Fontenoy-sur-Moselle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontenoy.
Fontenoy-sur-Moselle
place de la mairie et de l'église
place de la mairie et de l'église
Blason de Fontenoy-sur-Moselle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Toul
Canton Canton de Toul-Nord
Intercommunalité Communauté de Communes de Hazelle en Haye
Maire
Mandat
André Magnier
2014-2020
Code postal 54840
Code commune 54202
Démographie
Population
municipale
363 hab. (2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 43″ N 5° 58′ 55″ E / 48.7119444444, 5.98194444444 ()48° 42′ 43″ Nord 5° 58′ 55″ Est / 48.7119444444, 5.98194444444 ()  
Altitude Min. 192 m – Max. 264 m
Superficie 5,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontenoy-sur-Moselle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontenoy-sur-Moselle

Fontenoy-sur-Moselle est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.


Parc d'attraction Trioland créer par J,L et A.


Château fort du seigneur Tom Laquôs

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Moselle (rivière) et par Ligne de Paris-Est à Strasbourg-Ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Fontenoy a changé de nom plusieurs au cours des siècles[1].
    • Fontenoy lez Gondreville.
    • Fontenoy-en-Haye .
  • Doit son nom aux sources.
  • Le bienheureux Jean de Gorze, à l'origine de la réforme monastique du 10e, eut la cure de Fontenoy jusqu'en 933.
  • Existence d'un château fort dès le 12e.
  • Chef-lieu de comté de 1625 à la Révolution.
  • Pillé et brûlé en 1871 par les Prussiens qui reprochaient aux villageois d'avoir participé à la destruction du pont de la ligne Compagnie des chemins de fer de l'Est ; Ancienne "batterie de Fontenoy" qui faisait partie du système de fortifications de la place de Toul au 19e. Le 10 mai 1914 un accident survient au rapide 32 qui partait de Nancy à 16h15 en direction de Paris . Il heurtait la voiture de marchandise du train 111 qui avait eu une rupture d'essieu[2] .

Liste des curés[modifier | modifier le code]

Liste des curés
Période Identité
en 1643 - André GEOFFROY[3]
-

.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à la communauté de communes de Hazelle-en-Haye.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 363 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
172 191 191 199 207 233 248 247 420
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
261 264 239 250 229 230 217 220 210
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
191 210 219 211 221 206 223 220 234
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
206 219 229 224 195 350 363 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

monument aux morts .
  • Château fort 13e démoli vers 1820, mais vers 1850, on voyait encore les ruines d'un château assez vaste, fortifié de murailles et de tours, dont une seule était encore debout. Ces ruines ont disparu à l'occasion de la création du chemin de fer : la gare en occupe l'emplacement.
  • Monument commémoratif de la Guerre franco-prussienne de 1870 victimes civiles et militaire de l'incendie du 22 janvier 1871, au pied duquel furent ajouté les victimes des autres guerres.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent, ancienne chapelle castrale : chœur gothique 16e, vitraux 16e, tombeaux des comtes de Fontenoy.
Viaduc de Fontenoy ;

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

Viaduc de Fontenoy[modifier | modifier le code]

Cet ouvrage permet à la ligne de chemin de fer de Paris à Strasbourg de franchir la Moselle entre les gares de Toul et de Fontenoy-sur-Moselle.
La construction du pont est commencée en 1850 et se termine à la fin de 1851[6].

reconstruction du pont sous la surveillance de l'armée prussienne.

L'ouvrage a subi les vissicitudes des guerres Franco-allemandes.
Le 22 janvier 1871, à la fin de la guerre franco-prussienne de 1870, un groupe de francs-tireurs français, créé à l'initiative de Gambetta pour entreprendre des actions contre les lignes de chemin de fer de l'Est, fait sauter une mine qui détruit deux arches du pont. Une pile du pont est foudroyée et les deux arches adjacents s'écroulent. Les généraux allemands sont persuadés que la population a aidé les francs-tireurs. Ils donnent l'ordre d'évacuer et d'incendier le village. Une amende de dix millions de francs est imposée à la Lorraine et toute la population des environs est réquisitionnée pour reconstruire les deux travées par un remblaiement de la brèche sur 35 m. Les travaux commencés le 22 janvier sont terminés le 10 février. Mais cette destruction n'a pas d'influence sur le déroulement de la guerre car un armistice est signé le 26 janvier. L'armée allemande quitte Nancy le 1er août 1873[7].

La culée du viaduc de Fontenoy

En juin 1940, au début de l'offensive allemande de la Seconde Guerre mondiale l'armée française détruit deux arches côté Paris. Les pionniers allemands commencent par construire un pont provisoire en bois pour franchir la brèche de 35 m environ, puis les deux arches et la pile sont reconstruites en béton. Les arches sont réalisées suivant le même profil qu'à l'origine. Chaque arche a été reconstruite en la coupant en trois parties successives grâce à des cintres métalliques noyés dans les arches : les deux premières parties de 1,80 m chacune en bord de l'arche, puis la partie centrale de 3,80 m[8]

L'ouvrage initial comportait 7 arches en maçonnerie.

Longueur : 157 m
Distance entraxes des piles : 18,60 m
Ouverture des arches : 16 m
Flèche des arches au-dessus de leur naissance : 4,95 m
Distance entre les garde-corps : 8,06 m
Épaisseur des 2 arches en béton : 1 m

Pont de Fontenoy-sur-Moselle[modifier | modifier le code]

Pont de Fontenoy

Pont en béton précontraint fanchissant la Moselle. Le tablier a été construit en voussoirs préfabriqués posés à l'avancement à l'aide d'un haubanage provisoire par l'entreprise Campenon-Bernard[9].

Longueur : 629,95 m
Portées des travées : 43.123 m - 10 x 52.702 m - 50.807 m
Largeur du tablier : 10,50 m

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jacques ROYER, né le 30 mars 1934.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires de la Société d'archéologie lorraine,page 106 de la Société d'archéologie lorraine, 1860
  2. L'Union républicaine de la Marne N°12 246 du 12 mai 1914, page 2.
  3. Témoin sur l'acte de mariage (notarié 3E349) de sa sœur Elisabeth avec GEORGE Nicolas le 29 octobre 1643 à Toul
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. André Schontz, Arsène Felten, Marcel Gournot, Le chemin de fer en Lorraine, p. 20, Éditions Serpenoise, Metz, 1999 (ISBN 2-87692-414-5)
  7. André Schontz, op. cité, p.92-93
  8. La reconstruction des ouvrages d'art du chemin de fer. L'œuvre des services de la SNCF et des entreprises françaises. Juillet 1940 - juillet 1942, p. 201-203, Draeger Frères
  9. Structurae : Pont de Fontenoy-sur-Moselle


Liens externes[modifier | modifier le code]



Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1953 1995 Marcel L'Huillier    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 Mars 2014 Jeanne Bluette   Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.
Mars 2014 en cours André MAGNIER   }