Ernest Bussière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bussière.
Émile Friant, Le Sculpteur Bussière dans son atelier (1884), musée des beaux-arts de Nancy.
Vase Périanthe, faïence fine de petit feu, couverte émaillée irisée à reflets métalliques, mat et brillant. Faïencerie Keller & Guérin (Luneville).

Ernest Bussière, né en 1863 à Ars-sur-Moselle et mort en 1913 à Nancy, est un sculpteur et céramiste français de l'École de Nancy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernest Bussière suit d’abord les cours de l’École municipale des beaux-arts de Nancy puis, bénéficiaire d’une bourse municipale, il est admis à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 1882[1]. Par la suite, il devient lui-même professeur à l’École des beaux-arts de Nancy.

Il réalise entre 1895 et 1899 une série d'objets décoratifs, dont Mélancolie d'automne, une buire en céramique conservée au musée des beaux-arts de Nancy et exposé au Salon des artistes français, et le Tombeau de Monseigneur Trouillet, pour lequel il obtient une mention honorable au Salon de 1899[1].

Dès sa fondation en 1901, il devient membre du comité directeur de l’École de Nancy. Ses œuvres en céramique sont représentatives du style Art nouveau, dont la ville de Nancy fut un des foyers.

Il réalise de nombreux monuments et sculptures funéraires. Il est renommé pour ses bustes ou médaillons de personnages célèbres de Lorraine, tels ceux d’Émile Erckmann aux bosquets de Lunéville, de Guy Ropartz, du docteur Friot ou du dessinateur Grandville. Il conçoit des monuments érigés à Fontenoy ou à Longwy. Il est l'un des principaux collaborateurs nancéiens de la Faïencerie de Lunéville-Saint-Clément Keller & Guérin [2] pour laquelle il fournit de nombreux modèles céramiques d'inspiration végétale.

Auguste Majorelle a édité les œuvres de Bussière.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éclats : Collection du musée des Beaux-Arts de Nancy, Somogy éditions d'Art,‎ mai 2005 (ISBN 2-85056-879-1)
  • Isabelle Hiblot, Françoise Sylvestre et Emmanuelle Wambach, Céramiques végétales : Ernest Buissière et l'Art nouveau, Musée de l'École de Nancy,‎ 2000, 63 p. (catalogue d'exposition)
  • François Parmantier, « Ernest Bussière (1863-1913) », Revue de la céramique et du verre, no 113,‎ 2000, p. 14-15
  • Pierre Poncet, Je m'appelle Réverbère,‎ 1999, 30 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 146.
  2. Je m'appelle Réverbère, p. 1

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :