Calendrier grec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Il n'existe pas un mais des calendriers grecs dans l'Antiquité : le calendrier attique, en vigueur à Athènes, en est un ; le calendrier macédonien représente un autre exemple. Cela est dû au morcellement politique de la Grèce en une multitude d'États, les cités, chacun ayant son système calendaire.

Au départ, c'est un calendrier lunaire. La succession des phases de la lune, selon sa visibilité dans le ciel, dicte les mois et le décompte du temps. La nouvelle lune marque le début d'un cycle, la pleine lune la moitié de ce cycle. Une année est formée de 12 mois.

Puis ce calendrier lunaire évolue en prenant en compte les éléments liés à la révolution du Soleil, c'est-à-dire la succession des saisons, surtout, avec les équinoxes et les solstices. Cela implique d'en allonger la durée et d'en fixer exactement le commencement. Dans la pratique, cela consiste à rajouter des jours à certains mois ou à rajouter un mois à certaines années. Le calendrier devient luni-solaire.

Selon les cités, la nouvelle année commençait à l'équinoxe d'automne (comme à Sparte), à celle de printemps, au solstice d'été (comme à Athènes) ou d'hiver (comme à Thèbes).

Le printemps était la saison de la guerre par excellence. C'est pourquoi les Romains ont appelé mars le mois de l'équinoxe de printemps, du nom du dieu de la guerre appelé Arès par les Grecs.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Calendrier_attique