Brian Clough

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brian Clough
Brian Clough.jpg
Brian Clough en 1980.
Biographie
Nom Brian Howard Clough
Nationalité Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Naissance 21 mars 1935
Lieu Middlesbrough (Angleterre)
Décès 20 septembre 2004 (à 69 ans)
Lieu Derby (Angleterre)
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. 19551964
Poste Attaquant puis entraîneur
Parcours junior
Saisons Club
1951-1953 Drapeau : Angleterre Middlesbrough
1953-1955 Drapeau : Angleterre Billingham Synthonia
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1955-1961 Drapeau : Angleterre Middlesbrough 213 (197)
1961-1964 Drapeau : Angleterre Sunderland 61 (54)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1957-1958 Drapeau : Angleterre Angleterre espoirs 3 (1)
1957 Drapeau : Angleterre Angleterre B 1 (1)
1959 Drapeau : Angleterre Angleterre 2 (0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1965-1967 Drapeau : Angleterre Hartlepool United
1967-1973 Drapeau : Angleterre Derby County
1973-1974 Drapeau : Angleterre Brighton & Hove Albion
1974 Drapeau : Angleterre Leeds United
1975-1993 Drapeau : Angleterre Nottingham Forest
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Brian Howard Clough (21 mars 1935 à Middlesbrough, Angleterre20 septembre 2004 à Derby, Angleterre) était un footballeur puis entraîneur anglais. Il est officier de l'Ordre de l'Empire britannique.

C'est surtout pour sa carrière d'entraîneur qu’il est aujourd'hui reconnu. Gagnant le championnat anglais avec deux clubs différents, Derby County et Nottingham Forest, dans les années 1970, il a en plus gagné la Coupe d'Europe des Clubs Champions avec Nottingham Forest, en 1979 et en 1980, pour les deux premières participations du club à la plus prestigieuse des compétitions européennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Comme joueur, il était néanmoins un avant-centre remarquable : il a inscrit 204 buts en 222 matches en D2 anglaise pour Middlesbrough entre 1952 et 1961. Son talent était énorme mais son ego aussi. Lors de sa première saison, et à seulement 17 ans, il a demandé un transfert de Middlesbrough se plaignant de la mauvaise qualité de ses coéquipiers et du manque d'ambition du club. Il est devenu capitaine de l’équipe plus tard, mais non sans que ses coéquipiers lancent un mouvement de grève pour le faire limoger.

Toute sa vie, Clough n’a jamais laissé les gens indifférents et pendant ses moments difficiles à Middlesbrough, il a pu compter sur son amitié avec le gardien Peter Taylor, futur partenaire dans ses triomphes en tant que manager.

Il est parti de Middlesbrough en 1961 pour Sunderland, une équipe D2 vouée à de plus hautes ambitions.

Une brillante carrière brutalement stoppée[modifier | modifier le code]

26 décembre 1962, le traditionnel Boxing Day en Angleterre. Au Roker Park de Sunderland, la 19e journée de deuxième division anglaise voit s’opposer Sunderland à Bury. À la pointe de l’attaque des Black Cats est aligné Brian Clough. Ce joueur de 2e division aurait été condamné à l’anonymat s'il n’avait pas en 271 matchs marqué la bagatelle de 251 buts au sein de la ligue anglaise, avec Middlesbrough et Sunderland, et déjà 28 buts à la mi-saison 1962-1963. Le capitaine des rouges et noirs compte aussi deux petites sélections en équipe d’Angleterre. Il pleut, le terrain est ultra boueux et le match a failli être annulé. Dès la première minute de la partie, Clough se retrouve en face à face avec le gardien adverse à la suite d'une passe en profondeur ralentie par la boue. Le choc entre les deux joueurs sera violent, Clough se blesse au genou. Il mettra près de 6 mois avant de pouvoir marcher à nouveau. Il est revenu jouer ses premiers matches de D1, deux ans après cette blessure, mais son retour a duré 3 matchs. Sa carrière de joueur se termine définitivement en 1964.

« Un choix par défaut »[modifier | modifier le code]

Plus déterminé que jamais, Clough compte bien faire à nouveau parler de lui. Mais dans le costume de l’entraîneur cette fois-ci. Pus tard il l'admettra lui-même : « Devenir entraîneur ça a été un choix par défaut ». Il commence par entraîner les jeunes de Sunderland. Puis lorsqu’il obtient ses diplômes d’entraîneur, il part manager Hartlepool en 1965, un club qui lutte pour un maintien en 4e division. Il est accompagné de son ami et ancien coéquipier Peter Taylor, qu’il a connu à Sunderland. Taylor sera l’adjoint de Clough, qui a de grandes ambitions pour ce club qui semble pourtant condamné à la relégation. Clough fait office d’homme a tout faire, il s’occupe de la pelouse, de l’entretien du vestiaire, et va même jusqu’à payer le salaire de quelques-uns de ses joueurs. Au cours de sa première saison, il hisse le club à la 8e place, ce qui est comparable à un miracle. Il se met déjà en conflit avec son président qu’il accuse de ne pas assez s’impliquer. Le président menace de licencier Clough, mais il tient bon. Et c’est finalement le président qui démissionne. Son premier fait d’armes. Après une seconde saison similaire, où Hartlepool finit a la 4e place, le nom de Brian Clough prend de l’ampleur dans la sphère du football Anglais. À la fin de la saison 66-67, il est alors contacté par Derby County, un club qui végète en 2e division.

La gloire pour « la plus grande gueule du football anglais »[modifier | modifier le code]

Statue de Brian Clough à Nottingham.

Le président de Derby, Sam Longson, demande à Clough pourquoi il serait l’entraîneur idéal pour Derby : « À vrai dire, je ne suis pas le meilleur dans ce métier, mais je ne vois personne au-dessus de moi ». Avec ses déclarations incisives dans la presse et des interventions cultes à la télé, Clough impose son charisme à toute l’Angleterre. Les résultats ne se font pas attendre. Il décroche le titre de 2e division au bout de sa 2e saison au club. L’équipe de Derby surprend tout le monde lors de sa première année en 1re division. En effet, le jeu qu’elle pratique est aux antipodes du jeu typique anglais des années 1970. Derby joue les premiers rôles en 1re division et décroche le titre en 1972, et cela fait 5 ans que Clough est à la tête de l’équipe, de « mon » équipe et de « mes » joueurs comme il aimait le répéter. Cependant, son arrogance et son franc-parler agacent à droite et à gauche. Ses déclarations incendiaires sur Leeds United, qui avait la mainmise sur le championnat anglais avant l’arrivée de Derby, en font un des hommes les plus détestés, mais aussi adulés d’Angleterre. Il conseillait aux joueurs de Leeds de jeter toutes leurs médailles et leurs trophées, car aucun n’avait été gagné honnêtement. En 7 ans à la tête de Derby, il n’a laissé personne indifférent et a prouvé à toute l’Angleterre qu’il était effectivement le meilleur manager anglais de l’époque, il est vrai assisté de Peter Taylor, son homme de l’ombre. Il a hissé Derby County au rang de meilleur club anglais de l’époque. En conflit constant avec leur président, Peter Taylor et lui se voient obligés de démissionner de Derby County à l’issue de la saison 1973-1974 (remportée pour l’anecdote par Leeds).

Chute et renouveau[modifier | modifier le code]

À la surprise générale, Clough est nommé entraîneur de Leeds à l’aube de la saison 1974-1975. Il est pourtant détesté par ce club et déteste lui-même ce club. Cependant, il estime qu’il peut changer la donne et faire gagner honnêtement Leeds United. Mais sans son fidèle adjoint Taylor, ce fut un retentissant échec. Il restera seulement 44 jours à la tête de Leeds, pour un bilan de 3 défaites (dont 1 au Charity Shield face à Liverpool), 1 match nul et 1 victoire. En conflit avec le président, les joueurs, les supporters et toute la ville, il est limogé. Il masquera sa déception en déclarant : « C’est un jour terrible… pour Leeds United ». Clough est d’autant plus touché qu’il postulait pour le poste de sélectionneur de l’équipe nationale, poste qui lui a été refusé : « Je suis sûr que les responsables de la fédération anglaise se sont dit que s’ils me confiaient la sélection nationale, je voudrais tout contrôler. Ça prouve qu’ils étaient plutôt malins, parce que c’est exactement ce que j’aurais fait ».

Plus personne ne croit en Clough, les médias ont annoncé son licenciement de Leeds comme la fin de sa carrière d’entraîneur. Il restera une saison au chômage et repart à l’attaque avec Nottingham Forest lors de la saison 1975-1976. Il prend les rênes du club alors qu’il lutte pour un maintien en 2e division. Une première saison à la 8e place, puis une deuxième à la 3e place, synonyme de montée en 1re division, suffisent à Clough pour prouver à tout le monde qu’il n’est pas mort. Il promet à tout Nottingham le titre dès la 1re saison. Chose promise, chose due. Nottingham Forest est champion d’Angleterre à l’issue de la saison 1977-1978. Tout le monde acclame le retour triomphant de Clough qui en profite pour parler sur les raisons de son passage raté à Leeds : « Je savais que j’étais le meilleur, mais j’aurais dû faire profil bas. De toute façon, les gens auraient bien fini par s’en rendre compte par eux-mêmes… ». La saison suivante, pour la 1re participation de Nottingham Forest à la Coupe d’Europe des clubs champions (devenue Ligue des champions), Clough mène son équipe jusqu’à la finale, qu’elle remportera. Cette saison 1978-1979 fut quasi parfaite puisque Nottingham termina la saison à la 2e place, juste derrière Liverpool. L’année suivante, Nottingham récidive et remporte une deuxième fois d’affilée la Coupe d’Europe, une première jamais égalée dans l’histoire du football. Durant toute la décennie suivante, Clough réussit à maintenir Nottingham Forest dans la première moitié du classement chaque saison. il démissionnera de son poste à l’issue de la saison 1991-1992 en raison de son âge avancé (57 ans) et prend ainsi sa retraite. L’année suivante, Nottingham est relégué en 2e division. Il est resté en tout 18 saisons au club. Un record de longévité seulement battu par Sir Alex Ferguson.

Partout où il est passé, Clough n’a jamais laissé personne indifférent. Tout ce qu’il faisait était en total désaccord avec le conformisme anglais de l’époque. De par son tempérament explosif, son charisme, son habileté à manipuler les journalistes et ses déclarations incisives, il s’est toujours mis en avant dans les médias. Sur le plan sportif, tous les clubs où il est resté au moins une saison connurent des réussites sans précédent. Il a mené deux clubs de 2e division au titre en moins de trois saisons, et a remporté deux coupes d’Europe. Sa réussite, son ego et son caractère sont semblables à ceux de José Mourinho, que l’on qualifie d’ailleurs de « Brian Clough du football moderne ». Il meurt à Derby, le 20 septembre 2004.

Philosophie de jeu[modifier | modifier le code]

Contre le kick & rush[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, c'est l'âge d'or du football anglais, mais c'est aussi une époque dominée par quatre approches du football radicalement différentes, lesquelles mèneront au football moderne :

  1. début des années 1970 : le « football champagne » du Brésil, avec Pelé, Jairzinho et la génération dorée ;
  2. 1970-1974 : le football total de Johan Cruijff et de Rinus Michels ;
  3. milieu des années 1970 : le réalisme allemand, avec le Bayern Munich de Franz Beckenbauer, basé sur une défense solide et un physique irréprochable ;
  4. fin des années 1970 : le jeu de style direct à l'anglaise : le kick & rush, spécialisé dans l'art de la contre-attaque, de nombreuses chandelles et des transversales nombreuses.

Brian Clough demandait plutôt à ses équipes (Derby County notamment) de jouer avec le ballon à terre et de façon constructive. Avec son tempérament explosif et séditieux, ce personnage, prisé des médias et des milieux populaires, se démarquait de l'establishment footballistique. Il en était, semble-t-il, de même dans sa conception du jeu face au conformisme britannique de l'époque.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son fils Nigel Clough a eu lui aussi une carrière de footballeur professionnel. Il a été formé à Nottingham Forest et a notamment joué à Liverpool entre 1993 et 1996. Il compte également 15 sélections en équipe nationale. Il suit actuellement les traces de son père puisqu’il est entraîneur de Derby County, sans pour autant connaître la même réussite que son géniteur. Le club est actuellement en 2e division, tout comme Nottingham Forest et Leeds United[1].

Hommages et postérité[modifier | modifier le code]

Un livre de David Peace intitulé 44 jours relate le passage de Brian Clough comme manager de Leeds United. Tom Hooper (Le discours d'un roi) en a réalisé l'adaptation cinématographique en 2009 : The Damned United.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Palmarès de joueur[modifier | modifier le code]

Carrière d'entraineur[modifier | modifier le code]

Palmarès d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Syd, « Brian Clough, un conte de fées anglais », sportvox.fr,‎ 14 avril 2011 (consulté le 15 avril 2011)

Sur les autres projets Wikimedia :