Bournonite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bournonite
Catégorie II : sulfures et sulfosels[1]
Bournonite - Les Malines, Gard, France (XX 6x5cm)

Bournonite - Les Malines, Gard, France (XX 6x5cm)
Général
Numéro CAS 15293-58-0
Classe de Strunz 2.GA.50
Formule brute CuPbS3SbPbCuSbS3
Identification
Masse formulaire[2] 488,7 ± 0,1 uma
Cu 13 %, Pb 42,4 %, S 19,68 %, Sb 24,92 %,
Couleur gris acier à noire
Classe cristalline et groupe d'espace dipyramidale
Pn21m
Système cristallin orthorhombique
Réseau de Bravais Primitif P
Macle Très fréquent sur {010}, pouvant se répéter et former des roues ou engrenages typiques.
Clivage imparfait à {010}
Cassure conchoïdale à irrégulière
Habitus cristaux prismatiques, tabulaires ; agrégats massifs, grenus
Échelle de Mohs 2,5 à 3
Trait gris acier à noir
Éclat adamantin à mat
Propriétés optiques
Transparence opaque
Propriétés chimiques
Densité 5,8
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La bournonite est une espèce minérale composée de sulfure de plomb, de cuivre et d'antimoine de formule PbCuSbS3, cristallisant dans le système cristallin orthorhombique. Ses cristaux sont souvent maclés, de couleur gris acier à noire et opaques.

La bournonite contient environ 42 % de plomb, 13 % de cuivre, 25 % d'antimoine et 20 % de soufre.


Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par Robert Jameson en 1805. Dédié au comte Jacques Louis de Bournon. Elle fut mentionnée pour la première fois par Philip Rashleigh en 1797 comme étant un minerai d'antimoine...

Topotype[modifier | modifier le code]

Wheal Boys, St Endellion, Cornouailles Angleterre.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Gîtologie[modifier | modifier le code]

Dans les veines hydrothermales formées à temprérature moyenne. Associé à d'autres sulfurs (blende tétraédrite), au quartz à l'hübnérite...

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Allemagne
Neudorf (aujourd'hui ressources minières épuisées) dans le massif du Harz (Land de Saxe-Anhalt)
  • Angleterre
Wheal Boys, St Endellion, en Cornouailles
  • France
Les Malines, Saint-Laurent-le-Minier, Gard[3]
Mine de La Mure, Isère, Rhône-Alpes[4]
Merlier, Isola, Alpes-Maritimes [5]
Ricoules (Rousseille; Brugerolle), Brioude, Haute-Loire.
  • Pérou
Mines de Huaron, San Jose de Huayllay District, Cerro de Pasco, Daniel Alcides Carrión Province, Pasco Department[6]
  • Roumanie
Cavnic proche de Baia Mare (Grande Mine).

Synonymie[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Charef, A., and Sheppard, S.M.F. (1988): The Malines Cambrian carbonate-shale-hosted Pb-Zn deposit, France.
  4. Min.Rec.: 20:483.
  5. R. Pierrot, P. Picot, J. Féraud, J. Vernet : "Inventaire Minéralogique de la France N° 4 : Alpes-Maritimes", BRGM, 197.
  6. Rocks & Mins.: 22:321-322.
  7. « Index alphabétique de nomenclature minéralogique » BRGM