Côtes-de-toul (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lorraine
Gris-de-Toul.JPG
Bouteille de gris-de-toul.
Désignation(s) Lorraine
Appellation(s) principale(s) côtes-de-toul[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1998[2]
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble de Lorraine
Sous-région(s) côtes de Meuse
Localisation Meurthe-et-Moselle
Climat tempéré océanique sous influence continentale
Superficie totale 700 hectares[3]
Superficie plantée 90 hectares[4]
Nombre de domaines viticoles 12 embouteilleurs[4]
Cépages dominants gamay N, auxerrois B et pinot noir N[5]
Vins produits gris, blancs et rouges
Production 500 000 bouteilles[4]
Pieds à l'hectare 4 500 à 6 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 60 à 72 hectolitres par hectare en blanc et gris,
45 à 54 hectolitres par hectare en rouge[6]

Le côtes-de-toul[1] est un vin français d'appellation d'origine contrôlée produit au sud de la vallée de la Moselle. Classé comme AOC depuis 1998, son principal vin est le gris-de-toul. Il est produit sur les côtes exposées sud-sud-est proches de la ville de Toul, situées à l'ouest de Nancy, en Meurthe-et-Moselle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

En colonisant l'Europe du Nord via la vallée de la Moselle, les Romains ont introduit la culture de la vigne en Côtes de Toul comme dans beaucoup d'autres régions françaises et européennes. Elle a été poursuivie à l'époque carolingienne.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Sous l'influence combinée des Évêques de Toul et des Ducs de Lorraine dont le plus connu, Stanislas Leszczyński, le vignoble du Toulois se développe énormément. Il est servi sur toutes les tables d'Europe et participe au rayonnement de la Lorraine qui vient alors de rejoindre le Royaume de France. Les évêques se chargent de la production des vins soit dans les villages des Côtes soit directement dans les caves du palais épiscopal de la ville de Toul.

Après la Révolution française, les vignes sont confisquées au clergé et une filière viticole privée se met en place. C'est une période faste pour le vignoble de Toul et les vignobles lorrains en général. On compte alors plus de 50 000 hectares de vignes[réf. nécessaire]. Les vins de qualité courante sont servis aux armées en poste le long de la frontière franco-allemande et à la population locale, les vins de qualité supérieure sont champagnisés sur place pour satisfaire les meilleurs clients. Les maisons de champagne Mercier ou Roederer possèdent alors des caves en Lorraine. Avec la crise du Phylloxéra, l'arrivée des vins du Sud par le rail et le développement de l'industrie sidérurgique en Lorraine, le déclin du vignoble lorrain s'amorce. En 1951, alors qu'une poignée de vignerons sauve le vignoble des Côtes de Toul en accédant au label VDQS[7], il ne reste plus que 30 hectares[réf. nécessaire].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Depuis 1951, un travail important de replantation a été entrepris. Il a été suivi depuis le milieu des années 80, d'une réflexion sur la qualité des vins qui a menée, en 1998 à la classification du vignoble en AOC[2]. Depuis, les vignerons font face à un engouement pour ces vins typiques, frais et fruités qui se partagent dès l'apéritif.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Imagier CdT.jpg

Géologie[modifier | modifier le code]

Les Côtes de Toul portent un vignoble implanté sur les côtes de Meuse, le long d'une côte calcaire du bassin parisien. Les vignes sont plantées sur ce que l'on appelle des "cuestas". Les sols sont argileux avec une présence d’éboulis calcaires mais aussi de sols bruns silico-argileux[8].

Vignoble[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Le vignoble s'étend sur les communes de Blénod-lès-Toul, Bruley, Bulligny, Charmes-la-Côte, Domgermain, Lucey, Mont-le-Vignoble et Pagney-derrière-Barine.

Encépagement[modifier | modifier le code]

  • vins gris : cépages principaux pinot noir (10 % minimum) et gamay (85 % maximum) en assemblage et les cépages accessoires pinot meunier, auxerrois (5 %), aubin blanc. Les cépages accessoires ne peuvent pas dépasser 15 % des superficies. Les vins gris, de couleur rosé pâle, sont obtenus par pressurage immédiat de la vendange fraîche. Ils se servent frais (8 à 10°C).
  • vins rouges : pinot noir. Ils se servent à 14°C.
  • vins blancs : auxerrois, aubin blanc. Ils se servent frais (8 à 10°C).

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Sur environ 90 hectares de vignes, l'appellation compte une vingtaine d'exploitations viticoles. Une douzaine d'entre elles vinifie en cave particulière 45 % de la production [4]. Les autres confient leurs raisins soit à un propriétaire négociant (41 % de la production), soit à une coopérative (14 % de la production)[4].

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

Sur le plan gastronomique, le gris-de-toul est considéré comme le vin s'associant le mieux aux plats lorrains typiques que constituent la quiche lorraine, la potée lorraine, la tourte, le pâté lorrain ou une salade de pissenlits aux lardons. et aux patates farcies...

Quelques producteurs[modifier | modifier le code]

  • Domaine Regina
  • Domaine Claude Vosgien
  • Domaine Lelièvre
  • Laroppe
  • Domaine de l'ambroisie
  • Jacques Masson
  • Domaine Migot

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. a et b Décret du 31 mars 1998 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Côtes de Toul », JORF no 77 du 1er avril 1998, pp. 5006–5007, NOR ECOC9700246D.
  3. Source : Cahier des charges de l'AOC Côtes de Toul | http://commons.wikimedia.org/wiki/File:CDC_AOC_C%C3%B4tes_de_Toul_240911.pdf.
  4. a, b, c, d et e Source : déclarations de revendication de l'AOC Côtes de Toul (source interne ODG, année 2011).
  5. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  6. Décret du 15 octobre 2009
  7. Arrêté du 9 août 1951 relatif aux conditions d'attribution du label « Vins délimités de qualité supérieure » aux vins bénéficiant de l'appellation d'origine « Côtes de Toul », JORF no 197 du 23 août 1951, pp. 8988–8989.
  8. François Roger, « Terroir des vins de Toul », sur Vin-Vigne,‎ 2011 (consulté le 31 octobre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]