CLP Holdings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

CLP Holdings Limited
中電控股有限公司

Création 1901
Forme juridique Public Company (S.A. avec appel public à l'épargne)
Siège social Hong Kong
Site web www.clpgroup.com
Une boutique CLP Power à Tsim Sha Tsui, Hong Kong

Le Groupe CLP (chinois traditionnel : 中電集團) et sa holding, CLP Holdings Ltd (HKEX : 0002) ((zh)), est une entreprise du secteur de l'électricité basée à Hong Kong et présente dans un certain nombre de marchés asiatiques ainsi qu'en Australie. LCP produit, achemine et vend de l'électricité[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un bâtiment de CLP, 2007

Fondé à Hong Kong en 1901 sous le nom China Light & Power Company Syndicate[2] avec des capitaux investis par Shewan Tomes and Company et la famille Kadoorie, il a en 1919 mis en place une centrale électrique alimentant les réverbères de Kowloon[2]. La famille Kadoorie rejoint le conseil d'administration en 1930.

En 1983, l'entreprise établit une joint-venture à 25 %/75 % avec Guangdong Nuclear Power pour la construction et l'exploitation de la centrale nucléaire de Daya Bay[3].

En janvier 1997, le gouvernement chinois, via la CITIC Pacific, rachète 20% du capital de CLP pour 12 milliards de francs[4]

Le 6 janvier 1998, CLP Holdings Limited remplace China Light & Power Company, Limited en tant que nouvelle holding cotée à la Bourse de Hong Kong[5].

En octobre 2013, ExxonMobil revend 30% de Castle Peak Power Company (CAPCO) à CLP pour 12 milliards de dollars de Hong Kong[6]

Marchés à l'étranger[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, CLP s'est développée en dehors de Hong Kong via des fusions et acquisitions. Les marchés investis incluent l'Australie[5], l'Inde[5], le Laos[7], la République populaire de Chine[8], les Philippines[7], Taïwan[8], et la Thaïlande[5].

Son premier marché à l'étranger fut la Chine continentale. En connectant ses centrales électriques à Hong Kong avec le réseau électrique chinois, [citation nécessaire] CLP a commencé à fournir de l'énergie à ce pays en 1979[9].

Les années 1990 ont vu le début de l'activité de fusion-acquisition, lorsque CLP a acquis près d'une demi-douzaine d'entreprises entre 1996 et 2005. En 1996, elle fait l'acquisition de Taïwan Cement Corporation[8]; en 1998, prend des parts dans Thai Electricity Generating Public Co Ltd[5]; et en 2001, l’australien Yallourn Energy[5]. Elle a étendu ses opérations en Australie à la vente aux particuliers en achetant TXU Merchant Energy en 2005[10]. Et en 2002 CLP a acquis une entreprise indienne, Gujarat Paguthan Energy Corporation Private Limited[5].

Centrales électriques[modifier | modifier le code]

CLP dispose de nombreuses centrales électriques en Asie. La plupart sont des centrales thermiques, [citation nécessaire] l'entreprise génère aussi de l'électricité via l'énergie nucléaire[8] et l'énergie éolienne[7].

Hong Kong[modifier | modifier le code]

Les centrales de Hong Kong incluent notamment Black Point[8], Castle Peak[9] et Penny's Bay[8]. En 2007, l'association Greenpeace cible la centrale de charbon de Castle Peak : quatre grimpeurs tendent une banderole autour de silo de cendres sur laquelle est écrit "les changements climatiques commencent ici"[11].

Chine[modifier | modifier le code]

CLP dispose de deux centrales dans la province de Guangdong, la centrale nucléaire de Daya Bay et la centrale hydroélectrique de pompage-turbinage de Guangzhou a Conghua[8]. Elle opère aussi une centrale dans la province de Guangxi à Fangchenggang[10].

Inde[modifier | modifier le code]

Les centrales de CLP en Inde incluent l'ancien générateur de Gujarat Paguthan Energy Corporation[7], et une centrale thermique en projet à Jhajjar, Haryana, qui devrait être opérationnelle en 2012[7].

L'entreprise dispose aussi de champs d'éoliennes dans le pays[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Assets and services, Site officiel de CLP
  2. a et b (en) Our history : 1901-1939, the beginning, Site officiel de CLP
  3. Ashoka Mody, "Stratégies d'infrastructure en Asie de l'Est: la face cachée", Banque Mondiale, p.64
  4. Valérie Segond, « Pékin tisse sa toile dans le capitalisme de Hong Kong », sur Les Echos,‎ 30 janvier 1997
  5. a, b, c, d, e, f et g (en) Our history : 1997-2002, Regional expansion, Site officiel de CLP
  6. « ExxonMobil sort de l'électricité à Hong Kong », sur Le Figaro,‎ 2011
  7. a, b, c, d, e et f (en) China Light and Power a de grands projets pour l'Inde, Business Standard, 6 décembre 2010,
  8. a, b, c, d, e, f et g (en) Our history : 1986-1996, New frontiers, Site officiel de CLP
  9. a et b (en) Our history : 1970-1985, China vision, Site officiel de CLP
  10. a et b (en) Our history : 2003-2009, Climate action, Site officiel de CLP
  11. « Action de Greenpeace à Hong-kong sur une centrale à charbon », sur Greenpeace,‎ 2007

Lien externe[modifier | modifier le code]