Gérard Dalongeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gérard Dalongeville
Fonctions
Maire d'Hénin-Beaumont
2001 – 2009
Conseiller municipal d'Hénin-Beaumont
2014 –
Biographie
Date de naissance 14 septembre 1970 (44 ans)
Lieu de naissance Bapaume, (Pas-de-Calais)
Nationalité Française
Profession Professeur de gestion

Gérard Dalongeville est un homme politique français né le 14 septembre 1970 à Bapaume. Il a été maire « divers gauche » d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), et a par la suite été membre du Parti socialiste de 1986 à 2001 et de 2008 a 2009, date de son exclusion du parti. Le 19 août 2013, Gérard Dalongeville est condamné en première instance à quatre ans de prison, dont trois ferme, et à 50 000 euros d'amende pour détournements de fonds publics. Le 23 mars 2014, lors du premier tour de l'élection municipale de 2014 qui voit la victoire du FN, il conduit une liste divers gauche qui obtient 9,8 % des suffrages exprimés et lui permet de faire son retour au conseil municipal d'Hénin-Beaumont en tant que conseiller municipal d'opposition.

Biographie[modifier | modifier le code]

Militant socialiste depuis 1986 à l'âge de 16 ans, conseiller municipal d'une petite commune rurale, Ervillers, dès 18 ans, il mène des études de science économiques il débarque dans Nord-Pas-de-Calais, il est embauché à la mairie du maire d'Hénin-Beaumont, par Pierre Darchicourt, après un passage a Paris. À la fin des année 1990, il revient dans son Pas-de-Calais pour être candidat à la mairie d'Hénin-Beaumont. Il est exclus du PS pour candidature dissident et est soutenu pas les barons socialistes du Nord-Pas-de-Calais contre Pierre Darchicourt et gagne au deuxième tour. Candidat pour un deuxième mandat en 2008, il gagne au deuxième tour sur triangulaire devant Daniel Duquenne candidat DVG et Steeve Briois candidat du FN.

Ennuis judiciaires[modifier | modifier le code]

Alors que sont intervenus plusieurs avis[1],[2] et un rapport d'observations définitives[3] (public le 30 mars 2008) alarmistes de la chambre régionale des comptes, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Béthune, conduisant à une « descente » de la brigade financière à la mairie d'Hénin-Beaumont, puis à la mise en détention le 9 avril 2009 de plusieurs personnes dont Gérard Dalongeville lui-même, Claude Chopin son ancien adjoint aux finances et Guy Mollet l'éditeur d'un journal gratuit diffusé dans les communes du secteur Le Journal du pays, en liquidation judiciaire.

L'arrestation de Gérard Dalongeville, placé en garde à vue le 7 avril 2009, intervenait au lendemain d'un conseil municipal houleux qui l'avait vu faire voter le retrait de fonction de ses opposants au sein de la majorité, Marie-Noëlle Lienemann, première adjointe (PS) et David Noël, adjoint à la culture (PCF) qui avaient refusé de voter son budget une semaine plus tôt.

Plusieurs chefs d'accusations ont été retenus à l'encontre de Gérard Dalongeville, Claude Chopin et Guy Mollet, notamment faux en écriture et usage de faux, détournements de fonds publics, favoritisme et recel de favoritisme et pour Guy Mollet, un chef d'accusation supplémentaire a été retenu l'extorsion de fonds. Ils sont accusés selon la Procureure de la République de Béthune d'avoir mis en place un véritable système de corruption[4] et de fausses factures qui consistait entre autres à facturer à des entreprises extérieures des travaux ou services alors que la municipalité disposait déjà de personnels capables de faire ces mêmes travaux. Ils payaient également des factures à des entreprises qui ensuite n'effectuaient jamais les travaux pour lesquelles elles avaient été payés. Le montant total est pour le moment évalué à 900 000 € mais pourrait atteindre 4 millions d'euros. Les trois hommes risquent jusqu’à dix ans de prison et 150 000 € d’amende.

Gérard Dalongeville a été entendu le 22 avril 2009 par la juge d'instruction du palais de justice de Béthune, qui lui a signifié que le chef d'accusation de corruption[5] a été ajouté à son encontre sur la foi de documents trouvés dans son cabinet en mairie et sur un témoignage.

Le 23 février 2012, il publie un livre intitulé Rose Mafia concernant la corruption de personnalités socialistes dans le département du Pas-de-Calais[6],[7].

Il annonce sa candidature aux municipales à Hénin-Beaumont en 2014.

Son procès s'ouvre le lundi 27 mai 2013 devant le Tribunal correctionnel de Béthune[8]. Défendu par Me Francis Terquem, l'un des ténors du barreau parisien, auteur du Coup d'État judiciaire (Ramsay) et personnalité du Tout-Paris[9], il encourt jusqu'à 10 ans de prison.

Condamnations[modifier | modifier le code]

Le 19 août 2013, Gérard Dalongeville est condamné en première instance à quatre ans de prison, dont trois ferme, et à 50 000 euros d'amende pour détournements de fonds publics. Sa condamnation est au-delà des réquisitions du ministère public, qui avait demandé le 10 juin, quatre ans de prison, dont deux ferme, et 50,000 euros d'amende. Au total, Gérard Dalongeville était poursuivi pour 18 détournements de fonds publics, 11 délits de favoritisme, 6 usages de faux et une corruption passive. Le tribunal a requalifié certains faits et l'a relaxé pour d'autres[10],[11],[12].

Il a fait appel de sa condamnation et a annoncé sa candidature aux prochaines élections municipales d'Hénin-Beaumont.

Sanction administrative[modifier | modifier le code]

Gérard Dalongeville a été suspendu de ses fonctions de maire par un arrêté du 27 avril 2009 du ministère de l'Intérieur publié le 2 mai 2009 au Journal officiel[13] puis finalement révoqué par un décret du président Nicolas Sarkozy, décidé lors du conseil des ministres[14]. Les recherches sur Legifrance[15] semblent indiquer que cette révocation d'un maire est la première en métropole depuis la décentralisation de 1982.

La mesure de suspension et de révocation ne semble pas liée aux poursuites judiciaires, mais seulement à la mauvaise gestion comptable et budgétaire : la préfecture du Pas-de-Calais a indiqué que le préfet avait demandé la révocation « après la sortie du dernier rapport de la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la ville[16] ».

Gérard Dalongeville a fait appel de l'arrêté de suspension et du décret de révocation. En première instance, il a obtenu l'annulation de sa suspension par le tribunal administratif de Lille[17], pour défaut de motivation de l'arrêté ministériel.

Synthèse des mandats[modifier | modifier le code]

Siège vide de Gérard Dalongeville au conseil municipal d'Hénin-Beaumont le 30 mars 2014, lors de l'élection de Steeve Briois en tant que maire.
  • 2001 - 2008 : maire d'Hénin-Beaumont, 1er vice-président de la communauté d'Agglomération d'Hénin-Carvin
  • 2008 - 2009 (suspendu en avril, révoqué en mai) : maire d'Hénin-Beaumont, conseiller communautaire de la communauté d'Agglomération d'Hénin-Carvin
  • 2014 - en cours : conseiller municipal d'Hénin-Beaumont (opposition).

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Rose mafia, Jacob-Duvernet,‎ 2012, 297 p. (ISBN 978-2847244021)
  • PS je t’aime, moi non plus, Jean-CLaude Gawsewitch, 2013[18]
  • Pen perdue, Jacob-Duvernet, 2013. Un ouvrage où il « prend le pari de s’attaquer au Front national »[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ccomptes.fr/fr/CRC18/documents/Avis/NPA080149.pdf 2008-149
  2. http://www.ccomptes.fr/fr/CRC18/documents/Avis/NPA080235.pdf 2008-235
  3. http://www.ccomptes.fr/fr/CRC18/documents/ROD/NPR200905.pdf
  4. Hénin-Beaumont : La détention requise pour Gérard Dalongeville sur le site de Nord Éclair
  5. Gérard Dalongeville aussi poursuivi pour corruption sur le site de La Voix du Nord
  6. Le livre choc d'un ancien élu sur le PS du Pas-de-Calais, Gabriel Thierry, Le Figaro.fr, 22 février 2012
  7. PS du Pas-de-Calais: ce que révèle le livre "Rose Mafia", Jacques Trentesaux, L'Express.fr, 20 février 2012
  8. http://nord-pas-de-calais.france3.fr/2013/05/23/ouverture-du-proces-de-gerard-dalongeville-lundi-256656.html
  9. http://www.lavoixdunord.fr/region/proces-dalongeville-francis-terquem-affirme-que-nous-ia30b53934n1247198
  10. Gérard Dalongeville condamné à quatre ans de prison dont trois ans ferme, Le Monde.fr, 19 août 2013
  11. Gérard Dalongeville condamné à quatre ans de prison dont trois ans ferme et à 50 000 euros d'amende, L'Express, 19 août 2013
  12. Gérard Dalongeville condamné à quatre ans de prison dont trois ans ferme et à 50 000 euros d'amende, Les Échos, 20 août 2013
  13. Arrêté concerné sur le site du Journal Officiel
  14. Décret du 28 mai 2009 portant révocation de M. Gérard DALONGEVILLE, maire de la commune de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), JORF 29 mai 2009
  15. http://www.legifrance.gouv.fr
  16. Le Préfet veut révoquer le Maire Libelille.fr
  17. Hénin, Dalongeville n'est plus suspendu, Le Figaro, 20/10/2009
  18. Gérard Dalongeville sort un nouveau livre sur le PS, à 5 semaines de son procès, nord-pas-de-calais.france3.fr, 19 avril 2013
  19. Le 3 juillet, Gérard Dalongeville publie «Pen perdue», lavoixdunord.fr, 25 juin 2013