Clemens von Ketteler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le baron Clemens August von Ketteler (Münster - Pékin) est un diplomate allemand qui était chef de la légation de l'Empire allemand en Chine à la fin du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le baron von Ketteler est issu d'une vielle famille de la noblesse catholique allemande. Il étudie au Gymnasium de Münster et à celui de Coesfeld et s'engage dans l'armée prussienne en 1873. Il entre à l'administration des Affaires étrangères en 1879. Il est interprète aux consulats allemands de Canton et de Tientsin de 1880 à 1889. Après une courte période au ministère des Affaires étrangères, il est envoyé diplomatique aux États-Unis de 1892 à 1896. Son épouse, née Matilda Cass Ledyard, est américaine. Ensuite il est nommé à Mexico de 1896 à 1899. Le 11 avril 1899, il est chef de la légation allemande à Pékin.

Alors que la révolte des Boxers embrase Pékin en 1900, il est tué le 20 juin 1900 (par un soldat Qing, et non par un Boxer[1]) en voulant apporter un message à la Cité interdite.

Le siège des légations commence alors, marquant le début des « 55 jours de Pékin ». C'est le début de l'intervention de sept nations occidentales (l'Empire allemand, la Grande-Bretagne, l'Empire austro-hongrois, la France, le royaume d'Italie, les États-Unis) et du Japon pour lever le siège.

Le conflit ouvert entre les huit nations alliées et la Chine (Boxers et impériaux) se termine par le protocole de paix Boxer de 1901.

Famille[modifier | modifier le code]

Le baron von Ketteler était d'une vieille famille de l'aristocratie allemande, originaire de Münster. Son père était le frère du célèbre évêque Emmanuel von Ketteler, fondateur du parti Zentrum.

C'était également un cousin issu de germain du père du maréchal Franchet d'Esperey qui combattra l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Tombe du baron von Ketteler au cimetière central de Münster

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Mabire, L'Été sanglant à Pékin: la révolte des boxers d'après des témoignages, 1978

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]