Château de Bellocq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellocq.
Château de Bellocq
Image illustrative de l'article Château de Bellocq
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction Fin du XIIIe siècle
Fin construction Remanié au XIVe siècle
Propriétaire actuel Personne privée et commune
Protection Logo monument historique Classé MH (1997)
Site web graphikdesigns.free.fr/chateau-bellocq-bearn.html
Coordonnées 43° 31′ 03″ N 0° 54′ 51″ O / 43.5175, -0.91417 ()43° 31′ 03″ Nord 0° 54′ 51″ Ouest / 43.5175, -0.91417 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Béarn
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Commune Bellocq

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Château de Bellocq

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Château de Bellocq

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Bellocq

Le château de Bellocq se situe sur la commune du même nom, dans le département français des Pyrénées-Atlantiques.

À l'état de ruines, il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 2 avril 1997[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Cette forteresse béarnaise de la fin du XIIIe siècle consiste en un quadrilatère irrégulier, renforcé de sept tours, relié à la maison forte construite en 1281. Elle fut transformée au XIVe siècle.
Le château fut brûlé par Louis XIII en 1620 pour éviter qu'il ne soit utilisé par les Protestants.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du XIIIe siècle, Bellocq se trouvait à la frontière avec la Guyenne sous domination anglaise. Gaston VII de Béarn construisit le château sur les rives du gave de Pau, la principale rivière donnant accès au Béarn, pour fortifier son territoire. La construction s'étala de 1250 à 1280. Dès l'origine, le château était censé accueillir une forte garnison. Le quadrilatère irrégulier, sans donjon, présentait quatre tours rondes, une tour semi-circulaire et deux autres carrées, l'une d'entre elles constituant l'entrée. Les remparts crènelés étaient percés d'archères en forme de croix.

Un an après l'achèvement du château, Gaston VII fit construire une bastide à proximité, qui avec l'église fortifiée de Bellocq, devint partie intégrante de l'ensemble.

En 1370, Gaston Fébus renforça le château et construisit de nouvelles places fortes pour préserver l'indépendance de son territoire contre les puissants royaumes de France, d'Angleterre et de Navarre.

En 1542, Henri II d'Albret renforça le château pour parer à toute invasion espagnole. À partir de cette date, les rois de Navarre délaissaient parfois leur château de Pau pour celui de Bellocq. Au cours du XVIe siècle, Jeanne d'Albret y séjourna régulièrement pendant ses périodes de cure à Salies-de-Béarn.

En 1568, le roi Charles IX envoya le baron de Terride conquérir et gouverner le Béarn, majoritairement protestant. Les troupes de Terride occupèrent la région et rétablirent la hiérarchie catholique. L'année suivante, Jeanne d'Albret demanda au comte Gabriel de Montgomery de former une armée de résistance, le château de Bellocq étant passé aux mains catholiques. Le château résista au siège de Montgomery. En 1620, les Protestants béarnais regagnant de l'influence, Louis XIII fit brûler la forteresse pour éviter qu'ils puissent l'utiliser dans le futur.

À partir de 1620, le château n'eut plus de rôle dans l'histoire de la région et tomba en ruines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]