Giovanni Amendola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amendola.

Giovanni Battista Amendola (né le à Salerne en Campanie, mort le à Cannes dans les Alpes-Maritimes, en France) est un homme politique italien, opposant au fascisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Amendola obtient un diplôme en philosophie. Franc-maçon[1], il fut dignitaire du Rite écossais ancien et accepté. Il était également membre de la Société théosophique[2]. Dès 1900, il collabore à plusieurs revues parmi lesquelles La Capitale de Eduardo Arbib (à l'âge de 17 ans), Il Léonardo de Giovanni Papini et La voce de Giuseppe Prezzolini. Par la suite, il obtient la chaire de philosophie théorétique (it) de l'université de Pise.

Attiré par la politique, il est élu par trois fois député dans le collège de Salerne. Au cours de années 1910, il adhère au mouvement libéral italien, mais il est opposé aux idées de Giovanni Giolitti. Il participe en raison de sa position irrédentiste à la Première Guerre mondiale et obtient le grade de capitaine ainsi que la médaille de la valeur militaire. À la fin du conflit, il mène une activité de journaliste, prend la direction du Resto del Carlino tout en étant correspondant du Corriere della Sera et du New York Herald. Il est nommé ministre de Francesco Saverio Nitti alors président du conseil. En 1922, il est un des fondateurs du Il Mondo (it) qui diffuse des idées libérales et démocratiques. Il devient ministre des colonies dans le gouvernement de Luigi Facta, gouvernement qui précède l'arrivée au pouvoir de Benito Mussolini.

En 1924, il est candidat à la présidence du conseil d'une coalition libérale. Nettement battu, notamment en raison de la mise en place de la nouvelle loi électorale dite loi Acerbo qu'il conteste, il continue son combat démocratique dans les colonnes du Il Mondo, et c'est dans ses colonnes qu'est employé pour la première fois le terme totalitarisme[3]. Après l'assassinat du député socialiste Giacomo Matteotti par les fascistes, il devient le chef de l'opposition démocrate-libérale et prend part activement à l'acte de protestation des membres du parlement italien. En 1925, il ne craint pas d'assister aux obsèques de Pier Giorgio Frassati. Ses positions résolument antifascistes lui valent une série d'agressions. Dernier et tragique épisode de ces intimidations contre son fils Giorgio, la rédaction du Il Mondo et lui-même, il est gravement blessé à Rome par un groupe de squadristi et meurt à Cannes à l'issue d'une longue agonie.

Son fils Giorgio Amendola est un homme politique et un écrivain, membre du Parti communiste italien. Les journalistes italiens ont donné le nom de Giovanni Amendola à leur institut de prévoyance (INPGI "Giovanni Amendola")[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (it) Giovanni Amendola, Il convegno nazionalista, « La Voce », 1er décembre 1910.
  • (it) Giovanni Amendola, In difesa dell'Italia liberale - Scritti e discorsi politici (1910-1925), a cura di Antonio Carioti. Liberal.
  • (it) Giovanni Amendola, L'Aventino contro il fascismo. Scritti politici (1924-1926), a cura di Sabato Visco, Milano-Napoli, Ricciardi, 1976
  • (it) Giovanni Amendola, La crisi dello stato liberale - Scritti politici dalla guerra di Libia all'opposizione al fascismo, a cura di Elio D'Auria - Présentation de Renzo De Felice, Rome, Newton Compton, 1974.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) A. Capone, Giovanni Amendola e la cultura italiana del Novecento (1899-1914), p. 23.
  2. Daniel Ligou, Dictionnaire de la Franc-maçonnerie, Presses universitaires de France,‎ 1991, 3e éd., p. 40.
  3. (it) Giovanni Amendola, « Maggiornanza e minoranza », Il Mondo,‎ 12 mai 1923.
  4. « Istituto Nazionale di Previdenza dei Giornalisti Italiani », sur http://www.inpgi.it/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Eva Kühn-Amendola, Vita con Giovanni Amendola, Florence 1960.
  • (it) A. Capone Giovanni, Amendola e la cultura italiana del Novecento (1899-1914) Rome, Elia, 1974.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]