Georges Grivas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grivas.

Georges Grivas (en grec Γεώργιος Γρίβας) aussi connu sous son nom de guerre Digenis (5 juillet 1898 - 27 janvier 1974) est un chypriote, général de l'armée grecque[réf. nécessaire] et leader de l'EOKA, mouvement indépendantiste de Chypre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le village chypriote de Trikomo, il fit ses études à l'Académie militaire grecque.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il fut le créateur et le chef de l'Organisation X, royaliste et d'extrême droite. Après la libération du pays, le mouvement joua un rôle important dans la guerre civile grecque, en tant que milice anticommuniste. À la fin de la guerre civile, il tenta de fonder un parti politique.

Il retourna à Chypre en 1955 où il créa l'EOKA. Il prit comme nom de guerre Digenis, en référence au héros mythique Digenis Akritas, membre de la garde d'honneur de l'Empereur byzantin. Le but de l'EOKA était de mettre un terme au statut de colonie britannique de l'île et de réaliser l'enosis, l'union avec la Grèce. Le parti communiste Chypriote (AKEL) s'est opposé à la lutte contre l'armée britannique et l'EOKA (que les Britanniques et leurs collaborateurs locaux qualifient d'organisation terroriste) a été obligé de réagir. Les actions de l'EOKA visèrent principalement les intérêts britanniques et les forces armées coloniales mais des actions punitives ont également été menées contre les collaborateurs qui soutenaient et aidaient l'action répressive des forces d'occupation anglaises.

Quand la Grande Bretagne a dû accorder son indépendance à Chypre en 1960, un des préalables posés était que Grivas soit expulsé de l'île et qu'il lui soit interdit d'y retourner. Grivas est alors retourné à Athènes mais au moment de la création de l'armée chypriote, Makarios III et le gouvernement d'Athènes lui ont demandé de revenir sur l'île pour prendre le commandement de la garde nationale. Il fut de nouveau expatrié à Athènes en 1968 à la demande des dictateurs d'Athènes qui intimidés par des menaces turques ont retiré de Chypre la totalité des forces armées Grecques stationnées sur l'île.

Revenu sur Chypre clandestinement en 1972, il crée EOKA B dans le but d'empêcher toute partition de l'île, dans le cadre de négociations intercommunautaires soutenues par l'ONU, par la junte d'Athènes et par la Turquie. Il s'oppose alors violemment au gouvernement militaire d'Athènes dont EOKA B gêne les agissements et projets pour Chypre.[réf. nécessaire]

Sa mort le 27 janvier 1974 laisse le champ libre aux dictateurs d'Athènes qui organisent le coup d'État de juillet 1974 dont les conséquences (invasion et occupation turque, 200 000 réfugiés et déplacement de populations, 1 600 disparus) sont toujours visibles sur l'île.