Centre national de documentation pédagogique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CNDP.
Centre national de documentation pédagogique
Création 1954
Dissolution février 2014
Type Etablissement public à caractère administratif
Siège Futuroscope
Drapeau de la France France
Affiliation Ministère de l'Éducation nationale
Site web http://www.cndp.fr/accueil/

Le Centre national de documentation pédagogique ou CNDP est un établissement public à caractère administratif français placé sous la tutelle du ministère de l'Éducation nationale.

En tant qu'éditeur de l'Éducation nationale, il accomplit une mission d'édition, de production et de diffusion de ressources pédagogiques et administratives destinées aux professionnels de l'enseignement. Il contribue au développement des technologies de l'information et de la communication pour l'éducation (TICE) ainsi qu'à l'éducation artistique et culturelle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de « Centre national de documentation pédagogique » a d'abord été donné en 1932 à la demande de la Commission internationale de coopération intellectuelle[2] puis s'est formé en tant qu'établissement public suite à la réunion, en 1954[3], du musée pédagogique (créé par le décret du 13 mai 1879 à l'initiative de Ferdinand Buisson[4]) avec la bibliothèque, la phonothèque et la cinémathèque centrale de l'éducation nationale ainsi que le service des publications de l'Éducation nationale. À cette époque, les centres régionaux de documentation pédagogique (CRDP) et les centres départementaux (CDDP) sont des sections du CNDP.

Dès 1956, le CNDP prend le nom d’« Institut pédagogique national » (IPN).

Le 9 septembre 1970, deux décrets transforment l'IPN en deux organismes, l’Office français des techniques modernes d'éducation (OFRATEME) et l’Institut national de recherche et de documentation pédagogique (INRDP).

En 1976 (décrets du 3 août), l'OFRATEME reprend le nom de CNDP et l'INRDP se transforme en « Institut national de recherche pédagogique » (INRP).

Le statut de l'établissement est modifié par le décret no 92-56 du 17 janvier 1992 qui fait aussi des CRDP des établissements indépendants.

Au 1er janvier 2011, le CNDP reprend en charge le Musée national de l'Éducation précédemment géré par l'INRP.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le siège du CNDP est situé sur la technopole du Futuroscope, dans le département de la Vienne[5], le transfert de Paris à Poitiers ayant eu lieu en 2002 selon la politique de délocalisation du Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin[6].

Deux services spécifiques du CNDP sont situés dans la région Île-de-France : le Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information (CLEMI)[7] et le Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur (CERIMES)[8]. Un autre est installé à Rouen, le Musée national de l'Éducation.

Le directeur général du CNDP est Jean-Marc Merriaux depuis le 23 novembre 2011[réf. nécessaire]. Auparavant, le CNDP était dirigé par Patrick Dion, depuis le 22 octobre 2005[9].

Le CNDP oriente et coordonne l'activité de 31 centres régionaux (CRDP) et de 85 centres départementaux (CDDP) avec lesquels il forme un réseau national : le Services, culture, éditions, ressources pour l'Éducation nationale (SCÉRÉN)[10]. Les établissements du SCÉRÉN ont une mission commune : répondre aux besoins des usagers du système éducatif en proposant des éditions, de la documentation, un accueil personnalisé partout en France, de la formation et de l'expertise en ingénierie documentaire.

Il est régi par les articles D 314-70 et suivants du code de l'éducation[11].

En février 2014, le réseau SCÉRÉN-CNDP change de nom et devient le réseau CANOPÉ[12]

Une réforme nécessaire[modifier | modifier le code]

Dans son rapport annuel 2014, la Cour des comptes a consacré tout un chapitre à cet organisme public. Elle souligne qu'en 2013 son réseau "dispose d’un budget de fonctionnement de 135,7 M€, dont 92 M€ de subvention pour charges de service public, et de 1 886 emplois en équivalent temps plein travaillé, dont 1 757 rémunérés par ses soins. Dans ce total, les centres régionaux représentent 73 % du budget, 70 % de la subvention pour charges de service public et 79 % des emplois totaux"[13].

La haute juridiction financière recommande toutefois une profonde réforme de cet établissement dont le mode de fonctionnement, qualifié de "modèle obsolète", ne semble plus correspondre aux exigences actuelles : " Le réexamen de l’utilité (...) de ce réseau d’appui pédagogique apparaît nécessaire pour l’adapter aux exigences du service public du numérique éducatif et de l’enseignement à distance et aux besoins des nouvelles écoles supérieures du professorat et de l’éducation"[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation du réseau sur le site du SCÉRÉN-CNDP
  2. Laurent Garreau, responsable du fonds audiovisuel du SCEREN-CNDP, émission La Fabrique de l'histoire sur France Culture, 9 janvier 2013
  3. Loi no 54-405 du 10 avril 1954, article 12.
  4. Pénélope Caspard-Karydis, « Joseph Majault, Le Musée pédagogique. Origines et fondation : 1872-1879 », Histoire de l'éducation, vol. 5, no 5,‎ 1979, p. 44
  5. Implantations sur le site du SCÉRÉN-CNDP
  6. Le CNDP délocalisé au Futuroscope
  7. Présentation du CLEMI sur son site
  8. Présentation du CERIMES sur son site
  9. Communiqué de presse de Gilles de Robien le 24 octobre 2005 sur le site du ministère de l'éducation nationale
  10. [PDF] Liste des CRDP et CDDP sur le site du CDRP de l'académie de Grenoble
  11. Code de l'éducation, article D. 314-70.
  12. Le SCÉRÉN [CNDP-CRDP devient LE RÉSEAU CANOPÉ]
  13. Rapport 2014 de la Cour des Comptes, p. 47.
  14. Id., p. 48.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]