Elvira Madigan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Madigan.
Elvira Madigan
Sixten Sparre

Elvira Madigan est une fille de l'artiste de cirque et funambule danoise Hedvig Antoinette Isabella Eleonore Jensen, qui naquit le 4 décembre 1867 dans la paroisse Sainte-Marie de Flensbourg, en Allemagne, et mourut le 20 juillet 1889 à Landet, sur l'île danoise de Tåsinge. Elle est essentiellement connue pour la liaison secrète, à l'issue tragique, qu'elle entretint avec Sixten Sparre, lieutenant dans un régiment suédois de dragons. Leur histoire a inspiré plusieurs compositeurs, écrivains et cinéastes, dont le Suédois Bo Widerberg, réalisateur du film Elvira Madigan (1967).

L'enfance[modifier | modifier le code]

La mère d'Elvira, Eleonora (Laura) Cecilie Christine Marie Olsen (le 29 mai 1850 - 1918), était née en Finlande, dans une famille d'artistes de cirque norvégiens, le 29 mai 1850. Elle avait 17 ans lorsqu'elle mit au monde sa fille, dont le père était un palefrenier copenhaguois, du nom de Frederik Jensen. Ils s'étaient rencontrés au Cirque du Nord, où ils travaillaient tous deux, elle comme funambule, lui comme acrobate. À la naissance d'Elvira, Frederik abandonna le monde du spectacle, quitte à perdre ainsi son emploi. Il mourut quelques années plus tard, laissant Eleonora seule avec sa fille. À cette époque, elle était une des artistes du cirque François Loisset, dont faisait également partie John Madigan (1850-1897), un Américain originaire de l'Indiana. Aux alentours de 1870, il se mit en ménage avec Eleonora mais il ne l'épousa que bien plus tard, en 1892. Cavalier voltigeur, il enseigna son art à Eleonora et apprit l'équitation à Elvira, qui n'avait que cinq ans lorsqu'elle fit ses premiers pas dans le monde du cirque, à Copenhague, dans les jardins de Tivoli.

La jeune princesse du cirque Madigan[modifier | modifier le code]

En 1879, John Madigan et Eleonora Olsen fondèrent leur propre troupe, le cirque Madigan, dans lequel Hedvig et sa demi-sœur exécutaient un numéro de funambulisme, qui était intitulé "Les sœurs Elvira et Gisella Madigan" et dans lequel la blonde Elvira évoluait sur une corde souple, tandis que Gisella, à la chevelure de jais, s'avançait au-dessus d'elle sur une corde raide. La troupe effectua des tournées en Scandinavie; en 1886, elle s'installa dans les jardins de Tivoli, à Copenhague et donna une représentation privée devant le roi du Danemark Christian IX, qui offrit à chacune des deux artistes une croix de Lorraine en or. Celle d'Elvira portait l'inscription "1er août 1886 - le roi Christian IX de Danemark, à Elvira Madigan". Avec ses deux jeunes funambules vedettes, la compagnie Madigan connut un grand succès et se produisit dans une bonne partie de l'Europe, à Paris, Londres, Berlin, Bruxelles, Amsterdam, et jusqu'à Odessa.

La rencontre de Sixten Sparre[modifier | modifier le code]

En janvier 1888, le cirque Madigan planta son chapiteau à Kristianstad, ville de Scanie, en Suède. Parmi les spectateurs se trouvait le lieutenant Sixten Sparre, aristocrate suédois qui était officier au régiment des dragons de Scanie. La jeune Elvira le subjugua au point qu'il revint presque tous les soirs assister à la représentation, ainsi que l'été suivant, lorsque le cirque fit halte dans la localité de Ljungbyhed, dans l'Ouest de la Scanie. Ils entamèrent alors une liaison qu'ils durent garder secrète, car la mère d'Elvira veillait jalousement sur sa fille-vedette, tout comme son beau-père, et Sixten était marié et père de deux enfants.

L'échappée[modifier | modifier le code]

Avec la complicité d'une jeune fille de la troupe, Elvira entretint des relations épistolaires avec Sixten et conçut le projet de s'échapper avec lui. Le 22 juin 1889, quand le cirque Madigan arriva à Sundsvall, dans le Nord de la Suède, Elvira reçut une lettre dans laquelle Sixten l'informait qu'il avait divorcé et l'attendait à la gare de Bollnäs. Elvira gagea ses bijoux et rejoignit subrepticement l'officier, qui avait déserté de son régiment. Le couple gagna Stockholm, et passa ensuite au Danemark, à Copenhague tout d'abord, puis à Svendborg, sur la côte méridionale de l'île de Fionie, où ils descendirent à l'"Hôtel Svendborg", l'actuel "Hôtel Ærø" . Inscrits dans l'établissement comme "Monsieur et Madame le comte et la comtesse Sparre, de Stockholm", soi-disant en lune de miel, ils occupèrent durant un mois environ la chambre située au troisième étage de la tourelle du bâtiment.

La fin de l'histoire[modifier | modifier le code]

L'arrivée du cirque Bergman à Svendborg, le 15 juillet 1889, fit craindre aux deux fugitifs d'être reconnus, d'autant que la presse commençait à se faire l'écho de leur disparition. Ils plièrent bagage pour le village de Troense, dans le Nord-Est de l'île de Tåsinge, face à Svendborg et s'y installèrent dans la pension pour estivants tenue au 6, rue de la Plage, par une veuve du nom de Johanne Andersen – cette maison à pans de bois a été rasée dans les années 1960. Ils avaient épuisé toutes leurs ressources. Sixten, qui avait déjà accumulé les dettes de jeu, avait bien demandé à sa famille, par télégramme, de lui faire parvenir de l'argent mais s'était heurté à un refus.

Le 20 juillet, les deux amants, qui n'avaient plus ni argent, ni perspectives d'avenir, expliquèrent vouloir aller se promener en forêt; on leur prépara un panier de pique-nique. Ils firent halte dans une clairière du bois du Nørreskov ("forêt du Nord"), où lorsqu'ils eurent déjeuné, Sixten, avec son revolver militaire abattit Elvira puis se suicida. Elle avait 21 ans et lui, 34.

Dans son édition du 25 juillet 1889, l'Øresundsposten décrit leurs derniers instants en ces termes: "Par la suite, le seul endroit dans lequel on les apeçut encore en vie fut une maison proche du bois du Nørreskov, où on leur donna un verre d'eau. Ils traversèrent un taillis humide et parvinrent dans une petite clairière où, sous le couvert de jeunes hêtres, ils prirent leur repas. Leur panier de pique-nique était vide. Ils avaient étendu une couverture, sur laquelle on retrouva un parapluie et un parasol. Lui était couché à sa gauche; le coup de revolver l'avait atteint à la tempe droite; elle en avait reçu un analogue à la tempe gauche. Manifestement, il l'avait abattue, puis avait tourné l'arme contre lui-même, car elle avait les bras croisés sur la poitrine, tandis que les siens étaient étendus, avec l'arme tout près. Leurs deux visages avaient une expression fort paisible."

La sépulture[modifier | modifier le code]

Les tombes d'Elvira Madigan et de Sixten Sparre, dans le cimetière de Landet

Le samedi 27 juillet 1889, Elvira Madigan et Sixten Sparre furent inhumés côte à côte dans le cimetière de l'église Saint-Georges (Sankt Jørgens Kirke) du village de Landet. Un bloc de travertin avec une inscription commémorative a également été placé sur les lieux où leurs corps furent découverts, dans le bois de Nørreskov. Les pierres tombales originelles, de 1889, étaient de couleurs différentes, blanche pour Elvira, gris foncé pour Sixten. Lors du 75e anniversaire du drame, en 1964, elles furent remplacées par des stèles funéraires de plus grande taille, qui indiquaient également le nom de scène de l'artiste. En 1999, le site fut réaménagé: les deux monuments d'origine furent remis en place, orientés cette fois vers l'Est, et l'on ajouta un panneau explicatif, rédigé en danois, avec le texte suivant:

"ELVIRA MADIGAN et SIXTEN SPARE

Le samedi 27 juillet 1889 ont été inhumés en ces lieux Hedvig Jensen, funambule mieux connue sous le nom d'Elvira Madigan, et le lieutenant suédois Sixten Sparre.

Quelques jours auparavant, ils avaient été trouvés, morts, dans le bois de Nørreskov, à quelques kilomètres d'ici, après leur disparition et leur fuite de Suède. Elle avait été l'artiste-étoile du cirque de son beau-père, John Madigan, où Sixten Sparre l'avait vue et s'en était épris.

À l'insu de ses parents, Elvira Madigan avait correspondu avec Sixten Sparre durant une année. Elle avait quitté le cirque en juin 1889, quand il avait fait étape à Sundsvall, et s'était enfuie au Danemark avec Sixten Sparre. Le 15 juillet, après avoir séjourné un mois à Svendborg, le couple avait gagné Tåsinge, où ils avaient trouvé à se loger dans une maison de Troense.

Leur histoire d'amour étant dépourvue de toute perspective d'avenir, l'échappée qui les avait menés à Tåsinge trouva une fin tragique quelques jours plus tard: lors d'une promenade dans le Nørreskov, il l'abattit avec son revolver de service puis tourna l'arme contre lui-même. Elle avait 21 ans et lui, 35.

Leurs funérailles furent célébrées par le pasteur de la paroisse, Vilhelm Schousboe, en présence d'une grande foule.

Hedvig Antoinette Isabella Eleonore Jensen était née le 4 décembre 1867 à Flensbourg, fille des artistes Frederik Jensen et Eleonora (dite "Laura") Cecilia Christina Maria Olsen. C'est en 1892 seulement que sa mère épousa John Madigan."

Dès 1889, la tombe des amants, dans le cimetière de Landet, reçut la visite de touristes et d’amoureux du monde entier, en particulier de Suède. La tradition veut que lorsqu'un mariage est célébré dans l'église du village, la mariée dépose son bouquet sur la tombe d'Elvira, lui offrant ainsi celui qu'elle ne reçut jamais de son vivant.


Elvira Madigan dans l'art et la littérature[modifier | modifier le code]

La presse donna un large écho à la mort d'Elvira Madigan et de Sixten Sparre, qui acquirent rapidement une stature mythique, d'autant que le public ne manqua pas de tracer un parallèle entre leur tragique histoire et le drame de Mayerling, où, quelques mois auparavant, en janvier 1889, l'archiduc Rodolphe, prince héritier de l'Empire austro-hongrois, et sa jeune maîtresse Marie Vetsera avaient perdu la vie.

Musique[modifier | modifier le code]

L'année même du drame, l'écrivain et journaliste suédois Johan Lindström Saxon composa, sur la mélodie d'une vieille chanson folklorique de son pays, une "Romance d'Elvira Madigan" ("Visan om Elvira Madigan").

Cinéma[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Elvira Madigan et Sixten Sparre a fait l’objet de trois adaptations au cinéma.

  • Elvira Madigan, film suédois de 1943, réalisé par åke Ohberg, avec Eva Henning dans le rôle principal et le réalisateur lui-même dans celui du "comte Christian" - la famille de Sixten Sparre avait demandé que le personnage de l'officier n'apparaisse pas sous son vrai nom.
  • Elvira Madigan, film danois de 1967, réalisé par Poul Erik Møller Pedersen. Elvira y est incarnée par l'actrice Anne Mette Michaelsen, tandis que Søren Svejstrup y tient le rôle de Sixten Sparre.
  • Elvira Madigan, film suédois de 1967, réalisé par Bo Widerberg, dans lequel le personnage d'Elvira Madigan est interprété par Pia Degermark et celui de Sixten Sparre par Thommy Berggren. Il s'agit de la version la plus célèbre du drame, grâce notamment à la prestation de l'actrice principale qui lui valut le prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes et à la virtuosité du travail de l'opérateur de caméra, Jorgen Persson. La bande sonore de ce long métrage, qui reprend le deuxième mouvement (andante) du Concerto pour piano no 21 en do majeur (K. 467) de Mozart, a donné à cette pièce une telle célébrité qu'elle est communément appelée "concerto pour piano Elvira Madigan".

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Paardekooper [pseudonyme d'Asger Schnack], La triste histoire d'Elvira Madigan et du lieutenant Sixten Sparre, traduit par Anne-Charlotte Struve, Arles, Actes Sud, 2007 (titre original: "Sixten og Elvira. Blade af en fiktion", Lindhardt og Ringhof, 2003).
  • Ange de Saint-Mont, Elvira Madigan, L'Isle-Adam, Saint-Mont, 2001.

Divers[modifier | modifier le code]

  • "Elvira Madigan" est également le nom d'un groupe suédois de heavy metal, fondé en 1995.
  • La route qui, sur l'île de Tåsinge, longe l'église de Landet et conduit au bois de Nørreskov, a été rebaptisée "rue Elvira Madigan".
  • Le 28 janvier 2005, la Banque nationale danoise a émis une pièce thématique de 20 couronnes danoises, dont le revers a pour motif le clocher de l'église de Landet, vu depuis le châtaignier planté sur la tombe d'Elvira et de Sixten et est surmonté de feuilles de l'arbre, dont les courbes et les entrelacs dessinent un cœur et un pistolet, symbole de leur tragique destinée[1].
  • Le nom de "Cirque Madigan" a été repris par une troupe de cirque traditionnel fondée en 1989 à Sjöbö, en Suède.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ejbye-Ernst, Arne: Det danske Mayerlingdrama ("Un drame de Mayerling au Danemark"), Copenhague, 1954.
  • Enevig, Anders: Fakta om Elvira Madigan og Sixten Sparre ("Faits concernant Elvira Madigan et Sixten Sparre"). Odder 2005. ISBN 87-89191-67-6.
  • Grönqvist, Klas: "En droppe föll... En bok om Elvira Madigan". Recito förlag, Borås 2013. ISBN 978-91-7517-506-5 (suédois).
  • Jansen, Henrik M.: Elvira Madigan & Sixten Sparre: som samtiden opfattede dem – og 100 år senere ("Elvira Madigan et Sixten Sparre, vus par leurs contemporains, il y a cent ans"). (Skrifter fra Svendborg og omegns Museum 21). Forlaget Misteltenen i-s, Svendborg, 1987.
  • Møller-Pedersen, Poul Erik: Elvira Madigan. Hernovs Forlag, Copenhague 1978. ISBN 87-7215-404-7.
  • Per Arne Wåhlberg, "Cirkus i Sverige" ("Le cirque en Suède"), Carlsson Bokförlag, Stockholm, 1992.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]