Frédéric Martens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martens.
autoportrait
Vue de Paris, 1846

Frédéric Martens ou Friedrich von Martens (Venise, 16 décembre 1806 - † Paris, 12 janvier 1885) était un graveur et photographe italien du XIXe siècle, qui compte parmi les pionniers de la photographie, en Italie, et en France, où il vint s'installer et travailler jusqu'à sa mort en 1885.

Domicilié en 1877, 84 rue Bonaparte Paris

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup d'artistes (graveurs, dessinateurs, peintres) de l'époque, Frédéric Martens s'intéresse en 1840 à l'essor nouveau de la photographie, d'abord par le biais du daguerréotype, puis des premiers négatifs au collodion. Il présente à l'Exposition universelle de Londres en 1851 un dessin panoramique du mont Blanc fait à partir de quatorze épreuves photographiques.

Il met au point en 1845 une chambre avec ouverture à 150 degrés pour réaliser des prises de vue panoramiques. Il livre ainsi des daguerréotypes de la Seine, pris depuis l'atelier de Lerebours place du Pont neuf, de près de 40 cm de long et d'une incroyable finesse. En 1855 il affirme avoir lui aussi découvert le procédé du collodion albuminé en même temps que Jean-Marie Taupenot.

Il marque également l'histoire de la photographie en effectuant les fameux tirages des vingt-neuf clichés choisis par Jean-Charles Langlois et Léon-Eugène Méhédin à leur retour de la guerre de Crimée. Le peintre Langlois, accompagné par le jeune photographe élève de Le Gray, avait été chargé de réunir les éléments nécessaires à un panorama sur le siège de Sébastopol en 1855. Martens est alors spécialiste des prises de vues panoramiques et photographe du cabinet de l'empereur. Ses tirages furent offerts au maréchal Pélissier, général en chef de l'armée d'Orient, et à l'empereur Napoléon III.

Nommé chevalier de la Légion d'Honneur le 29 octobre 1855

Frederic Martens est l'auteur de nombreuses gravures d'après les dessins et tableaux de Charles Mozin ,alors que ses photographies servaient de modèle a des lithographes comme Eugène Cicéri.( La Suisse et la Savoie éditeur Adolphe Goupil)

Specialiste de format inhabituel,tels les 2 panoramas vue de Liège et vue d'Anvers (20cm x 90 cm).d'après C.Mozin

Collections[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]