référence pour les professionnels travaillant avec les enfants « à problèmes ».

Le cas David Irving[modifier | modifier le code]

En 1996, l'historien britannique négationniste de l'Holocauste David Irving intente un procès en diffamation à l'encontre de Sereny et du Guardian Media Group, pour deux articles parus dans The Observer où elle contredit et critique certaines de ses thèses. Irving affiche un vif dédain envers Sereny. L'affaire n'alla pas jusqu'au procès et coûta à The Observer pour préparer sa défense 800 000 £[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Poster du Che par Don Honeyman sur Flickr
  2. (en) Article de BBC News sur la sortie de Cries Unheard : April: Gitta Sereny
  3. (en) Article de The Observer relatant cette affaire : Memories are made of this