Bataille de Mohi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Mohi
Plan du bataille
Plan du bataille
Informations générales
Date 11 avril, 1241
Lieu Rivière Sajó, Hongrie
Issue Victoire Mongole
Belligérants
Mongols Armoiries Hongrie ancien.svgRoyaume de Hongrie
Cross-Pattee-red.svgOrdre du Temple
Crux Ordis Teutonicorum.svgOrdre Teutonique
Commandants
Batû-Khan,Subotaï commandant en second, Chayban, frère de Batu Armoiries Hongrie ancien.svgBéla IV
Cross-Pattee-red.svgRaimbaud de Caromb
Forces en présence
50 000 - 70 000 (principalement cavalerie) environ 60 000 soldats
Pertes
légères au moins deux tiers de tués
Invasions mongoles
Coordonnées 47° 58′ 40″ N 20° 54′ 48″ E / 47.97774722, 20.91329167 ()47° 58′ 40″ Nord 20° 54′ 48″ Est / 47.97774722, 20.91329167 ()  

Géolocalisation sur la carte : Hongrie

(Voir situation sur carte : Hongrie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Mohi.

La bataille de Muhi, ou de Mohi, ou encore bataille de la rivière Sajó, () est la principale bataille opposant les Mongols menés par Batû-Khan, petit-fils de Gengis Khan et Subötaï[1] au Royaume de Hongrie au cours de l’invasion mongole de l’Europe.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Juste avant l'aube les défenseurs hongrois se trouvent soumis à une pluie de flèches et de pierres, « accompagnée par le tonnerre et des éclairs de feu. » Certains historiens ont affirmé qu'en cette occasion les Mongols auraient utilisé les premiers canons de l'histoire européenne. Il est cependant plus probable que ce ne soient que des catapultes et des balistes, combinées à des pétards chinois, qui aient inspiré cette terreur. Quoi qu'il en soit, il s'est agi là de la version mongole d'une préparation d'artillerie moderne. Ce bombardement mongol ne tarde pas à être suivi d'un assaut violent.

Bataille de Mohi

Abasourdis par le bruit et la violence de l'attaque, les défenseurs sont rapidement submergés, et les Mongols affluent à travers le pont. Alertée, l'armée de Bela sort en hâte de son camp fortifié. Il devient cependant rapidement évident que ce n'est là qu'une attaque de fixation.

L'effort principal est en effet mené par trois tümens (environ 30000 hommes), peut-être placés sous le commandement direct de Subotaï. Profitant des ombres de l'aube, ces guerriers ont traversé les eaux froides de la Sajó, au sud de la tête de pont, puis ont tourné au nord pour frapper le flanc droit et l'arrière des Hongrois. Incapables de résister à cette charge dévastatrice, les défenseurs se réfugient dans leur camp. À 7 heures du matin ce dernier était complètement investi par les Mongols. Suivent alors plusieurs heures de bombardement avec des pierres, des flèches et du naphte brûlant.

Il semble alors à quelques Hongrois qu'une voie de salut existe à l'est. Un petit groupe entreprend de galoper vers la liberté. Alors que l'assaut mongol monte en intensité, des hommes s'enfuient. Bientôt un flot d'hommes part vers l'ouest. Chacun tente de fuir pour sauver sa peau. De nombreux fugitifs jettent leurs armes afin de courir plus vite. Malheureusement pour eux, ils sont tombés dans un piège tendu par les Mongols. Montés sur des chevaux frais, les Mongols apparaissent de tous côtés, fauchant les hommes épuisés, les traquant dans les marais, et prenant d'assaut les villages dans lesquels certains ont cherché un refuge. En quelques heures d'une horrible boucherie l'armée hongroise est totalement détruite, laissant entre 40000 et 70000 morts.

Le roi Béla IV parvient cependant à s'enfuir de justesse. Avec lui, il n'a plus alors que trois de ses hommes. Profitant de l'effondrement hongrois et de la fuite de leur souverain, les Mongols prennent d'assaut la ville de Pest restée sans défenseurs. Les conquérants entreprennent d'incendier la ville et d'en massacrer la population.

  1. Jean-Paul Roux, Histoire de l'empire mongol, Fayard, 1993, p. 299.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :