Camp Lemonnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camp Lemonnier
HC-130P américain au décollage en 2007.
HC-130P américain au décollage en 2007.
Cocarde
Localisation
Pays Drapeau de Djibouti Djibouti
Coordonnées 11° 19′ 25″ N 43° 05′ 08″ E / 11.3237, 43.085511° 19′ 25″ Nord 43° 05′ 08″ Est / 11.3237, 43.0855  

Géolocalisation sur la carte : Djibouti

(Voir situation sur carte : Djibouti)
Camp Lemonnier
Informations aéronautiques
Type d'aéroport Militaire

Le camp Lemonnier, situé dans la ville de Djibouti, est un ancien camp de la Légion étrangère qui porte le nom du général Émile Lemonnier. Il a successivement servit au 5e régiment interarmes d'outre-mer (RIAOM), aux forces terrestres djiboutiennes et abrite actuellement une base de la marine américaine ainsi que le siège de la force combinée américaine qui prend part à la lutte contre la piraterie autour de la Corne de l'Afrique.

Base de la Légion étrangère[modifier | modifier le code]

Plan des installations du camp Lemonnier en 2012 et ses extensions prévues.

Base de la marine américaine[modifier | modifier le code]

L'installation américaine date du 17 juin 2002[1] et la base expéditionnaire a été inaugurée en septembre 2002[2].

Le camp, identifié par le sigle CLDJ, est la seule base militaire américaine permanente en Afrique. Il abrite essentiellement des Marines et gère des avions, hélicoptères et drones de l'US Air Force et de l'US Navy. La Combined Joint Task Force - Horn of Africa (CJTF-HOA), un des commandements de l'AFRICOM, s'y installe en mai 2003.

Le loyer payé par le gouvernement américain à la République de Djibouti est de 30 millions de dollars par an en 2010[3] et de 38 millions de dollars par an en 2010. Depuis 2007, la gestion du camp est assurée par Pacific Architects and Engineers, ancienne filiale de Lockheed Martin vendue en février 2011 à Lindsay Goldberg, pour environ 90 millions de dollars par an[4].

Suite à des aménagements estimés à 1,32 milliard de dollars, cette base peut accueillir, en temps normal, 43 aéronefs, 2 100 hommes et 300 autres soldats d'une force opérationnelle auquel pourraient s'ajouter, en cas de besoin, 12 autres aéronefs, 1 500 hommes et 800 soldats d'une force opérationnelle[5].

L'accord passé entre l'ambassade américaine à Djibouti et le gouvernement djiboutien permet aux forces américaines d'utiliser le camp et prévoit l'accès à l'aéroport international Ambouli ainsi qu'aux installations portuaires. Avec l'ouverture d'un front de lutte anti-terroriste en Afrique, ce sont plus de 3 200 personnes qui travaillent dans cette base et une « demi douzaine » de drones qui opèrent du Mali à la Somalie[6].

Fin 2013, suite à l'encombrement de l'aéroport et 5 accidents de drones sur celui-ci depuis 2011, il a été décidé de transférer les activités liées aux drones sur l’aérodrome de Chabelley après l'amménagement de celui-ci qui se situe à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Camp Lemonnier[7]. Une photo satellite prise en octobre 2013 montre 7 hangars et 6 drones sur cette aérodrome alors qu’il n’y avait rien en octobre 2012[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Lallemand, Pierre-Yves Thienpont, « Djibouti, l'autre guerre à la terreur », sur Le Soir,‎ 11 septembre 2001 (consulté le 3 novembre 2011)
  2. Philippe Leymarie, « Philippe Leymarie », sur Le Monde diplomatique,‎ février 2003 (consulté le 3 novembre 2012)
  3. Christophe Boisbouvie, « Du bon usage des bases », sur Jeune Afrique,‎ 18 mai 2010 (consulté le 3 novembre 2012).
  4. Philippe Chapleau, « PAE s'implante durablement au camp Lemonnier de Djibouti », sur Ouest-France,‎ 2 avril 2011 (consulté le 3 novembre 2012)
  5. Philippe Chapleau, « Djibouti: Camp Lemonnier maintenant et après 1,3 milliard de dollars d'aménagement », sur Ouest-France,‎ 26 octobre 2012 (consulté le 3 novembre 2012).
  6. (en) Craig Whitlock, « Remote U.S. base at core of secret operations »,‎ 26 octobre 2012 (consulté le 6 juillet 2013)
  7. (en) Craig Whitlock, Greg Miller, « U.S. moves drone fleet from Camp Lemonnier to ease Djibouti’s safety concerns », sur The Washington Post,‎ 25 septembre 2013 (consulté le 29 octobre 2013)
  8. Guillaume Steuer, « Washington installe ses drones à Djibouti », sur Air et Cosmos,‎ 24 février 2014 (consulté le 15 mars 2014)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]