Gilbert Ryle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Martin Ryle

Gilbert Ryle (), est un philosophe anglais né à Brighton. Il est l'un des plus grands représentants de l'école philosophique d'Oxford. Il est surtout connu pour son œuvre majeure, The Concept of Mind publiée en 1949, qui est tenue pour l'une des œuvres les plus importantes de la philosophie du langage ordinaire.

Dans cet ouvrage, Ryle s'en prend au « mythe cartésien » du ego cogito, qu'il qualifie de « dogme du fantôme dans la machine ». Le tort de Descartes aurait été d'avoir tenté d'interpréter les conduites mentales comme le déroulement d'un processus mécanique, en établissant que les conduites non intelligentes ne peuvent provenir d'une causalité différente de celle des conduites intelligentes. Selon Ryle, un grand nombre d'activités manifestent des qualités d'esprit sans être pour autant des opérations intellectuelles, ni le résultat d'opérations intellectuelles. Il s'en prend à la théorie volontariste, implicite dans l'idéalisme cartésien, en élucidant la notion de volonté dans certaines expressions de la vie courante, incluant les connotations de responsabilité, de culpabilité, de résolution à agir... alors que très souvent l'involontaire est le résultat de contraintes imposées (cas de l'enfant qui est en retard au cours parce que l'autobus n'était pas à l'heure...). Inversement, le concept d'émotion mérite une élucidation plus ample : du sentiment à l'inclination, sans omettre la question du plaisir et du désir.

Ainsi, Gilbert Ryle se situe dans la même inspiration que Ludwig Wittgenstein.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]