EuroSprinter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eurosprinter

Locomotive de la série 127 à Ingolstadt

Locomotive de la série 127 à Ingolstadt

Identification
Type locomotive
Motorisation électrique
Construction 1996–2001 *
2003–... **
2000–... ***
Constructeur(s) Krauss-Maffei, Siemens
No  de série ES 64 F *
ES 64 F4 **
ES 64 U ***
Effectif 170 *
> 100 **
> 360 ***
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard
Moteurs de traction 4
 Puissance continue 6400 kW
 Effort de traction 300 kN
Masse en service 86–87 t
Dimensions
 Longueur 19,58 m
Freins Pneumatique et électrique
Vitesse maximale 140 km/h */**
230*** km/h

EuroSprinter est le nom d'une famille de locomotives électriques déclinant un principe modulaire adapté au marché européen par Siemens. Le nom de produit interne à Siemens est ES 64, où ES est l'abréviation de EuroSprinter et le nombre 64 indique la puissance de 6 400 kW.

Une information complémentaire est donnée dans le nom sur l'utilisation (U pour universelle, P pour prototype et F pour fret) et le nombre de systèmes d'alimentation électriques (par ex. 2 pour deux courants, 4 pour les quatre courants les plus utilisés en Europe).

Développement[modifier | modifier le code]

Le premier prototype ES 64 P a été construit en 1992, alors que la Deutsche Bahn AG comptait passer une importante commande de locomotives en remplacement des Einheits-Elektrolokomotiven (locomotives électriques unifiées, en allemand) vieillissantes. Techniquement, il était basé sur la série 252 de la Renfe construite par Siemens, livrées en 1991. Ce prototype a été utilisé lors extensive tests dans toute l'Europe. Il a été numéroté à la DB dans la série 127. Il est toujours en service dans le parc Dispolok, un ancien pool de locomotives propriété de Siemens, destiné à la location.

Types standards[modifier | modifier le code]

ES 64 F[modifier | modifier le code]

Série 152 DB AG

La ES 64 F est une locomotive électrique de fret d'une puissance de 6400 kW et une vitesse maximale de 140 km/h. Bien qu'elle soit équipée pour les services voyageurs, elle est exclusivement utilisée pour les trains de fret. Elle a été mise en service par la Deutsche Bahn AG sous le numéro de série 152 en 1996 ; elle est aujourd'hui exploitée par Railion. Leur principale fonction est de remplacer les locomotives des anciennes séries 150 et 151 sur les lourds trains de fret. La commande allemande, qui était à l'origine de 195 unités, a été réduite à 170, car les ÖBB craignaient que les moteurs de traction suspendus par le nez affectent les voies sur les lignes de montagne. À la place, la DB AG a commandé les 25 dernières ES 64 U2.

Avec la série 152, la DB AG a abandonné la configuration d'essieux CoCo des séries 150 et 151 ; avec le nouveau système digital d'anti-enrayage, l'effort de traction doit être exercé de manière plus fiable : néanmoins, certains ingénieurs soutiennent qu'en automne, du fait des rails glissants, les trains lourds ont des difficultés à accélérer. À l'exception de la vitesse maximale, toutes les performances sont similaires à celles de la série 101.

ES 64 F4[modifier | modifier le code]

Série 189 DB AG.

La ES 64 F4 est une locomotive électrique prévue pour le fret, dotée d'une puissance de 6 400 kW et d'une vitesse maximale de 140 km/h, classée en Allemagne dans la série 189 de la DB. Elle est aussi équipée pour la traction des trains de voyageurs, mais rarement utilisée ainsi. La ES 64 F4 est équipée pour les quatre systèmes électrique couramment utilisés en Europe. Comme l'espace limité empêche l'installation de tous les systèmes de sécurité, la série 189 est équipée de différents packs donnant une couverture partielle de l'Europe, par exemple l'Allemagne et la Suisse. La locomotive est prévue pour le freinage par récupération.

En service à la Deutsche Bahn AG sous numéro de série 189, elle est aussi utilisée par les CFF sous le numéro de série Re 474. Des engins sont loués au parc Dispolok.

ES 64 U[modifier | modifier le code]

Série 182 DB AG.

Basée sur le concept Eurosprinter, la ES 64 U a été développée en tant que locomotive électrique universelle avec une vitesse maximale de 230 km/h. La série ES 64 U peut seulement fonctionner sous une tension de 15 kV. Elle est en service en Autriche aux ÖBB en tant que Rh 1016. Au contraire des séries F, toutes les séries U sont équipées de quill drive, permettant ainsi de réduire les efforts sur les voies[1]. Les ÖBB ont donné le nom, protégé, de Taurus à leur série Rh 1016 (et plus tard aux séries Rh 1116 et Rh 1216) ; depuis, le nom de Taurus est couramment utilisé pour toutes les séries de ES 64 U+.

La ES 64 U2 peut aussi fonctionner sous 25 kV monophasé. Elle est en service aux ÖBB en tant que série Rh 1116, à la Deutsche Bahn AG comme série 182 ainsi que par les chemins de fer hongrois (MAV) et en location à Dispolok. La compagnie hongroise GySEV (Gyõr-Sopron-Ebenfurth Railway Corp) en exploite sous le numéro de série 1047.

Les quatre systèmes électriques européens (15 et 25 kV monophasé, 1,5 and 3 kV continu) sont utilisables par la ES 64 U4. Ses composants électriques sont quasi-identiques à ceux de la ES 64 F4. Les machines quadri-courant (avec l'aptitude au fonctionnement sous 1500 V désactivé dans le logiciel) sont actuellement utilisés en Autriche par les ÖBB et l'opérateur privé Rail Traction Service sous le numéro de série Rh 1216 et en Slovénie par les Slovenske železnice (SŽ) en tant que série 541. En Italie, RFI leur assigne la classification E 190.

Les changements mineurs dans la disposition de ce type en font la troisième génération de la famille Eurosprinter.

Pupitre de l'une ES 64 U2 des ÖBB

Une version spéciale de la ES 64 U4 a été livrée au Vogtlandbahn en Allemagne sous la dénomination série 183. Bien que la caisse soit la même que celle des autres ES 64 U4, elle est bicourant et peut seulement fonctionner sous le 15 kV allemand et le 25kV monophasé tchèque. Ceci montre aussi les premières incohérences dans la désignation des types de machines, car elle devrait être classée ES 64 U2, alors que Siemens n'utilise que la dénomination ES 64 U4 par cette version ; le bruit court que les locomotives du Vogtlandbahn disposent des équipements pour fonctionner sous les quatre systèmes (ce qui expliquerait pourquoi Siemens en reste à la désignation ES 64 U4), mais que le logiciel différent utilisé dans cette sous-série et l'absence de deux pantographes supplémentaires empêchent cette utilisation.

Le 2 septembre 2006, la locomotive Rh 1216 050-5 (avant sa livraison aux ÖBB) a établi un nouveau record du monde de vitesse des locomotives électriques conventionnelles : pendant des essais près de Nuremberg, elle a atteint la vitesse de 357 km/h [2] ; fait remarquable, la locomotive n'a pas été modifiée pour ce record.

Types derivés[modifier | modifier le code]

Les EG 3100 danoises[modifier | modifier le code]

Pour la traversée des détroits danois nouvellement construite (liaison du Grand Belt), les Danske StatsBaner ont commandé 13 unités de la série EG 3100 qui ont été livrées en 1999 et 2000. Elles sont basées sur le concept Eurosprinter, avec une configuration d'essieux modifiée en Co'Co' pour assurer un effort de traction maximal dans les rampes. Celui-ci atteint 400 kN au lieu de la valeur habituelle de 300 kN ; la machine mesure 20 95 m. Ce type est le plus proche de la deuxième génération ES 64 F2, capable de fonctionner sous 15 kV et 25 kV.

Les E 120 grecques[modifier | modifier le code]

Article principal : OSE série E 120.
Locomotive grecque HellasSprinter

La série E 120 des OSE est leur première série de locomotives électriques. De 1996 à 2001, un total de 30 locomotives de la série 120 a été livré à la Grèce. Le concept est presque identique au prototype ES 64 P, avec des changements de puissance (5 000 kW) et l'alimentation électrique (25 kV monophasé).

Les DJ1 des Chemins de fer chinois[modifier | modifier le code]

En 1997, le Ministère Chinois des Chemins de Fer a commandé vingt locomotives fret du type DJ1 à une joint venture formée par Siemens et Zhuzhou Electric Locomotive Works. Ces locomotives sont basées sur la deuxième génération de la plate-forme EuroSprinter avec des modifications ; le nombre total d'essieux a été modifié de 4 à 8 en accouplant de façon permanente deux locomotives identiques - en conséquence chaque demi-locomotive a seulement une cabine de conduite. Les trois premières de ces vingt DJ1 ont été construites par Siemens en Autriche, et les 17 dernières par Zhuzhou. Les vingt locomotives ont été livrées en 2002 et 2003, et versées au parc de Daqin Railway pour la traction de trains de fret[3].

Les HXD1 des Chemins de fer chinois[modifier | modifier le code]

Initialement appelées DJ4, succédant aux DJ1, dotées de moteurs de traction plus puissants, un effort de traction plus élevé et d'onduleurs IGBT, ces locomotives étaient également destinées au Daqin Railway. Le ministère chinois des chemins de fer a commandé 180 unités de type DJ4 à Zhuzhou et Siemens en 2004. Toutes les DJ4 ont été construites par Zhuzhou avec le support technique de Siemens. La première DJ4 a été terminée en 2006. Peu de temps après sa livraison, le nom de la série a été modifié en HXD1 au lieu de DJ4[4].

Les HXD1B des Chemins de fer chinois[modifier | modifier le code]

Le 18 août 2007, Siemens et Zhuzhou ont gagné un autre contrat du Ministère des Chemins de Fer pour la construction de 500 locomotives de type Co'Co' basées sur la plate-forme EuroSprinter. Au moment de leur construction, ces locomotives sont présentées comme les plus puissantes du monde en production commerciale, avec une puissance de 9,6 MW[5].

Les 8100, 8200 de Korail[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, Korail a construit sans interruption des ES 64 F pour remplacer les anciennes série 8000 EL, qui sont de puissantes locomotives électriques, mais trop lentes (85 km/h maximum) pour tracter des trains de voyageurs. Actuellement, 85 machines variantes de la série ES64F ont été construites (2 de la série 8100 et 83 de la série 8200).

Ces nouvelles 8100 et 8200 sont en service sur les principales lignes Korail, parmi lesquelles les lignes Gyeongbu, Honam, and Jungang.

Les Class 252 de la RENFE[modifier | modifier le code]

Article principal : 252 AVE électrique.

Ces locomotives préfigurent la première génération des Eurosprinter et peuvent être considérées comme leurs prédécesseurs. Pouvant être montées aussi bien sur des bogies à voie normale de 1 435 mm et à voie large de 1 668 mm, avec une vitesse maximale de 220 km/h, et une puissance de 5,6 MW[6], ces locomotives peuvent être considérées comme un succès.

Perspectives[modifier | modifier le code]

Dans son processus de développement futur de ses gammes de locomotives, Siemens prévoit actuellement de fusionner le programme EuroSprinter avec sa plate-forme diesel-électrique EuroRunner. Le nom de programme de cette gamme fusionnée est ES 2007. On notera le parallèle avec l'extension par Bombardier de sa gamme TRAXX au marché des locomotives diesel.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (de) Karl Gerhard Baur, TAURUS - Lokomotiven für Europa, Eisenbahn-Kurier-Verlag, Freiburg 2003 (ISBN 3-88255-182-8).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Bo Oldrup Pedersen, Ole Aaboe Jörgensen, Günther Pröll, Co'Co'-Zweifrequenzlokomotive EG 3100 für Danske Statsbaner. Oldenbourg, München.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Markus Inderst, Europalok auf Rampenstrecken. Neue DB-Baureihe 189. In: LOK MAGAZIN. GeraNova Zeitschriftenverlag GmbH, München Nr. 255/Jahrgang 41/2002, S. 28. (ISSN 0458-1822).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Konrad Koschinski, Taurus & Hercules - DB-182, ÖBB-1016/1116, MAV-1047.0, GySEV-1047.5, Siemens-Dispolok, ÖBB-2016. Sonderausgabe. Eisenbahn Journal. Merker, Fürstenfeldbruck 2003,1. (ISSN 0720-051x)Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Comtemporaines et concurrentes potentielles sur le marché européen des locomotives électriques :

Liens externes[modifier | modifier le code]