Gaston Milhaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Milhaud.

Gaston Milhaud (né le 10 août 1858 à Nîmes, mort le 1er octobre 1918 à Paris) était un historien des science et philosophe français. Il créa en Sorbonne la première chaire de philosophie des sciences, où devaient lui succéder Abel Rey puis Gaston Bachelard.

Milhaud fut jusqu'en 1909 professeur de lycée au Havre et à Montpellier. En 1909, la Sorbonne créa pour lui une chaire spéciale de Philosophie (« Philosophie dans ses rapports avec les Sciences exactes »). Milhaud appartenait à un groupe de savants qui rejetaient l'empirisme comme le positivisme, les deux doctrines scientistes à l'honneur dans la France de la Belle Époque. Pour lui, l’intuition est à l'origine de nos concepts, et ce n'est que par le retour aux principes mathématiques fondamentaux que l'on atteint la conscience absolue. Le spiritualisme de Milhaud en fait l'un des pionniers du conventionnalisme.

I. Benrubi[1] voit en lui un représentant du néocriticisme et du courant néo-kantien.

Il est le père de Jean Milhaud.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benrubi, Philosophische Strömungen der Gegenwartsphilosophie in Frankreich, Leipzig, 1928

Liens externes[modifier | modifier le code]