Fursy de Péronne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fursy.
Fursy de Péronne
Image illustrative de l'article Fursy de Péronne
Fursy de Péronne
fondateur du monastère de Kilursa, près de Galway, du monastère de Cnobbetsburg (Burgh Castel, comté de Norfolk), du monastère Saint-Pierre de Lagny-sur-Marne, de l'Abbaye du Mont Saint-Quentin
Naissance vers 567
île d'Inisquin, Lough Corrib (Irlande)
Décès vers 648 
Mézerolles
Nationalité Gaule franque
Vénéré par l'Église catholique romaine et l'Église orthodoxe
Fête 16 janvier
Saint patron de Péronne

Fursy de Péronne ou saint Fursy est un saint catholique, né vers 567 en Irlande sur l'île d'Inisquin, Lough Corrib, et mort en France, à Mézerolles, vers 648. Son nom, Fursey, Fursy ou Furcy, signifie « vertu ». Il est fêté le 16 janvier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fursy était le fils de Fintan et Gelgès. Fintan, son père, était le fils du roi de Munster, sa mère, Gelgehes, était la fille d’un chef de clan irlandais. Ses frères Feuillen et Ultan furent également des saints missionnaires. Éduqué par des religieux, il devint expert dans la connaissance des saintes Écritures et se fit moine.

  • Fursy fonda en Irlande le monastère de Kilursa, près de Galway. Il en sortait souvent pour évangéliser les contrées voisines. Un jour qu'il allait en mission dans le royaume de son père, il tomba malade. Au cours de sa maladie, il eut des visions et des extases qui lui firent entrevoir les difficultés et les tribulations que lui réservait la vie.

Rétabli, il décida de bâtir un nouveau monastère.

  • Il alla en Angleterre et, grâce au soutien du roi Sigebert, souverain de l'East Anglia, il fonda le monastère de Cnobbetsburg (Burgh Castel, comté de Norfolk). Puis, il abandonna la direction du monastère à son frère Foillan, et se retira au désert avec son autre frère Ultan pour s'adonner à la contemplation et à la pénitence. Penda, roi de Mercie, les sortit de leur retraite, ils passèrent alors en Gaule dans le possible dessein d'aller à Rome. Ils débarquèrent à Quentovic (Etaples) vers 639.
  • Arrivé dans le Nord de la Gaule, Fursy accomplit des miracles ce qui amena Erchinoald, maire du palais sous Clovis II à l'accueillir dans son château de Péronne et à lui demander de baptiser son fils. Il lui demanda ensuite de fonder un monastère dans l'un de ses domaines. C'est ainsi que Fursy fonda le monastère Saint-Pierre de Lagny-sur-Marne, aux environs de Chelles, vers 644. Les dons d'Erchinoald, de Clovis II et de la reine Bathilde permirent à l'abbaye de Lagny de s'enrichir et de devenir un modèle pour les autres monastères.

Fursy fonda également l' Abbaye du Mont Saint-Quentin près de Péronne

  • Il décida de retourner en Angleterre pour visiter le monastère qu'il avait créé et revoir son frère. Arrivé à Mézerolles, village du Ponthieu, il tomba malade. Il expira un 16 janvier vers 648.
  • Une querelle opposa Haynuon, gouverneur de la région et Erchinoald au sujet de la sépulture de l'abbé. Erchinoald décida de s'en remettre au jugement de Dieu. La dépouille fut déposée sur un chariot attelé de deux bœufs. On s'accorda sur le fait que la dépouille reposerait dans le domaine sur lequel le chariot s'arrêterait. Sur le parcours, il y eut de nombreux miracles de guérison : aveugles, paralytiques… Le chariot s'arrêta à Péronne. Le corps de Fursy fut déposé dans l'église Saint-Pierre, en construction, derrière le maître-autel.

Il y eut plusieurs translations de ses reliques: celle de 654 pour la reposition du corps dans l'église achevée ; celle du 17 septembre 1256, en présence de saint Louis; celle du 13 septembre 1641, où un fragment du chef fut donné à l'abbaye bénédictine de Lagny. En 1793, des ossements échappèrent à la profanation, et l'on en fit une reconnaissance solennelle en 1853.

Saint Fursy est le patron de Péronne, Lagny-sur-Marne et de sept paroisses dans le diocèse d'Amiens : Authuille, Lesbœufs...

Bibliographie[modifier | modifier le code]