Mois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le mois. Pour la forme de publication appelée « mensuel », voir Publication périodique.

Le mois est une unité de temps utilisée dans les calendriers, correspondant à une division de l'année.

Dans les calendriers solaires occidentaux, un mois est défini comme un douzième de l'année, elle-même basée sur l'année tropique, chacun des mois comptant un nombre variable de jours. D'autres types de calendrier utilisent des définitions différentes, comme les calendriers lunaires, basés sur les lunaisons. D'autres découpent le temps de façon arbitraire sans correspondance avec des phénomènes astronomiques comme certains calendriers aztèques pour lesquels les périodes correspondantes s'appellent des trecena.

Sauf dans le cas d'une date évoquant un événement historique, le mois s'écrit normalement, c'est-à-dire en minuscule : on écrira ainsi « le 5 août », mais « le 14 Juillet » [1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « mois » provient du latin mensis (« mois »), provenant lui-même de l'indo-européen commun *mḗh₁n̥s (« lune » ou « mois »).

Astronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mois lunaire.

Du point de vue astronomique, il est possible de définir plusieurs types mois en relation avec le mouvement de la Lune autour de la Terre :

  • mois draconitique : intervalle entre deux passages de la Lune au même nœud de son orbite ; 27,212221 jours en moyenne ;
  • mois tropique : temps mis par la Lune pour retrouver la même longitude écliptique ; 27,321582 jours en moyenne ;
  • mois sidéral : période orbitale de la Lune ; 27,321661 jours en moyenne ;
  • mois anomalistique : intervalle entre deux périgées de la Lune ; 27,554550 jours en moyenne ;
  • mois synodique : intervalle entre deux nouvelles lunes ; 29,530589 jours en moyenne.

Calendrier[modifier | modifier le code]

Le mois synodique ou lunaison, l'intervalle entre deux nouvelles Lunes consécutives, est la base de la plupart des calendriers lunaires. De la façon la plus simple, un calendrier lunaire considère que deux lunaisons durent 59 jours : un mois plein de 30 jours suivi d'un mois creux de 29 jours. Ce système nécessite des corrections sur le long terme, généralement par l'utilisation de jours intercalaires.

Les mois synodiques ne s'insèrent pas facilement dans une année, ce qui rend la construction d'un calendrier luni-solaire difficile. La solution la plus courante consiste à prendre en compte le cycle métonique, qui approxime 235 lunaisons par 19 années tropiques (quasiment 6 940 jours). Un tel calendrier métonique (comme le calendrier hébraïque) dérive toutefois d'un jour tous les 200 ans.

Dans les calendriers solaires, les mois ne sont plus liés aux phases de la Lune. De tels calendriers sont basés sur le mouvement de la Terre autour du soleil.

Mois occidentaux[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les mois représentent des repères quant à la durée de la journée et la météorologie ; cela permet de rythmer les occupations saisonnières comme la chasse ou l'agriculture. Historiquement, le mois a été défini par la lunaison. Cette dernière durant approximativement 29,5 jours, on parle de mois creux (30 jours) et de mois plein (31 jours).

Chez les Celtes, à la conquête romaine, le temps humain s’est calqué sur l'agriculture et les mois duraient 28 jours, compromis entre la durée approximative d’une lunaison et la variation de ses quartiers. Il y avait alors une année de 13 mois de 28 jours (364 jours) plus 1 jour intercalaire, qui correspondait au changement de l’année ; ce qui était une assez bonne approximation de l’année solaire (365,2422) pour un retour aux équinoxes.

La durée moyenne (sur quatre cents ans, durée d'un cycle grégorien) est de 30,436 875 jours. La durée moyenne sur quatre ans (durée du cycle julien) est de 30,4375 jours.

Abréviations[modifier | modifier le code]

Les abréviations suivantes sont couramment utilisées :

Mois janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre
Abréviation janv. févr. mars avr. mai juin juil. ou juill. août sept. oct. nov. déc.

La règle utilisée pour abréger les mois de cette manière est la suivante :

  • Le mois est abrégé sur 4 lettres si la quatrième lettre du mois est une consonne (janv., févr., juil., sept.)
  • Le mois est abrégé sur 3 lettres si la quatrième lettre du mois est une voyelle (avr., oct., nov., déc.)
  • Le mois n'est pas abrégé si il comporte 4 lettres ou moins (mars, mai, juin, août)
  • Note : le mois de juillet peut exceptionnellement être abrégé avec 5 lettres au lieu de 4 (juill. au lieu de juil.)


Complément d'information[2]:

Nom des mois Numéro Abréviation courante Code à un caractère Code à deux caractères Code bilingue Code à trois caractères
janvier 01 janv. J JR JA JAN
février 02 févr. F FR FE FÉV
mars 03 mars M MS MR MAR
avril 04 avr. A AL AL AVR
mai 05 mai M MI MA MAI
juin 06 juin J JN JN JUN
juillet 07 juill. J JT JL JUL
août 08 août A AT AU AOÛ
septembre 09 sept. S SE SE SEP
octobre 10 oct. O OE OC OCT
novembre 11 nov. N NE NO NOV
décembre 12 déc. D DE DE DÉC

Histoire du nom des mois occidentaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Calendrier romain.
  • Janvier : provient du nom du dieu Janus, dieu des portes (de janua, "porte" en latin, selon Tertullien), des passages et des commencements dans la mythologie romaine, représenté avec deux visages opposés, car il regarde l'entrée et la sortie, la fin et le début d'une année.
  • Février : du latin populaire febrarius, dérivé du latin classique februarius, issu du verbe februare « purifier ». Février est donc le mois des purifications. Voir aussi Apollon.
  • Mars : provient du dieu de la guerre Mars (le retour de la période permise pour entamer une guerre).
  • Avril : du latin aprilis « avril » qui peut avoir la signification d’« ouvrir », car c’est le mois où les fleurs s’ouvrent. Aprilis (avril) était le deuxième mois du calendrier romain. Ce mois était dédié à la déesse grecque Aphrodite. Il devient graduellement, selon les pays, le 4e mois de l’année lorsque, en 532, l’Église de Rome décida que l’année commence le 1er janvier, voir Denys le Petit.(source Wikipedia pour Aprilis)
  • Mai : du latin Maius (mensis) « le mois de mai », provient de la déesse Maïa, l'une des Pléiades et mère de Mercure
  • Juin : vient du latin junius. Ce nom fut probablement donné en l’honneur de la déesse romaine Junon. À l’époque antique, c’était le quatrième mois du calendrier romain.
  • Juillet : deux interprétations possibles : altération de l'ancien français juignet « juillet » proprement « petit juin » et du lat. julius (mensis), nom du 7e mois de l'année (proprement « mois de Jules, en l'honneur de Jules César, né dans ce mois, réformateur du calendrier romain) », le gn de juignet passant alors en ll de juillet.
  • Août : du lat. augustus, "consacré par les augures", substitué en l'honneur de l'empereur Auguste à Sextilis (mensis) (qui est le sixième mois après le printemps).
  • Les mois de septembre (de septem (mensis) : septième mois), octobre : lat. october (mensis) « octobre, huitième mois de l'année romaine » (dér. de octo : « huit »), novembre (novem : « neuf » ) et décembre (lat. class. december, dér. de decem : « dix », décembre étant le dixième mois de l'année romaine) ne se comprennent qu’en commençant l'année à l'équinoxe de printemps, au mois de mars.

Le nom des mois montre qu’ils n’ont pas tous eu le même point d’origine de l’année : les 7 premiers mois, par une décision plus tardive que les 5 derniers qui sont comptés du printemps, ont leur origine en janvier.

Mois du calendrier républicain[modifier | modifier le code]

Les mois du calendrier républicain (créé par Fabre d'Églantine 1750-1794) contiennent tous 30 jours, et ils sont composés de 3 décades, dont les noms des jours sont : primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi et décadi.

Le nom des mois républicains, dont l’année commence à l’équinoxe vrai d’automne au méridien de l’Observatoire de Paris (en se servant de jours complémentaires les sanculottides, au nombre de 5 ou 6 placés après fructidor, pour faire correspondre ce début de l’an avec la fin de l’an passé) sont : vendémiaire, brumaire, frimaire, nivôse, pluviôse, ventôse, germinal, floréal, prairial, messidor, thermidor, fructidor. On remarque que chaque fin de ces noms (-iaire, -ôse, -ial et –idor) forment une unité de saison et chaque mois correspond aux différents états de la nature.

Le calendrier républicain a duré peu de temps (13 ans : du 22 septembre 1792 au 1er janvier 1806), car il n‘avait pas su remplacer les nombreux jours fériés de la religion catholique que comportait l’ancien calendrier, et il n’octroyait officiellement qu’un jour chômé (décadi) pour 9 travaillés : personne ne voulait l’appliquer au quotidien ; et du fait qu'il n'y en avait pas d'application pratique, plus rien n'empêcha le retour au calendrier grégorien, encore en vigueur dans toute l'Europe. Il ressuscita, cependant, au cours de la Commune de Paris du 6 au 23 mai 1871, dans le Journal Officiel et dans les affiches placardées par le Comité de Salut Public.

Égypte antique[modifier | modifier le code]

Pour l'Égypte antique, voir les 12 mois de l'année égyptienne à l'époque des Ptolémées

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :