Fondation B612

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fondation B612

Description de cette image, également commentée ci-après

télescope spatial « Sentinel » du B612.

Création 2002
Fondateurs Dr. Clark Chapman
Dr. Piet Hut
Dr. Ed Lu
Rusty Schweickart
Siège social Drapeau des États-Unis Hawthorne, Californie (États-Unis)
Activité Astronautique
Produits télescope spatial «Sentinel»
Site web B612 Foundation
Chiffre d’affaires Dr. Marc Buie, SMS
Tom Gavin, EEPSS
Dr. Scott Hubbard, PAS
Dr. David Liddle, CA
Dr. Ed Lu, CD
Dr. Harold Reitsema, DMS
Danica Remy, CO
John Troeltzsch, GPS
Diane Williams Murphy, RP

La fondation B612 est une fondation privée sans but lucratif dont le siège est aux États-Unis, dédiée à la protection de la Terre de frappes d'astéroïdes.

Description[modifier | modifier le code]

Elle est dirigée principalement par des scientifiques, des anciens astronautes et ingénieurs de l’Institute for Advanced Study (« Institut d'étude avancée »), Southwest Research Institute, Université Stanford, NASA et de l'industrie spatiale.

En tant qu'organisation non gouvernementale, il a réalisé deux lignes de recherche connexe pour aider à détecter les astéroïdes qui pourraient frapper un jour, la Terre, et trouver les moyens technologiques pour dévier leur chemin pour éviter de telles collisions. En 2012, la fondation a annoncé qu'il allait concevoir et construire un télescope spatial à financement privé, « Sentinel », pour trouver astéroïdes dangereux. Il sera lancé en 2017-2018. Une fois stationné sur une orbite similaire à celle de Vénus, télescope infrarouge surfusion de Sentinel permettra ensuite d'identifier les astéroïdes dangereux et autres objets géocroiseurs (NEO) qui présentent un risque de collision avec la Terre.

La fondation B612 est nommé pour la maison d'astéroïdes du jeune héros éponyme du Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry.

Origine[modifier | modifier le code]

La fondation est née à la suite d'un atelier de la NASA d'octobre 2001, sur les moyens de se protéger des astéroïdes géocroiseurs et qui réunissait une vingtaine d'experts en astéroïdes ou en technologie spatiale. Ses deux axes de recherche, très liés, sont d'aider à détecter l'ensemble des astéroïdes susceptibles un jour de percuter la Terre et de trouver les moyens technologiques capables de dévier leur trajectoire suffisamment à l'avance afin d'éviter cette collision.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]