Georgina de Albuquerque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Baptiste Couvelet
Lucílio de Albuquerque - Retrato de Georgina de Albuquerque, 1907.jpg

Portrait de Georgina de Albuquerque
par Lucílio de Albuquerque, 1907.

Naissance
Décès
Nom de naissance
Georgina Moura Andrade de Albuquerque
Nationalité
Drapeau : Empire du Brésil brésilienne
Activités
Formation
Maîtres

Georgina de Albuquerque, née à Taubaté dans l'État de São Paulo le , morte à Rio de Janeiro le , est une peintre brésilienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georgina Moura Andrade de Albuquerque a commencé ses études artistiques dans sa ville natale, Taubaté avec le peintre italien Rosalbino Santoro[1]. En 1904, elle a déménagé pour Rio de Janeiro et commencé à étudier à l'Escola Nacional de Belas Artes (ENBA), où elle a été l'élève de Henrique Bernardelli. À l'École, elle a connu le peintre Lucilio de Albuquerque, qu'elle a épousé. Quand en 1906 Lucílio a obtenu le Prix de Voyage à l'Europe de l'ENBA, le couple est parti pour la France, et y resté pendant les cinq années suivantes, tout au long de leur voyage d'apprentissage. À Paris, Georgina a été la première Brésilienne à entrer à l'École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA), où elle a été l'élève de Paul Gervais et d'Adolphe Déchenaud ; elle a étudié aussi, comme beaucoup de Brésiliens, à l'Académie Julian, avec Henri Royer[2]. De retour au Brésil en 1911, elle a réalisé une exposition avec son mari à l'ENSBA. Au fil des années, elle a monté diverses expositions individuelles et a participé à de nombreuses expositions collectives, même hors du Brésil. À partir de 1927, elle s'est consacrée à l'enseignement dans l'ENSBA, institution qu'elle a aussi dirigée.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Lady, 1906, conservé à la Pinacothèque de l'État de São Paulo.
  • No cafezal, vers 1930.
  • Lição de Piano
  • Moças Na Varanda
  • Nu Feminino
  • A regente Leopoldina presidindo sessão do Conselho de Estado

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sprung Tarasantchi 2002, p. 143
  2. Sahione Fadel 1989, p. 288

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Sergio Sahione Fadel, 150 Anos de Pintura No Brasil: 1820-1970, Colorama,‎
  • (es) Ruth Sprung Tarasantchi, Pintores paisagistas: São Paulo, 1890 a 1920, EdUSP,‎